Lymphome non hodgkinien : définition et facteurs favorisants

Le lymphome non hodgkinien est un cancer du système lymphatique, caractérisé par une prolifération anormale des lymphocytes B ou T. Il peut atteindre les ganglions et/ou n’importe quel organe : tube digestif, peau, testicules… Il entraîne une baisse globale de l’immunité.

Qu’est-ce qu’un lymphome non hodgkinien ?

Le lymphome non hodgkinien est un cancer du .

Il se développe à partir de deux types de cellules appelées "" :

  • les lymphocytes B (85 % des cas) ;
  • les lymphocytes T (15 % des cas).

On distingue de nombreux types de lymphomes non hodgkiniens, selon l’apparence que prennent les cellules touchées par cette affection.

D’un cas à l’autre, les symptômes, le développement de la maladie et la réaction de l’organisme au traitement sont différents. Toutefois, de nombreux patients guérissent.

En 2018, on estime que 22 000 nouveaux cas de lymphomes non hodgkiniens ont été diagnostiqués.

Globalement, ces lymphomes se classent en deux grands groupes.

Les lymphomes qui évoluent très vite, dits "agressifs"

Ils touchent 50 à 60 % des personnes souffrant de la maladie, et doivent être pris en charge très rapidement.

Les lymphomes d’évolution lente, appelés "indolents"

Ils concernent 40 à 50 % des patients atteints et peuvent se développer sur plusieurs années.

Lymphome non hodgkinien et lymphome de Hodgkin : quelles différences ?

Le lymphome de Hodgkin (aussi appelé maladie de Hodgkin) est caractérisé par la présence d’une cellule tumorale spécifique lors de l'. Il se développe à partir des lymphocytes B.

C’est une maladie peu fréquente (moins de 2000 cas par an) qui touche essentiellement l’adolescent et l’adulte jeune. Très sensible aux traitements par chimiothérapie et par radiothérapie, le lymphome hodgkinien est guéri dans plus de 80 % des cas.

Les lymphomes non hodgkiniens représentent plus de 90 % de l’ensemble des lymphomes diagnostiqués et le lymphome hodgkinien 10 % des cas.

Les parties du corps atteintes par le lymphome non hodgkinien

Le lymphome non hodgkinien est un cancer du touchant les présents dans le système lymphatique.

Le système lymphatique est composé d'un réseau lymphatique (ensemble de fins vaisseaux qui se ramifient dans tout le corps) rempli de lymphe (liquide clair constitué de , graisses, germes et déchets issus des cellules).

La lymphe est filtrée par les ganglions lymphatiques présents sur le réseau lymphatique et par différents organes tels que la , les amygdales, la moelle osseuse et le thymus. Ils en extraient les bactéries, les virus et toute autre substance étrangère. Puis la lymphe rejpoint la circulation sanguine.

Un lymphome est un cancer du système immunitaire qui se développe quand la fabrication des lymphocytes est perturbée conduisant à la production de lymphocytes anormaux.  

Ce cancer peut donc se développer dans l’organisme de deux manières différentes :

  • soit les cellules cancéreuses (lymphocytes B ou T) prolifèrent seulement au niveau des ganglions ;
  • soit, dans 40 % des cas, elles apparaissent et se multiplient au niveau d’un ou plusieurs organes (estomac, intestin, peau, partie du système Oto Rhino Laryngologique, testicules, cerveau etc.), avec ou sans atteinte ganglionnaire associée.

Le réseau lymphatique

Schéma représentant le système lymphatique composé des amygdales, du thymus, de la rate et des ganglions lymphatiques (cf. description détaillée ci-après)

Le réseau lymphatique est un système constitué de vaisseaux, de ganglions et d’organes qui sont reliés à toutes les parties du corps porteuses de lymphe. Il est principalement composé :

  • des ganglions lymphatiques, petits organes de taille et de forme différentes situés à plusieurs endroits du réseau lymphatique. On en trouve ainsi sous les aisselles, au niveau de l’ et de l’aine mais aussi dans la gorge, au fond de la bouche appelés ici amygdales. Ou encore dans le haut de la gorge, derrière le nez, où l’on trouve les adénoïdes ;
  • du thymus organe en forme de trapèze, situé au centre du thorax ;
  • de la , organe en forme de demi-lune, situé sur le côté gauche du corps, entre le thorax et l’.

 

 

Les facteurs favorisants du lymphome non hodgkinien

Les causes exactes du lymphome non hodgkinien ne sont pas connues. La survenue des lymphomes non hodgkiniens est le plus souvent plurifactorielle associant des facteurs de risque comportementaux, environnementaux et génétiques.

Différents facteurs ont été identifiés.

Virus, bactéries et lymphome non hodgkinien

Une infection chronique virale (hépatite C, VIH, virus Epstein Barr, présent en cas de mononucléose infectieuse) ou bactérienne (en particulier, présence prolongée dans l’estomac du germe Helicobacter pylori, notamment dans l’ulcère gastroduodénal).

Déficit immunitaire et médicaments

Un prolongé et certains traitements favorisent la survenue d'un lymphome :

  • une , par exemple un lupus,
  • un traitement immunodépresseur donné par exemple en cas de greffe d'organe,
  • un antécédent de chimiothérapie par des médicaments contenant des éléments nommés "agents alkylants".

Maladie cœliaque et lymphome non hodgkinien

Une maladie cœliaque non traitée par un régime sans gluten est un facteur de risque.

Environnement et lymphome non hodgkinien

Une exposition à des produits toxiques

  • les pesticides : produits à usages agricoles et produits destinés à l'entretien des espaces verts ( ou produits phytopharmaceutiques) ainsi que biocides et antiparasitaires vétérinaires. Parmi eux, le lindane largement utilisé pour lutter contre les insectes sur les cultures, mais aussi pour le traitement des poux et de la gale chez l’homme a été reconnu comme cancérigène et son usage a été interdit en 1998,
  • les solvants organiques (benzène, solvants chlorés, teintures capillaires),
  • les poussières de bois.

L’expertise menée par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale confirme, en 2021, la présomption forte d’un lien entre  l’exposition  aux  pesticides et six maladies, dont les  lymphomes non  hodgkiniens. Pour les lymphomes non hodgkiniens, il  a été possible de préciser des  liens de présomption forte avec des substances actives (malathion, diazinon, lindane, DDT) et avec une famille chimique de pesticides (les organophosphorés).

Le décret n° 2015-636 du 5 juin 2015 crée un nouveau tableau n°59 de maladies professionnelles pour le régime agricole, relatif aux hémopathies malignes provoquées par les pesticides permettant la prise en charge du lymphome malin non hodgkinien. 

Recherche sur le rôle des UV, radiations ionisantes et dioxines                  

Dans l’environnement quotidien, les expositions aux UV, aux radiations ionisantes et aux dioxines sont suspectées d’augmenter le risque de lymphome, mais sans que le lien de causalité n’ait pu être établi. 

  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide médecin, Lymphome non hodgkinien de l'adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 9 octobre 2018]
  • American Cancer Society. What is non-Hodgkin lymphoma ? Site internet : cancer.org. Atlanta (États-Unis) ; 2018 [consulté le 9 septembre 2021]
  • Institut national du cancer. Qu'est-ce que le lymphome non hodgkinien ? Site internet : INCA. Boulogne Billancourt (France) ; 2019 [consulté le 9 septembre 2021]
  • National Health service (NHS). Non Hodgkin lymphoma. Site internet : NHS. Londres ; 2018 [consulté le 9 septembre 2021]
  • Cancer et environnement. Les lymphomes. Centre Léon Bérard. Site internet : cancer-environnement. Lyon (France) ; 2021 [consulté le 9 septembre 2021]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Expertise collective Inserm. Pesticides et effets sur la santé : nouvelles données. Site internet : Inserm. Paris ; 2021 [consulté le 9 février 2022]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires