Mal de dos, ne le laissez pas s’installer

21 novembre 2017
Dans 90 % des cas, le mal de dos dans le cadre de la « lombalgie commune » guérit en moins de 4 à 6 semaines. Mais il peut arriver que celui-ci perdure. Si la douleur dépasse les 12 semaines, le mal de dos devient « chronique ».

Lombalgie subaiguë : une prise en charge spécifique

Le mal de dos s’accompagne souvent de la peur de se faire mal une nouvelle fois. Ceci aurait pour conséquence d’arrêter ses activités, voire de perdre l’habitude de bouger. Ces pauses vont entraîner des raideurs, un manque de souplesse des ligaments, une faiblesse des muscles du dos… provoquant de nouvelles lombalgies.

Au fil du temps, vous pouvez perdre votre forme physique, la douleur perdure et votre moral baisse. La douleur ressentie est même parfois plus forte et vous avez des difficultés à reprendre vos activités.

Dans les premiers jours et jusqu’à 4/6 semaines, la lombalgie est dite « aiguë ». C’est à ce moment-là, dès le départ, qu’il faut intervenir.

Entre 4/6 semaines et 12 semaines, la lombalgie est dite « subaiguë ».

Au-delà des 7 premières semaines, votre médecin pourra, si nécessaire , vous prescrire des examens d’imagerie pour affiner son diagnostic. Avant ce délai, ce type d’examen n’apporte aucun bénéfice à votre prise en charge.

Le premier des réflexes devant le mal de dos est donc de l’empêcher de s’installer. Le bon traitement, c’est le mouvement. Votre médecin traitant pourra dès lors vous conseiller les activités adaptées, et vous aider à faire face à la douleur. La kinésithérapie active prend toute sa place pour vous aider notamment à reprendre les activités.

Zoom sur la kinésithérapie active

En cas de récidives ou de lombalgies qui durent plus de 4 semaines, la kinésithérapie active a montré une efficacité et est recommandée pour le traitement de la douleur mais aussi pour apprendre les gestes à ne pas faire, mettre en place des exercices d'entretien à pratiquer seul...

Lorsque la lombalgie devient chronique

Grâce au traitement et au maintien en activité, 9 lombalgies communes aiguës sur 10 guérissent avant 4 ou 6 semaines. Mais des récidives sont possibles dans les mois ou années qui suivent. Lorsque le mal perdure au-delà de 3 mois (12 semaines), la lombalgie est "chronique" et une prise en charge spécifique est nécessaire.

Pour certaines personnes, la perte de mobilité peut les plonger dans un état anxiodépressif limitant ainsi leurs activités quotidiennes. Un taux de stress élevé, un sommeil non réparateur ou un état anxiodépressif peuvent en effet augmenter l’intensité de la douleur ressentie…

Dans ces cas, votre médecin traitant pourra vous orienter vers des centres experts pluridisciplinaires, notamment pour la prise en charge de la douleur et la reprise de l’activité physique.

Si un arrêt de travail vous a été prescrit, une consultation précoce du médecin du travail permet, si nécessaire, la mise en place d'une adaptation ou d'une modification temporaires de votre poste de travail, ou encore d’une reprise du travail à temps partiel thérapeutique.

Même lorsqu’il est devenu chronique, le mal de dos n’est pas et ne doit pas être une fatalité. Parlez-en à votre médecin. Il pourra pour vous aider et vous guider.

Le dos est costaud… vos connaissances sur le mal de dos le sont-elles ?


Sources
  • « Lombalgie chronique, définition et prise en charge », La revue du praticien, vol. 58, pp. 265-271.
  • Rozenberg S1, Delval C, Rezvani Y, Olivieri-Apicella N, Kuntz JL, Legrand E "et al". Bed rest or normal activity for patients with acute low back pain: a randomized controlled trial. Spine (Phila Pa 1976). 2002 Jul 15;27(14):1487-93.