Sommaire : Grossesse et infections

Infection maternelle pendant la grossesse : recherche et prévention indispensables

Plusieurs types d’infections peuvent survenir chez une femme enceinte. Qu’elles soient bactériennes, virales, mycosiques ou parasitaires, elles peuvent donner lieu à des complications pendant la grossesse voire, être transmises à l’enfant. Diverses méthodes de prévention existent pour les éviter.

Infections maternelle : transmission de la mère à l’enfant et facteurs de contamination

Une infection de la mère peut être transmise à l’enfant qu’elle porte de deux manières :

  • par passage transplacentaire tout au cours de la grossesse. Le retentissement sur l’enfant de cette infection dépend du germe en cause et de la période de contamination. C’est le cas en cas de toxoplasmose, rubéole, cytomégalovirus, varicelle, virus de l’immunodéficience humaine (VIH), syphilis, etc. ;
  • lors de l’accouchement. C’est notamment le cas si la mère est infectée par l’hépatite B, un herpès génital, un B, le VIH, etc.

De façon non spécifique, toute infection (comme une infection urinaire, grippe, par exemple) ou épisode fébrile peut être responsable d’une fausse couche spontanée, notamment en début de grossesse ou d’un accouchement prématuré.

Les infections maternelles peuvent être :

La contamination de la femme enceinte peut se faire par :

  • la salive et les sécrétions nasopharyngées (rubéole, Covid-19, cytomégalovirus, grippe) ;
  • l’alimentation (toxoplasmose, listériose) ;
  • contact cutané (toxoplasmose, varicelle) ;
  • piqures de moustiques (virus Zyka, paludisme) ;
  • voie sexuelle. Ce sont alors des infections sexuellement transmissibles (IST) (herpès, hépatite B, gonococcie, infection à chlamydia, syphilis) ;
  • le sang (hépatite C).

La prévention des infections chez la femme enceinte

Il est possible de prévenir les infections chez la femme enceinte et leur retentissement sur le nouveau-né. Outre le suivi de grossesse assuré par différents professionnels de santé, cette prévention repose sur différentes méthodes.

La vaccination avant une grossesse

Un projet de grossesse est l’occasion de faire le point sur ses vaccins.

Anticiper sa grossesse permet de mettre à jour si besoin son statut vaccinal et surtout de réaliser les vaccinations qui ne pourront pas être faites pendant la grossesse.

Le rattrapage vaccinal

Il n’est pas trop tard pour rattraper des retards de vaccination contre :

  • le tétanos ;
  • la diphtérie ;
  • la ;
  • l'hépatite B ;
  • la coqueluche.

La vaccination contre la coqueluche est particulièrement importante en raison de la vulnérabilité des nourrissons pendant leurs 2 premiers mois de vie. En effet, les nourrissons, non encore vaccinés, présentent des formes graves de la coqueluche et en raison de leurs difficultés respiratoires, ils doivent être hospitalisés.

Certaines vaccinations qui utilisent des vaccins vivants ou vivants atténués ne doivent en aucun cas être utilisés pendant la grossesse en raison d’un risque potentiel d’infection du fœtus. C’est le cas des vaccins contre la rougeole, oreillons, rubéole (ROR), et la varicelle. Par précaution, toute grossesse doit être évitée dans le mois qui suit ce type de vaccination.

Vaccination contre la rubéole

Si vous n’êtes pas immunisée contre la rubéole (sérologie négative) ou si vous n’avez pas reçu 2 vaccinations préalables, la vaccination contre cette maladie avant de commencer une grossesse est indispensable.

La grossesse est à éviter pendant le mois suivant la vaccination grâce à une contraception.

Ce vaccin est associé à celui de la rougeole, maladie qui peut être responsable de fausses couches si elle survient au cours d'une grossesse.

Vaccination contre la varicelle

Si vous n’avez jamais eu la varicelle, la vaccination avant une grossesse est possible avec contraception pendant un mois.

La vaccination avant ou pendant la grossesse

Vaccination antigrippale

La grippe peut avoir des complications durant la grossesse, la vaccination est conseillée avant l'hiver. La vaccination est aussi possible pendant la grossesse.

Vaccination contre le Covid-19

La Covid-19, en période de pandémie, peut être grave au cours du troisième trimestre de grossesse, surtout si la femme enceinte a une autre maladie (asthme, diabète gestationnel, hypertension artérielle, surpoids ou obésité...) Faites-vous vacciner avant d’être enceinte. La vaccination est également possible pendant la grossesse.

