Intolérance au lactose : quel régime alimentaire ?

21 décembre 2018
Le traitement de l’intolérance au lactose repose sur la limitation, très rarement la suppression, des aliments contenant du lait. L’importance de cette limitation est propre à chacun.

Intolérance au lactose : quel régime alimentaire ?

Si l'intolérance au lactose est secondaire à une maladie (gastroentérite ou poussée de maladie de Crohn par exemple), le traitement repose sur l'éviction temporaire du lactose. Sa réintroduction sans restriction a lieu après guérison des lésions de la de l'intestin grêle.

Le traitement de l'intolérance au lactose par baisse partielle mais définitive de l'activité de la lactase repose sur la limitation des aliments source de lactose. Le régime de chacun doit être adapté en fonction de la tolérance au lactose restante, en essayant de conserver au maximum un apport en produits laitiers très importants en raison de leur richesse en calcium.

Dans la très grande majorité des cas, on ne se prive donc pas totalement de produits laitiers. Seuls les rares cas de déficit en lactase prononcé doivent éliminer totalement le lactose de leur alimentation.

Pour trouver ce seuil de tolérance au lactose, on peut proposer une technique en 3 phases, idéalement sous supervision d’une diététicienne ou d’un médecin nutritionniste :

  • Phase d’éviction de deux semaines pour diminuer les douleurs. À ce stade, la personne limite fortement le lait et les produits laitiers ainsi que les produits pouvant contenir du lactose caché (pain contenant du lait, produits panés, omelette contenant du lait, etc.)
  • Phase de test : la quantité de lactose est augmentée progressivement pour tester la tolérance. Le but étant de repérer le seuil de déclenchement des symptômes, il est utile de consigner les prises alimentaires dans un journal.
  • Transition en douceur vers une alimentation définitive : les aliments identifiés comme bien tolérés sont intégrés dans l’alimentation.

Intolérance au lactose : conseils pratiques

Quelques réflexes simples peuvent faciliter l’adaptation du régime en cas d’intolérance au lactose :

  • Apprenez à connaître les teneurs en lactose : plus le produit est transformé, moins il en contient :
    • le lait est l’aliment le plus riche en lactose, il est mal toléré dans la majorité des cas en raison de sa nature liquide qui favorise une vidange rapide de l'estomac et une arrivée massive de lactose dans l'intestin,
    • le yoghourt est souvent mieux supporté car il arrive plus lentement dans l'intestin et la lactase a plus de temps pour digérer le lactose,
    • dans les fromages, une partie du lactose est éliminée avec le petit lait. Le reste est ensuite dégradé par les bactéries. Il n’y a quasiment plus de lactose dans un fromage ayant plus de 6 semaines de maturation ; ainsi la mozzarella, la feta, la ricotta, les fromages frais ont une teneur modérée en lactose, tandis que les fromages à pâte molle ou mi-dure (brie, tomme, camembert, fromage de raclette...) n’ont que des traces de lactose. Les fromages à pâte dure (comté, parmesan...) ne contiennent quant à eux que très peu de lactose,
    • pour les fromages frais, fondus, de la poudre de lait est souvent ajoutée lors de la production. On peut repérer sa présence sur l’étiquetage,
    • le beurre ne contient pratiquement pas de lactose.

 

Composition moyenne en lactose de quelques produits laitiers, valeurs moyennes (CIQUAL)
Aliments Lactose (g/100 g)
Lait entier ou écrémé 4,6
Yaourt nature 4,4
Crème 3,4
Fromage blanc 5,3
Fromage fondu 4,9
Beurre 0,4
Fromages type "camenbert" traces

 

  • Consommez les produits laitiers lors des repas en même temps que des protéines (viande, poisson, œuf...) et des matières grasses et répartissez les produits laitiers sur les 3 repas de la journée : ainsi la tolérance est meilleure.
  • Utilisez les laits et produits laitiers délactosés. Dans ces produits (lait, yoghourt, crème, fromage frais, beurre, etc.), le lactose est déjà dégradé. La teneur en protéines et calcium de ces produits est identique à celle des produits laitiers normaux, permettant de réduire le risque de carence.
  • Utilisez des compléments alimentaires riches en lactase en cas "d’écart". La prise de comprimés de lactase permet une meilleure absorption et la diminution ou la disparition des symptômes lors de la consommation d’un aliment contenant du lactose. Ils ne nécessitent pas d’ordonnance et constituent une aide ponctuelle, mais ne remplacent pas le régime.
  • Ne négligez pas les apports en calcium pour prévenir l'ostéoporose. Si l’intolérance est telle que vous ne consommez que très peu voire pas de produits laitiers en raison des symptômes, il faut absolument privilégier d’autres sources de calcium. Certains aliments en contiennent (œufs, moules, huîtres, noix, persil, haricots verts, poireau...) ainsi que des eaux minérales. Les suppléments de calcium peuvent aussi se révéler utiles. Demandez conseil à votre médecin.
L'intolérance au lactose n'entraine pas de complications

Contrairement à une allergie alimentaire ou à l’intolérance au gluten, l’intolérance au lactose ne peut entraîner de complication grave. Il ne faut donc en aucun cas avoir peur de "l’écart" de régime et tomber dans le risque d’un régime trop restrictif.

Sources
  • Société Suisse de nutrition (SGE/SSN). Alimentation et intolérance au lactose. Site internet : SGE/SSN. Berne (Suisse) ; 2013 [consulté le 21 décembre 2018]
  • Dainese-Plichon R., Schneider S., Piche T, Hébuterne X. Malabsorption et intolérance au lactose chez l'adulte. Nutrition clinique et métabolisme. 2014;28(1):46-51
  • Wilt TJ, Shaukat A, Shamliyan T, Taylor BC, MacDonald R, Tacklind J, Rutks I, Schwarzenberg SJ, Kane RL, Levitt M. Lactose intolerance and health. Evid Rep Technol Assess (Full Rep). 2010 Feb;(192):1-410
  • Marteau P, Olivier S. L'intolérance au lactose. Elsevier Masson. Cahiers de nutrition et de diététique. 2017;525:S13-S
  • Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Le calcium. Site internet : Anses. Maisons-Alfort (France) ; 2016 [consulté le 21 décembre 2018]
  • Montalto M, Curigliano V, Santoro L, Vastola M, Cammarota G, Manna R, Gasbarrini A, Gasbarrini G. Management and treatment of lactose malabsorption. World J Gastroenterol. 2006 Jan 14;12(2):187-91.