Lithiase vésiculaire : symptômes et diagnostic

19 avril 2017
Le plus souvent, les calculs logés dans la vésicule biliaire n’engendrent aucun symptôme. Chez certaines personnes, les calculs biliaires provoquent des douleurs abdominales intenses, ou "coliques hépatiques". Une échographie abdominale est alors prescrite pour confirmer le diagnostic.

Des calculs biliaires le plus souvent asymptomatiques

Dans plus de 80 % des cas, les calculs n’engendrent aucun symptôme. Ces calculs biliaires asymptomatiques peuvent être découverts lors d'une échographie ou d’une radiographie de la région abdominale, réalisée pour un autre motif (ex. : observation du foie ou des reins). En l’absence de gêne chez le patient, toute surveillance et tout diagnostic plus poussé sont inutiles.

Les symptômes dus à la lithiase vésiculaire

Quelquefois, les calculs se manifestent par une crise de colique hépatique. Cette douleur est due à la tension brutale des canaux transportant la , en raison du déplacement d'un calcul biliaire dans le canal cystique.

Plusieurs signes peuvent alors apparaître :

  • Une douleur brutale dans le creux de l’estomac ou sous les côtes du côté droit. Augmentée par la respiration, elle irradie vers l’épaule droite, la pointe de l’omoplate et le dos. Elle s’intensifie rapidement et devient constante, obligeant, lorsqu’elle est très violente, à cesser toute activité. Si cette douleur se déclare pendant la nuit, elle réveille le malade.
  • Des nausées, voire des vomissements. Ils sont associés à la douleur chez certaines personnes.

La colique hépatique dure de 30 minutes à quelques heures, sans être accompagnée de fièvre. Elle cesse lorsque le calcul s’est déplacé et ne bloque plus la voie biliaire.

Après une crise de colique hépatique, une consultation médicale est indispensable.

Le diagnostic des calculs biliaires ou lithiase vésiculaire

Pendant la consultation, le médecin commence par palper l' au niveau de la région épigastrique et sous les côtes, du côté droit. Si son geste provoque une douleur qui bloque l’inspiration, il évoque le diagnostic de lithiase vésiculaire.

Pour confirmer la présence de calculs, une échographie abdominale est nécessaire. Cet examen permet aussi de visualiser l’état de la vésicule et des canaux biliaires. Il peut se révéler sensible, lorsque la sonde de l’échographe passe au niveau de la vésicule. Généralement, il est suffisant pour confirmer le diagnostic, en dehors d’éventuelles complications.

Quelle est l’évolution possible de la lithiase vésiculaire ?

Après une crise de colique hépatique, le risque de récidive est important en l’absence de traitement : deux fois sur trois, une nouvelle crise se déclare.

Des complications peuvent aussi survenir, à savoir :

  • une inflammation de la vésicule biliaire due à l’obstruction durable du canal biliaire cystique ou cholécystite aiguë ;
  • la migration du calcul dans le cholédoque (canal biliaire principal), engendrant un risque d’ictère (jaunisse), d’angiocholite (infection importante du cholédoque) voire de aiguë (inflammation du ).
Sources
  • Université médicale virtuelle francophone (UMVF). Lithiase biliaire et ses complications. Site internet : umvf.univ-nantes.fr. Nantes (France) ; 2009 [consulté le 2 juin 2016]
  • National Digestive Diseases Information Clearinghouse (NDDIC). Gallstones. Site internet : digestive.niddk.nih.gov. Bethesda (États-Unis) ; 2013 [consulté le 2 juin 2016]
  • NHS Choices. Gallstones. Site internet : nhs.uk. Londres ; 2015 [consulté le 2 juin 2016]
  • Société française de radiologie (SFR). Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale. Site internet : gbu.radiologie.fr. Paris ; 2013 [consulté le 2 juin 2016]