Les symptômes et le diagnostic de l'incontinence urinaire

16 mars 2017
Devant la présence de fuites urinaires, il est important de consulter. Le médecin traitant évalue l’importance de l’incontinence, son retentissement et en recherche les causes.

Les symptômes de l'incontinence urinaire

La majorité des personnes confrontées à l'incontinence urinaire n'osent pas en parler à leur médecin traitant. Pourtant, il est important d'aborder le sujet avec lui dès l'apparition des symptômes car un traitement est possible et efficace.

Il existe différents symptômes de l'incontinence urinaire.

Elles surviennent par petits jets, sont d'importance variable (de quelques gouttes à plusieurs millilitres). Au début, elles se produisent lors d'efforts intenses (sport, effort de soulèvement...) Puis, elles surviennent lors d'efforts moindres (tousser, éternuer, marcher...)

Les fuites urinaires sont associées à un besoin soudain et souvent irrépressible d'uriner, sans que la vessie soit nécessairement remplie. Le réflexe de la est enclenché trop tôt et peut être favorisé par certaines situations (par exemple, entendre l'eau couler, avoir un fou rire, une frayeur...) Ces fuites urinaires surviennent en dehors de tout effort et même la nuit.

Comment est fait le diagnostic d'incontinence urinaire ?

Dès les premières fuites urinaires, il est important de consulter son médecin traitant.

Le médecin traitant interroge son patient sur :

  • l'ancienneté, les circonstances de survenue de l'incontinence urinaire, le nombre d'épisodes quotidiens et l'abondance des fuites urinaires ;
  • l'existence d'autres troubles urinaires comme une pollakiurie, des difficultés à vider sa vessie ;
  • le retentissement de son incontinence urinaire sur sa qualité de vie ;
  • le nombre de grossesses et les circonstances d'accouchement ;
  • ses autres problèmes de santé (maladies, interventions chirurgicales...) ;
  • les traitements suivis ;
  • ses habitudes de vie.

Après l'examen du patient, le médecin peut lui proposer de tenir un calendrier mictionnel (combien de fois a-t-il uriné, les circonstances qui ont déclenché l'envie d'uriner...) sur une période de deux à trois jours (pas obligatoirement consécutifs). L'objectif est d'estimer la fréquence et les circonstances d'apparition des symptômes.

Le médecin peut également demander un bilan complémentaire :

  • un examen des urines par bandelette urinaire et/ou un examen cyto-bactériologique des urines (ECBU) à la recherche d'une infection urinaire,
  • et d'autres examens (échographie de la vessie, des reins et des voies urinaires, bilan urodynamique...)

De plus, il coordonne, si besoin, le bilan et le suivi avec les autres professionnels de santé (urologue, radiologue, gynécologue, kinésithérapeute...)

Qu’est-ce qu’un bilan urodynamique ?

Le bilan urodynamique est un examen qui permet de mesurer les volumes, les pressions et les débits urinaires. Il peut comprendre éventuellement la mesure des activités électriques du muscle du .

Pour en savoir plus, consulter le site de l'Association Française d'Urologie (AFU) (PDF, 102.08 Ko)

Sources
  • Gaillet S, Karsenty G. Le bilan urodynamique : pour qui ? pouquoi ? comment ? Site internet : Association française d'urologie. Paris ; 2010 [consulté le 8 mars 2016]
  • Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). Diagnostic et prise en charge de l'incontinence urinaire de la femme adulte. Site internet : CNGOF. Paris ; 2009 [consulté le 8 mars 2016]
  • Association française d'urologie (AFU). Incontinence urinaire de l'adulte et du sujet âgé. Site internet : AFU. Paris ; 2015 [consulté le 8 mars 2016]
  • Association française d'urologie (AFU). Dossier de presse. Continence de la personne âgée : une prise en charge globale et pluridisciplinaire au service de la qualité de vie. Site internet : AFU. Paris ; 2011 [consulté le 8 mars 2016]
  • Association française d'urologie (AFU). Incontinence urinaire masculine. Site internet : AFU. Paris ; 2011 [consulté le 8 mars 2016]