Vaccination contre la coqueluche

La vaccination contre la coqueluche est recommandée à partir du deuxième trimestre de grossesse (en privilégiant la période entre 20 et 36 semaines d'). La vaccination de la mère permet de transmettre à l’enfant, via le , les anticorps et de le protéger dans ses premiers mois de vie.

La vaccination contre la coqueluche est recommandée pour tout couple ayant un projet parental. Parlez-en à votre médecin ou sage-femme au cours de la consultation préconceptionnelle.

Dans le but de prévenir la coqueluche chez les nouveau-nés et les très jeunes nourrissons avant leur schéma de primovaccination, la Haute Autorité de santé recommande 

  • la vaccination contre la coqueluche chez la femme enceinte à partir du deuxième trimestre de grossesse, en privilégiant la période entre 20 et 36 semaines d'aménorrhée, afin d’augmenter le transfert passif à travers le placenta des anticorps maternels et d’assurer une protection optimale du nouveau-né ;
  • que la vaccination contre la coqueluche soit effectuée pour chaque grossesse ;
  • que la vaccination contre la coqueluche de la femme enceinte soit effectuée en même temps que la vaccination contre la grippe saisonnière et/ou la Covid-19 (notamment si les campagnes de vaccination contre l’une ou l’autre des deux maladies ont débuté).

Le dépistage de certaines infections au cours de la grossesse

Au début et, si besoin, pendant la grossesse, le médecin ou la sage-femme prescrit des analyses de sang pour rechercher l'immunisation contre certaines maladies présentant des risques : la rubéole, la toxoplasmose, la syphilis, l’hépatite B, la présence du virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

Aussi, un dépistage de l’infection à chlamydia qui inclut celui de la co-infection par Neisseria gonorrhoeae, bactérie à l’origine de la gonococcie, est recommandé. Ce test est réalisé par prélèvement vaginal.

Dans certaines situations, les professionnels de la santé responsables du suivi de la grossesse peuvent recommander des tests de dépistage d’autres IST (comme l’herpès génital) ou d’infections transmises par le sang (hépatite C).

L’utilisation de préservatifs pour prévenir les IST au cours de la grossesse

La prévention des IST passe notamment par le port du préservatif (masculin ou féminin) lors des relations sexuelles, même pendant la grossesse.

En cas de doute sur son statut ou sur celui de son partenaire, il ne faut pas hésiter à aborder ces questions avec le médecin ou la sage-femme qui suit la grossesse.

L'hygiène du domicile, l'alimentation et la protection contre les moustiques

Pour prévenir les infections lors de la grossesse, des mesures sont prises tout au cours de la grossesse :

  • hygiène de la cuisine,
  • absence de partage des affaires de toilettes,
  • respect d'une alimentation dépourvue de bactéries et parasites,
  • maintien des distances avec les personnes présentant des maladies infectieuses pour lesquelles l' n'est pas acquise,
  • précaution lors des soins aux animaux en l'absence d'immunité contre la toxoplasmose,
  • protection contre les moustiques Aedes si nécessaire...
  • Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales. Prévention des risques fœtaux : infections, médicaments, toxiques, irradiation. UE2 n° 26 - 6e éd. Site internet : Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales. Issy-les-Moulineaux (France) : 2020 [consulté le 15 juillet 2021]
  • Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales. Prévention des risques fœtaux : infections, médicaments, toxiques, irradiation. UE2 n° 26 - 5e éd. Site internet : Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales. Issy-les-Moulineaux (France) : 2018 [consulté le 15 juillet 2021]
  • Haute autorité de santé (HAS). Femmes enceintes : colonisation urinaire et cystite - Recommandation de bonne pratique. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2016 [consulté le 15 juillet 2021]
  • Haute autorité de santé (HAS). Recommandation vaccinale contre la coqueluche chez la femme enceinte. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2022 [consulté le 13 avril 2022]
  • Québec. Infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) et grossesse. Site internet : Quebec.ca. Québec ; 2018 [consulté le 15 juillet 2021]
  • Santé publique France. Recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2020 (à l’attention des professionnels de santé) – Bulletin épidémiologique hebdomadaire. Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2020 [consulté le 15 juillet 2021]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires