Incontinence urinaire : le suivi médical et la vie quotidienne

31 octobre 2018
Si vous souffrez d’incontinence urinaire, un suivi médical est mis en place pour vérifier l’efficacité du traitement. Les rendez-vous médicaux fixés sont l’occasion de faire le point sur l’évolution des symptômes. Au quotidien, appliquez quelques conseils hygiénodiététiques.

Incontinence urinaire : l'importance du suivi médical

Le traitement de l'incontinence urinaire permet d'améliorer les symptômes, voire de guérir.

Le respect de certaines règles de base permet d'améliorer votre qualité de vie :

  • n'hésitez pas à consulter votre médecin traitant dès l'apparition de fuites urinaires et de nouveaux symptômes ou lors d'une aggravation des symptômes ;
  • respectez votre traitement de l'incontinence urinaire : ne le modifiez pas et ne l'arrêtez pas sans avis médical ;
  • si vous avez des effets indésirables lors de la prise du médicament prescrit, parlez-en à votre médecin ; il existe des moyens de les atténuer ;
  • ne prenez aucun traitement sans en parler à votre médecin traitant car de nombreux médicaments ont un impact sur le fonctionnement de la vessie ;
  • si votre médecin vous a prescrit une rééducation de la vessie, suivez-la régulièrement et de façon active pour optimiser les résultats ;
  • suivez les recommandations de votre médecin. Il peut vous conseiller pour adapter votre hygiène de vie et vous inciter à supprimer les facteurs de risque (tabac, alcool...) ;
  • votre médecin peut également vous orienter, si nécessaire, vers d'autres professionnels de santé ou des associations de patients.
Atténuer les effets indésirables des traitements

Vous constatez des effets indésirables secondaires à votre traitement ? Il est possible de les atténuer.

Parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

L'incontinence urinaire au quotidien

L'incontinence urinaire affecte la qualité de vie et l'estime de soi. C'est pourquoi il est important que la prise en charge médicale soit précoce pour réduire ces désagréments.

Voici quelques conseils que vous pouvez appliquer au quotidien :

  • buvez suffisamment pour assurer votre apport journalier en eau. Toutefois, veillez à adapter votre consommation d'eau : buvez, de préférence, en début de journée et évitez de boire en soirée si les fuites urinaires surviennent plutôt la nuit ;
  • si vous êtes âgé, adaptez votre environnement :
    • désencombrez le passage jusqu’aux toilettes,
    • installez des barres d’appui dans les toilettes,
    • portez des vêtements faciles à détacher,
    • procurez-vous les aides disponibles pour marcher et faciliter vos déplacements (canne par exemple) ;
  • il existe des protections spéciales en cas de fuites urinaires. Demandez conseil à votre pharmacien ;
  • si vous avez un surpoids, modifiez vos habitudes alimentaires et de vie ; adoptez une alimentation équilibrée ;
  • luttez contre la constipation ;
  • réduisez votre consommation de café, de thé et d'alcool ;
  • arrêtez le tabac ;
  • pratiquez une activité physique douce. Les sports lents travaillant sur la respiration, les sports en décharge, sans à-coup et sans sauts sont conseillés : natation, yoga par exemple.
Quelques astuces pour maitriser une envie pressante d'uriner

Vous avez une envie pressante d'uriner. Que faire ?

  • Ne courez pas aux toilettes ! Arrêtez-vous et, si possible, asseyez-vous sur un siège dur pour retenir l’urine.
  • Respirez profondément et détendez-vous.
  • Contractez les muscles du plancher pelvien rapidement et fortement, au moins huit fois ou tentez de maintenir une forte contraction pendant de six à huit secondes.
  • Pensez à autre chose. Le travail mental joue un grand rôle dans le contrôle des envies pressantes.
  • Attendez que l’envie d’uriner passe.
  • Lorsque l’envie d'uriner est passée, rendez-vous aux toilettes sans vous presser si vous ressentez toujours l’envie d’y aller. Sinon, continuez vos activités.

Après une intervention chirurgicale pour incontinence urinaire

Après avoir été opéré pour une incontinence urinaire, reprenez vos activités progressivement.

Reprise des activités quotidiennes, sportives et de loisir

Après une intervention chirurgicale pour incontinence urinaire, il est fréquent d’observer un ralentissement du jet urinaire lors des mictions. Les besoins impérieux d'uriner (besoins pressants) peuvent persister les deux premiers mois.

Un risque d’infection urinaire (cystite) existe durant les 15 premiers jours ; vous pouvez le réduire en buvant abondamment et en vidant votre vessie complètement et régulièrement (toutes les deux à trois heures pendant la journée).

La reprise des activités doit être progressive en évitant les efforts importants et les rapports sexuels le premier mois.

Demandez l’accord de votre médecin ou du chirurgien avant de reprendre vos activités sportives et de loisir. Le plus souvent, la reprise doit être progressive ; la baignade et la pratique sportive est possible au bout d’un mois.

Reprise des activités professionnelles après chirurgie pour incontinence urinaire

Si vous avez une activité professionnelle, votre médecin traitant vous a prescrit un arrêt de travail après l'intervention chirurgicale. Votre médecin adapte sa durée à votre état de santé, à la complexité de l’intervention pratiquée, aux suites opératoires et à la nature de votre travail.

Ainsi, une chirurgie de soutènement vésical par bandelettes chez la femme peut nécessiter un repos de 10 jours environ en cas de travail sédentaire mais pouvant atteindre 28 jours en cas de travail nécessitant un port de lourdes charges.

Lors de la reprise des activités professionnelles, des pauses fréquentes et la facilité d’accès aux toilettes sont à prévoir.

Pour un travail physique lourd, la reprise nécessite parfois un aménagement temporaire de l’activité professionnelle, à organiser en lien avec la médecine du travail.

  • Schär G. L'incontinence urinaire chez la femme - Une atteinte fréquente et souvent sévère à la qualité de vie. Forum Med Suisse. 2006;6:442-7
  • Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé. Recommandations pour la pratique clinique - Prise en charge de l'incontinence urinaire de la femme en médecine générale. Site internet : Haute Autorité de santé. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2003 [consulté le 31 octobre 2018]
  • Collège universitaire des urologues. Incontinence urinaire de l'adulte. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2014 [consulté le 31 octobre 2018]
  • Association française d'urologie (AFU). Dossier de presse. Sport et incontinence. Site internet : AFU. Paris ; 2016 [consulté le 31 octobre 2018]
  • Association française d'urologie (AFU). Incontinence urinaire masculine. Site internet : AFU. Paris ; 2011 [consulté le 31 octobre 2018]
  • Association française d'urologie (AFU). Incontinence urinaire de la femme. Site internet : AFU. Paris ; 2012 [consulté le 31 octobre 2018]
  • Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). Troubles de la miction et incontinence urinaire de l’adulte et du sujet âgé. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2016 [consulté le 31 octobre 2018]
  • Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS). Arrêt de travail. Incontinence urinaire d’effort chez la femme – traitement chirurgical, après avis de la Haute Autorité de santé. Site internet : ameli.fr. Paris ; 2013 [consulté le 31 octobre 2018]
  • Ministère de la famille. L’incontinence, brisons le silence. Trucs et astuces pour les aînés. Site internet : Ministère de la famille du Qébec. Québec (Canada) ; 2014 [consulté le 31 octobre 2018]