Vivre après un infarctus du myocarde

Il y a un avant et un après l'infarctus. L'infarctus du myocarde est un épisode aigu d'une maladie chronique, la maladie coronarienne. Désormais, un suivi médical régulier est nécessaire. Une bonne hygiène de vie permet de limiter les conséquences de la maladie coronarienne.

Le suivi médical après un infarctus du myocarde

Après votre infarctus du , votre médecin traitant coordonne vos soins en collaboration avec d’autres professionnels de santé : cardiologue, médecin de réadaptation cardiaque, radiologue, diététicien...

Vous améliorerez votre qualité de vie en suivant quelques conseils.

Consultez régulièrement (tous les trois mois) votre médecin traitant. Il vous examine, vous fait un électrocardiogramme et vous oriente vers un cardiologue pour un bilan annuel.

Ce bilan comporte, selon votre situation et vos symptômes, divers examens :

Avertissez sans délai votre médecin devant tout symptôme inhabituel ou nouveau qui vous inquiète ou si vous ressentez des symptômes d’angine de poitrine.

Suivez les recommandations de votre médecin. Il vous aide à adopter une vie saine et vous conseille pour adapter votre hygiène de vie à l'état de votre cœur. Il vous aide également à comprendre les enjeux et les bénéfices de vos traitements. Il vous apprend à reconnaître des signes d'aggravation ou de complication. Il vous incite à supprimer les facteurs de risque.

Respectez votre traitement :

  • ne le modifiez pas et ne l'arrêtez pas sans avis médical ;
  • signalez tout effet indésirable dû au traitement, pour chercher comment l’atténuer.

Revenez doucement à l'activité. Comme pour tout accident musculaire, l'infarctus du nécessite une rééducation appelée réadaptation cardiaque.

Parlez à votre médecin traitant de votre mode de vie et de votre profession. Il envisage avec vous, si nécessaire, une adaptation de votre lieu de vie ou de votre poste de travail.

Qu'est-ce que la réadaptation cardiaque ?

La réadaptation cardiaque a pour but de rééduquer le cœur à l'effort selon ses capacités et de permettre la reprise d'une vie la plus normale possible après un infarctus du . Elle est commencée progressivement lors de votre hospitalisation en service de cardiologie, puis elle est pratiquée dans un établissement spécialisé en soins de réadaptation cardiaque :

  • soit en hospitalisation complète (séjour de deux à trois semaines) ;
  • soit en hospitalisation de jour après retour à domicile ;
  • soit en soins externes sans hospitalisation.

Votre cardiologue choisit les modalités de réadaptation les plus adaptées à votre cas.

Vidéo : Le rôle du médecin traitant dans le suivi de son patient après un infarctus

© Haute Autorité de santé

La vie quotidienne après un infarctus

Après un infarctus du , la vie se réorganise progressivement.

Adopter une bonne hygiène de vie

Vous avez fait un infarctus ? C'est le moment :

Après un infarctus du myocarde, reprendre une activité physique adaptée

Une fois la réadaptation cardiaque achevée, une activité physique adaptée, modérée et régulière est recommandée, car elle permet de maintenir les bénéfices acquis lors de la réadaptation cardiaque, diminue le risque de survenue de complications cardiaques et améliore la qualité de vie.

Avant de reprendre une activité physique, une épreuve d'effort est en général nécessaire ainsi qu'une consultation médicale d'activité physique. Votre médecin traitant, en coordination avec votre médecin rééducateur et/ou votre cardiologue vous conseille sur les activités physiques possibles, sur la fréquence et la durée des sessions recommandées.

Les sessions d’activité physique doivent être précédées d’une période d’échauffement et suivies d’une période de récupération de 10 minutes, incluant étirement musculaire statique, mobilisations des amplitudes articulaires et exercices d’endurance de faible intensité.

Les activités physiques de renforcement musculaire développent la force et l’endurance musculaires, améliorent les performances dans les activités de la vie quotidienne et facilitent la reprise du travail.

En plus de la pratique d'une activité physique adaptée, reprenez graduellement vos activités physiques de la vie quotidienne et de loisir, qui pourront au besoin être aussi adaptées selon les conseils de votre médecin.

Pour les activités sportives soutenues, ne commencez pas sans avoir obtenu l'accord de votre cardiologue.

Après un infarctus du non compliqué, un voyage en avion est possible après 2 à 3 semaines.

Reprendre le chemin du travail après un infarctus

Votre médecin traitant vous a prescrit un arrêt de travail. Cette durée est adaptée au cas par cas, selon la gravité de l’infarctus et de ses séquelles, selon votre état de santé général et la nature de votre profession (travail sédentaire ou physique, port de charges, durée des transports…).

Ainsi, pour un infarctus non compliqué, un arrêt de travail de 4 semaines peut suffire en cas de travail sédentaire. Si le travail est physique, deux mois d’arrêt sont nécessaires.

Votre médecin traitant peut vous orienter vers votre médecin du travail pour une visite de pré-reprise. Cette visite permet d'évaluer votre aptitude au poste de travail que vous occupez et de proposer des mesures adaptées, si nécessaire. À votre retour en entreprise, après une absence de plus de 30 jours, une visite de reprise auprès du médecin du travail est obligatoire dans un délai de huit jours.

Contacter les associations de patients

N’hésitez pas à vous faire aider par vos proches ou par les associations de patients qui peuvent vous aider dans l’information, l’écoute et l’échange d’expériences.

  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Infarctus du . Site internet : Inserm. Paris ; 2019 [consulté le 4 juillet 2023]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Syndrome coronarien chronique - Guide du parcours de soins. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2021 [consulté le 4 juillet 2023]
  • Collège national des enseignants de cardiologie. Société française de cardiologie. Syndromes coronariens aigus. ECN 2019. Elsevier Masson. Issy-les-Moulineaux
  • Haute Autorité de santé (HAS). Prescription d’activité physique. Syndrome coronarien chronique. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2022 [consulté le 4 juillet 2023]
  • Caisse Nationale de l'Assurance Maladie (CNAM). Arrêt de travail. Infarctus du (syndrome coronaire aigu), après avis de la HAS. Site internet : Ameli. Paris ; 2011 [consulté le 4 juillet 2023]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire