Laryngite aiguë : les bons réflexes et la consultation médicale

16 avril 2018
En cas de laryngite aiguë de l’enfant, il est important de savoir comment réagir (dans quels délais faut-il consulter ?) et quels bons gestes adopter pour être soulagé.

Comment réagir en cas de laryngite aiguë de votre enfant ?

icone_schema_line

La laryngite aiguë de l'enfant ne relève pas de l'automédication. Je prends rendez-vous pour mon enfant chez mon médecin ou mon pédiatre. Un examen médical est nécessaire.

icone_schema_line

En cas de laryngite, je n'attends pas pour contacter mon médecin. La consultation médicale doit avoir lieu dans la journée ; elle est indispensable pour évaluer l'état de santé de l'enfant.

icone_schema_line
  • Mon enfant a des symptômes de laryngite : toux rauque, respiration ralentie et bruyante mais son état général est bon.
  • Il a déjà été examiné par un médecin mais les symptômes (toux, difficultés respiratoires) persistent au-delà de deux à trois jours.
  • Mon enfant a déjà été examiné par un médecin mais la toux s'aggrave et est associée à de la fièvre.

Je consulte mon médecin traitant dans la journée.

icone_schema_line
  • Mon enfant a moins de six mois et a une laryngite.
  • Il ne s'alimente plus ou refuse de boire (ce qui peut entraîner une déshydratation).
  • Il est très pâle.
  • Ses lèvres et ses doigts bleuissent.
  • Sa respiration devient irrégulière.
  • Il est agité, somnolent, confus ou présente une grande fatigue.
  • Il a de la peine à avaler et bave continuellement avec une fièvre très élevée (supérieure à 39 °C).
  • Il refuse d’avaler ou reste assis.
  • Il est atteint d'une maladie cardiaque ou d'une maladie chronique.

Je conduis mon enfant au service des urgences sans l'allonger ou je contacte sans tarder le service d'aide médicale d'urgence (Samu) 15 ou 112.

Les gestes à adopter pour soulager votre enfant

Lorsque votre enfant souffre d’une laryngite aiguë, vous pouvez effectuer quelques soins pour diminuer son inconfort :

  • Proposez-lui des activités calmes.
  • Ne lui donnez pas d'antitussifs contre la toux.
  • Désobstruez son nez s'il est encombré :
    • utilisez des mouchoirs jetables, du sérum physiologique ou des solutés dérivés de l'eau de mer, en dosettes à usage unique,
    • n'utilisez pas trop souvent le mouche-bébé qui peut être irritant,
    • n'utilisez pas les pulvérisateurs nasaux contenant des produits vasoconstricteurs avant l'âge de 15 ans,
    • n'utilisez que des pulvérisateurs nasaux adaptés à l'âge de votre enfant. Au moindre doute, demandez conseil à votre pharmacien,
    • lavez le nez de votre enfant s'il est trop petit pour savoir se moucher.
  • N'exposez pas votre enfant qui a une laryngite à la fumée du tabac.
  • Ne vous inquiétez pas si la température de votre enfant dépasse 38 °C mais reste inférieure à 39 °C. La fièvre est une réaction naturelle de l'organisme pour l'aider à lutter contre les microbes. Elle disparaît souvent en deux à trois jours. Pour soulager votre enfant en cas d'inconfort :
    • proposez-lui régulièrement de boire de l'eau,
    • ne chauffez pas trop sa chambre (environ 18 °C - 20 °C),
    • ne le couvrez pas trop : la chaleur de son corps doit s'évacuer,
    • utilisez, si nécessaire, un médicament antipyrétique : il est conseillé de n'utiliser qu'un seul médicament pour traiter la fiévre de votre enfant. Aucune étude ne prouve que l'alternance ou l'association de deux médicaments est plus efficace. Le paracétamol est le médicament le plus couramment utilisé et l'ibuprofène est utilisable après l'âge de trois mois.

La fièvre chez l'enfant : quels médicaments ?

La prise d’antalgiques ou antipyrétiques nécessitent quelques précautions d’emploi.

Si votre enfant a plus de trois mois, donnez-lui de préférence du paracétamol ou éventuellement de l'ibuprofène. La dose doit être adaptée à son poids :

  • pour le paracétamol, un maximum de 60 mg par kilo et par jour, à répartir en quatre ou six prises, soit environ 15 mg/kg toutes les six heures ou 10 mg/kg toutes les quatre heures ;
  • pour l'ibuprofène, un maximum de 20 à 30 mg par kilo et par jour, à répartir en trois ou quatre prises, soit un maximum de 10 mg/kg toutes les huit heures ou 7,5 mg/kg toutes les six heures. Soyez vigilant ! Si votre enfant a la varicelle ou s'il est déshydraté (diarrhées et vomissements importants), ne lui donnez pas d'ibuprofène.

L'aspirine ne doit pas être administrée chez l'enfant sans avis médical, en raison du risque de survenue d'une mais grave, le .

Si votre enfant a moins de trois mois, donnez-lui uniquement du paracétamol et consultez votre médecin.

La présentation des médicaments pour enfants

Les présentations pédiatriques (sachets, cuillères mesures, pipettes graduées...) simplifient l'adaptation de la dose du médicament au poids de votre enfant. La prise de comprimés ou de gélules est strictement contre-indiquée chez l'enfant de moins de 6 ans, car elle expose à un risque de fausse route.

Consultez la notice du médicament et respectez les contre-indications. Au moindre doute, demandez conseil à votre pharmacien ou à votre médecin.

Sources
  • Haute Autorité de santé. Prise en charge de la fièvre chez l'enfant. Fiche mémo. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) : 2016 [consulté le 9 mars 2018]
  • Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Prise en charge de la toux chez le nourrisson (enfant de moins de 2 ans). Site internet : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Saint-Denis (France) ; 2011 [consulté le 10 juillet 2015]
  • Collège national des pédiatres universitaires. Détresse respiratoire aiguë chez le nourrisson et l'enfant. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2014 [consulté le 8 mars 2018]
  • François M. Dyspnées laryngées de l'enfant. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2017;12(3):1-8 [Article 8-0080]
  • Société canadienne de pédiatrie. La prise en charge du croup en salle d'urgence. Site internet : cps.ca. Ottawa (Ontario) ; 2017 [consulté le 8 mars 2018]