Lymphome non hodgkinien : définition et facteurs favorisants

30 août 2019
Le lymphome non hodgkinien est un cancer du système lymphatique, caractérisé par une prolifération anormale des lymphocytes B ou T. Il peut atteindre les ganglions et/ou n’importe quel organe : tube digestif, peau, testicules… Il entraîne une baisse globale de l’immunité.

Qu’est-ce qu’un lymphome non hodgkinien ?

Le lymphome non hodgkinien est un cancer du . Il se développe à partir de deux types de cellules appelées "" :

  • les B (85 % des cas) ;
  • les T (15 % des cas).

On distingue de nombreux types de lymphome non hodgkinien, selon l’apparence que prennent les cellules touchées par cette affection.

Globalement, ces lymphomes se classent en deux grands groupes :

  • Les formes qui évoluent très vite, dites "agressives"
    Elles touchent 50 à 60 % des personnes souffrant de la maladie, et doivent être prises en charge très rapidement.
  • Les formes d’évolution lente, appelées "indolentes"
    Elles concernent 40 à 50 % des patients atteints et peuvent se développer sur plusieurs années.

D’un cas à l’autre, les symptômes, le développement de la maladie et la réaction de l’organisme au traitement sont différents. Toutefois, de nombreux patients guérissent.

Lymphome non hodgkinien : quelques chiffres

En France, plus de 11 600 nouveaux cas de lymphome non hodgkinien ont été diagnostiqués en 2011. Le lymphome non hodgkinien se situe au 5e rang des cancers les plus fréquents.

Ce cancer peut se déclarer à tout âge, mais sa fréquence augmente après 60-65 ans.

Chez l’adulte, les hommes sont plus concernés (54 % des cas) que les femmes.

 

Les parties du corps atteintes par le lymphome non hodgkinien

Le lymphome non hodgkinien est un cancer du touchant les présents dans le système lymphatique.

Le système lymphatique est composé d'un réseau lymphatique (ensemble de vaisseaux et de ganglions) rempli de lymphe (liquide clair constitué de , graisses, germes et déchets issus des cellules). La lymphe irrigue tous les organes. Au sein des ganglions, les participent à la destruction des virus et bactéries qui circulent dans la lymphe. Au cours de son trajet dans le réseau lymphatique, la lymphe est ainsi "épurée" dans de multiples ganglions, avant de rejoindre la circulation sanguine.

En cas de lymphome non hodgkinien, les ne peuvent plus jouer correctement leur rôle : le s’en trouve affaibli.

Ce cancer peut donc se développer dans l’organisme de deux manières différentes :

  • soit les cellules cancéreuses ( B ou T) prolifèrent seulement au niveau des ganglions ;
  • soit, dans 40 % des cas, elles apparaissent et se multiplient au niveau d’un ou plusieurs organes (estomac, intestin, peau, partie du système Oto Rhino Laryngologique, testicules, cerveau etc.), avec ou sans atteinte ganglionnaire associée.

Le réseau lymphatique

Schéma représentant le système lymphatique composé des amygdales, du thymus, de la rate et des ganglions lymphatiques (cf. description détaillée ci-après)

Le réseau lymphatique est un système constitué de vaisseaux, de ganglions et d’organes qui sont reliés à toutes les parties du corps porteuses de lymphe. Il est principalement composé :

  • des ganglions lymphatiques, petits organes de taille et de forme différentes situés à plusieurs endroits du réseau lymphatique. On en trouve ainsi sous les aisselles, au niveau de l’abdomen et de l’aine mais aussi dans la gorge, au fond de la bouche appelés ici amygdales. Ou encore dans le haut de la gorge, derrière le nez, où l’on trouve les végétations adénoïdes ;
  • du thymus organe en forme de trapèze, situé au centre du thorax ;
  • de la rate, organe en forme de demi-lune, situé sur le côté gauche du corps, entre le thorax et l’abdomen.

 

 

Les facteurs favorisants du lymphome non hodgkinien

Les causes exactes du lymphome non hodgkinien ne sont pas connues. Cependant, la survenue de la maladie pourrait être favorisée par la combinaison de plusieurs facteurs :

  • infection chronique virale (hépatite C, VIH, virus Epstein Barr) ou bactérienne (en particulier, présence prolongée dans l’estomac du germe Helicobacter pylori, responsable notamment de l’ulcère gastroduodénal) ;
  • prolongé ( par ex : lupus, traitement immunodépresseur donné par exemple en cas de greffe) ;
  • maladie cœliaque non traitée par un régime sans gluten ;
  • antécédent de chimiothérapie par des médicaments contenant des éléments nommés "agents alkylants" ;
  • exposition à des produits toxiques : pesticides, solvants, engrais. Le lymphome non hodgkinien lié à une exposition aux pesticides est inscrit au tableau des maladies professionnelles des agriculteurs.
    Pour en savoir plus, consulter le décret n° 2015-636 du 5 juin 2015 (PDF, 136.71 Ko).
La maladie de Hodgkin, autre forme de lymphome

L’une de ses caractéristiques est la présence d’une cellule tumorale spécifique. Elle est appelée cellule de Reed-Sternberg et se développe à partir des B. C’est essentiellement une maladie de l’adolescent et l’adulte jeune.

  • Haute Autorité de santé (HAS). Guide médecin, Lymphome non hodgkinien de l'adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 9 octobre 2018]
  • Collège des enseignants d’hématologie. Lymphomes malins. Site internet : Université médicale numérique francophone. Nantes (France) ; 2010 [consulté le 9 octobre 2018]
  • Collège français des pathologistes. Lymphomes malins. Site internet : Université médicale numérique francophone. Nantes (France) ; 2013 [consulté le 9 octobre 2018]
  • American Cancer Society. What is non-Hodgkin lymphoma ? Site internet : cancer.org. Atlanta (États-Unis) ; 2018 [consulté le 9 octobre 2018]
  • Institut national du cancer. Qu'est-ce que le lymphome non hodgkinien ? Site internet : INCA. Boulogne Billancourt (France) ; 2015 [consulté le 9 octobre 2018]
  • National Health service (NHS). Non Hodgkin lymphoma. Site internet : NHS. Londres ; 2015 [consulté le 9 octobre 2018]