Maladie de Crohn : symptômes, diagnostic et évolution

31 août 2020
La maladie de Crohn se révèle par des symptômes variés et surtout digestifs (diarrhée, douleurs abdominales). Pour établir le diagnostic, une exploration de l’intestin par iléocoloscopie est nécessaire .

Maladie de Crohn : des symptômes surtout digestifs

Les symptômes de la maladie de Crohn sont peu spécifiques et conduisent souvent à un retard de diagnostic de plusieurs mois.

Symptômes digestifs de la maladie de Crohn 

Il s'agit de :

  • douleurs abdominales (spasmes, brûlures) parfois fortes, par crises, similaires à celles causées par l’appendicite ;
  • diarrhée qui dure parfois abondante et liquide ;
  • douleurs anales et/ou écoulements de glaire ou de sang par l’anus ;
  • perte d’appétit, nausées et vomissements.

Symptômes généraux très souvent présents

En raison du retard diagnostic, la maladie est responsable de :

  • fatigue,
  • amaigrissement,
  • fièvre,
  • pâleur liée à une anémie par carence en fer ou en vitamine B12.
  • cassure de la courbe de poids et de taille chez l’enfant et l’adolescent.

Symptômes non digestifs de la maladie de Crohn

Dans certaines formes de maladie de Crohn, non majoritaires, l'inflammation touche d'autres parties du corps et provoque :

  • des rhumatismes articulaires (inflammation des articulations du rachis et du bassin ou spondylarthrite) ;
  • des problèmes dermatologiques tels que les aphtes buccaux ou l’érythème noueux (boursoufflures de la taille d’une noix, dures, rouges et douloureuses, sur les jambes et les avant-bras) ;
  • une atteinte oculaire comme l’uvéite...

Vidéo : les symptômes et le suivi de la maladie de Crohn

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Le diagnostic et le bilan initial de la maladie de Crohn

Le plus souvent, la maladie de Crohn est diagnostiquée lors d’une poussée. Le médecin traitant commence par examiner le patient et l’interroge sur ses symptômes.

L'examen de l'anus peut révéler la présence d'ulcérations, de fissures anales ou d'un abcès.

Pour confirmer le diagnostic, le médecin traitant s'entoure d’une (gastroentérologue, radiologue, rhumatologue, ophtalmologiste, chirurgien, pédiatre si le malade est un enfant, etc.)

Plusieurs examens complémentaires sont alors réalisés pour établir le diagnostic de maladie de Crohn.

L'iléocoloscopie indispensable pour le diagnostic de maladie de Crohn

Réalisée sous anesthésie générale ou sédation, l'iléocoloscopie consiste à introduire dans l’intestin, par l’anus, un tube souple muni d’une petite caméra, pour examiner le rectum, le côlon et la partie terminale de l’intestin grêle. L’équipe médicale peut ainsi évaluer l’étendue des lésions intestinales de la maladie de Crohn.

La maladie de Crohn est caractérisée par une atteinte discontinue de la paroi intestinale, alternant des lésions souvent profondes avec des zones de saine. Des biopsies sont effectuées. L' des prélèvements aide au diagnostic.

À terme, la coloscopie est aussi utile pour suivre l'évolution de la maladie de Crohn.

L'endocopie oesogastroduodénale

L'endoscopie digestive haute est réalisée pour rechercher une localisation haute de la maladie de Crohn. Des biopsies sont effectuées.

Le bilan biologique

  • Des analyses sanguines recherchent une anémie, un syndrome inflammatoire, des carences vitaminiques et évaluent les effets de la maladie de Crohn sur les reins, le foie, l’équilibre nutritionnel, etc.
  • Une analyse bactériologique et parasitologique des selles permet d'éliminer une infection pouvant expliquer les symptômes digestifs.

D'autres examens au cas par cas dans la maladie de Crohn

Dans certains cas, des examens spécifiques sont nécessaires pour compléter le bilan :

  • Un examen du tube digestif par vidéocapsule
    Dans certains cas plus difficiles, et en particulier pour explorer l’intérieur de l’intestin grêle, un examen dit "par vidéocapsule ingérée " peut être nécessaire. Pour cela, le patient avale une capsule de la taille d’un comprimé, renfermant une petite caméra à usage unique. Celle-ci recueille et transmet des images à un système de traitement informatique. Cet enregistrement indolore est pratiqué sans anesthésie, en hospitalisation de jour.
  • Une entéro-IRM (IRM des intestins) et l'IRM abdominopelvienne et du permettent d’évaluer l’étendue des lésions de la maladie de Crohn et la présence de fistules ou d’abcès.
  • Un entéroscanner (scanner des intestins utilisant les rayons X) et le scanner abdominopelvien aident à localiser les abcès ou une éventuelle liée à la maladie de Crohn.
  • Une échographie abdominale (examen indolore réalisé avec un appareil qui émet des ) met en évidence des fistules ou un rétrécissement du diamètre intérieur de l’intestin.

La reconnaissance de la maladie de Crohn en ALD

La maladie de Crohn peut être reconnue au titre d'une affection de longue durée (ALD). Les examens et les soins en rapport avec cette pathologie sont alors pris en charge à 100 % dans la limite des tarifs de l’Assurance Maladie.

Pour en savoir plus, parlez-en à votre médecin traitant.

L’évolution de la maladie de Crohn

Le plus souvent, la maladie de Crohn évolue par poussées plus ou moins rapprochées et plus ou moins intenses, entrecoupées de périodes de rémission durant lesquelles la personne n'a plus de symptômes. L’évolution de cette maladie diffère d’une personne à l’autre. Certains malades éprouvent des difficultés au quotidien durant les poussées et leur qualité de vie est altérée.

Divers problèmes peuvent survenir au cours de l'évolution de la maladie de Crohn :

  • des sténoses intestinales (rétrécissement du diamètre intestinal) ;
  • des fistules ou des abcès intra-abdominaux par perforation de la paroi intestinale ;
  • des fissures anales, des abcès et des fistules anales en cas d'atteinte du canal anal ;
  • une dénutrition et des carences vitaminiques par mauvaise absorption des et vitamines à travers la paroi intestinale ;
  • une anémie (due à une mauvaise absortion du fer et à l'inflammation...)

Certaines complications aiguës de la maladie de Crohn demandent un traitement immédiat à l’hôpital (le plus souvent chirurgical) :

  • une (arrêt de la progression des selles dans l’intestin), le plus souvent liée à une sténose ;
  • une péritonite (infection du ) par perforation de la paroi intestinale ;
  • une hémorragie digestive ;
  • un abcès dans la zone de l’anus et du .

D’autres maladies peuvent s'associer à l'atteinte digestive de la maladie de Crohn :

  • des atteintes articulaires (douleurs articulaires avec une atteinte fréquente de la colonne vertébrale ou spondylarthrite) ;
  • une uvéite (inflammation de certaines structures de l'œil : , ) : œil rouge, douloureux et larmoyant, avec des troubles de la vue ;
  • un érythème noueux (boursoufflures de la taille d'une noix, dures, rouges et douloureuses, sur les jambes et les avant-bras) ;
  • des aphtes buccaux, fréquentes dans la maladie de Crohn ;
  • des problèmes vasculaires favorisés par l'inflammation...

Par ailleurs, chez les enfants et les adolescents atteints de la maladie de Crohn, on peut observer un retard de croissance et/ou de puberté, ainsi que des difficultés scolaires en raison de l'impact de la maladie de Crohn sur la vie quotidienne.
Chez l’adulte, la vie de tous les jours peut aussi être affectée, avec notamment des répercussions psychologiques et un impact socioprofessionnel.

Enfin, à long terme, le risque de cancer du côlon ou de l’intestin augmente chez les malades atteints par la maladie de Crohn (surtout s’ils présentent des lésions étendues). Des iléocoloscopies sont réalisées régulièrement pour détecter au plus tôt une lésion suspecte.

Les différents types de spondyloarthrite

Les spondyloarthrites représentent un vaste groupe de rhumatismes inflammatoires. Leurs symptômes peuvent être proches avec atteinte du rachis mais aussi des articulations des membres. Il est parfois difficile de les différencier.

Outre la spondylarthrite ankylosante (50 % des cas), on trouve parmi ces spondyloarthrites :

  • les rhumatismes liés aux maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique) ;
  • le rhumatisme lié au psoriasis ;
  • les arthrites réactionnelles :
    • dans la maladie périodique ou fièvre méditerranéenne familiale : maladie héréditaire caractérisée par des poussées de fièvre, des douleurs articulaires et des douleurs abdominales pendant 2 à 3 jours,
    • quelques semaines après une infection urogénitale comme dans le syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter qui associe l'inflammation articulaire à une urétrite et une conjonctivite ou après une diarrhée infectieuse bactérienne (Yersinia, Salmonelle, Chlamydia trachomatis...)

  • Haute Autorité de santé (HAS). Maladie de Crohn : guide médecin. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2008 [consulté le 28 août 2020]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Maladie de Crohn : actes et prestations. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2019 [consulté le 28 août 2020]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI). Site internet : Inserm. Paris ; 2016 [consulté le 28 août 2020]
  • Altwegg R, Peyrin-Biroulet L. Maladie de Crohn chez l'adulte. EMC - Gastro-entérologie 2016;11(3):1-18 [Article 9-057-G-10]