Lombalgie ou mal de dos, de quoi parle-t-on ?

21 novembre 2017
La lombalgie, souvent appelée « mal de dos », se caractérise par une douleur intense, au niveau des vertèbres lombaires. La lombalgie commune est le mal de dos le plus répandu.

Qu’est-ce que la lombalgie ?

La lombalgie, appelée communément « mal de dos », « lumbago » ou « tour de rein », est une douleur, souvent intense, au niveau des vertèbres lombaires, situées en bas du dos. En cas de lombalgie, on peut aussi ressentir un sentiment de blocage ou des difficultés à faire certains mouvements.

Dans le milieu médical, on parle de « lombalgie commune » par opposition aux « lombalgies spécifiques », qui sont liées à des maladies sous-jacentes telles qu’une scoliose , la spondylarthrite ankylosante, la fracture d'une vertébre, une infection localisée à la colonne vertébrale, une tumeur vertébrale …

Tous les étages du dos peuvent être douloureux

La cervicalgie aiguë, la sciatique sont des douleurs provenant de la colonne vertébrale.

Des symptômes douloureux sans cause spécifique

Cette douleur, qui va de la gêne modérée à la douleur intense, peut avoir des origines multiples. Parmi celles-ci, figurent généralement un effort excessif, un mouvement brutal ou extrême...

De fait, certains mouvements peuvent déclencher une lombalgie. Mais de nombreuses lombalgies ne sont déclenchées par aucun mouvement spécifique. On parle souvent de « faux mouvement ». En réalité, ce que l’on appelle « faux mouvement » fait partie des mouvements ordinaires de la vie quotidienne.

Le mal de dos, d’abord un problème de muscle sans gravité

La lombalgie commune est le mal de dos le plus répandu. Bien que pouvant être extrêmement douloureuse, sa prise en charge est plus simple si elle est réalisée à temps. Dans les premiers jours, et jusqu’à 4/6 semaines, il s’agit de prendre en charge la douleur et d’éviter qu’elle ne s’installe. Pour cela, le bon traitement, c’est le mouvement, car « ne pas bouger, c’est se rouiller ».

En effet, on sait maintenant que la majorité des lombalgies communes est la conséquence de lésions des muscles, ligaments et tendons qui assurent le soutien et le fonctionnement de la colonne vertébrale.

Il s’agit le plus souvent d’une cause « mécanique » : c’est d’ailleurs pour cela qu’il n’existe aucun lien entre l’intensité de la douleur et la gravité de la lombalgie.

C’est aussi pourquoi les examens radiologiques sont inutiles en première intention pour le diagnostic médical. De plus, le dos n’est jamais parfait et est sujet au vieillissement : ces examens radiologiques pourraient donc faire croire que ces petites imperfections dues au vieillissement sont l’origine de la lombalgie.

Les facteurs favorisant la lombalgie aiguë

Les lombalgies sont fréquentes : 84 % des personnes ont eu, ont ou auront une lombalgie. Plusieurs facteurs favorisent leur survenue.

L'âge est un facteur de risque puisque la fréquence des lombalgies augmente progressivement au cours de la vie. Paradoxalement, avec le développement de la sédentarité, de l’inactivité, elle touche aussi de plus en plus les jeunes.

Très souvent, la cause du mal de dos est la sédentarité, l’absence d’activité. Les muscles se relâchent, ne sont pas assez forts pour jouer leur rôle et la lombalgie survient.

C'est pourquoi, il est essentiel de soulager la douleur et de maintenir ou reprendre rapidement une activité physique, afin d’éviter que la douleur ne s’installe. C’est en entretenant son dos, en renforçant ses muscles et la souplesse des ligaments que l’on guérit et qu'on évite les rechutes.

Les lombalgies appartiennent à l'ensemble des troubles musculo-squelettiques (TMS) pouvant survenir dans le cadre professionnel ou de loisir et faisant suite à :

  • de mauvaises postures (postures pénibles, station assise prolongée) ;
  • des chutes ;
  • des vibrations du corps entier :
  • une activité physique : tout travail comporte une part d'activité physique. L'activité physique est bénéfique. Cependant, dans le cadre professionnel, elle est souvent excessive, déséquilibrée, statique, contrainte par le temps… ;
  • l’inactivité physique.

Les contraintes psychosociales (monotonie des tâches, insatisfaction professionnelle, peu de reconnaissance reçue en échange des efforts fournis...) sont susceptibles de favoriser les lombalgies et en particulier leur passage à la chronicité.

Il en est de même pour certains facteurs psychologiques comme l'humeur dépressive.

Votre médecin traitant et/ou votre médecin du travail peuvent vous aider dans ces situations, il est donc essentiel que vous abordiez ces aspects avec lui/eux.

Le dos est costaud… vos connaissances sur le mal de dos le sont-elles ?


Sources
  • Airaksinen O, Brox JI, Cedraschi C, Hildebrandt J, Klaber-Moffett J, Kovacs F "et al" .Working Group on Guidelines for Chronic Low Back Pain. Eur Spine J. 2006 Mar;15 Suppl 2:S192-300