Prévenir l'incontinence urinaire

16 mars 2017
Tout au long de votre vie, des mesures et des précautions peuvent être prises pour diminuer vos risques de présenter un jour une incontinence urinaire.

Une prévention qui commence dès l’enfance

L'apprentissage de la chez l’enfant est très important. L'enfant doit acquérir les bons réflexes qui contribueront à préserver sa urinaire tout au cours de sa vie.

Voici quelques habitudes à expliquer à votre enfant. Une fois prises, ces habitudes sont à conserver à l'âge adulte. Dites à votre enfant de :

  • prendre le temps d’uriner sans pousser. En effet, la pression abdominale risque, à long terme, d’endommager le plancher pelvien et de favoriser le développement d’une incontinence d’effort ;
  • pour les filles, prendre l’habitude de s’essuyer de l’avant vers l’arrière après être allée à la selle afin d’éviter la migration des germes du rectum vers l' et de prévenir les cystites;
  • s’installer confortablement (debout pour les garçons, assise, les genoux écartés pour les filles). Cette attitude favorise la décontraction des muscles du , évite d’avoir à pousser, tout en optimisant la vidange ;
  • faire pipi jusqu’à la dernière goutte. Les résidus d’urine dans la vessie favorisent le développement des cystites ;
  • ne jamais interrompre la en cours ;
  • ne pas se retenir trop longtemps : aller uriner toutes les 3 heures (avant de partir à l’école, à chaque récréation, au retour à la maison, avant de se coucher). Ce comportement prévient les infections urinaires et permet également d’éviter la rétention des urines due à l’incapacité à se relâcher lorsqu’on s’est retenu trop longtemps, les fuites dues à la difficulté de percevoir ses envies d’uriner ou à des besoins urgents et la constipation liée à la perte de sensation.

Chez l’adulte : éliminer les facteurs de risque

Tout en conservant les bonnes habitudes acquises dès l'enfance, veillez à :

  • prévenir le surpoids et la constipation par une alimentation saine ;
  • en cas d'infection urinaire , éviter les récidives ;
  • ménager sa vessie : ne pas forcer en urinant et uriner complètement, ne pas se retenir trop souvent ;
  • éviter la pratique prolongée de sports provoquant des à-coups (course, sauts, sports de ballon...) ;
  • après un accouchement, ne pas porter de charges lourdes et bien suivre la rééducation du périnée ;
  • après une intervention chirurgicale de l'abdomen ou du petit bassin, respecter les délais fixés par le médecin avant de refaire des efforts ou de porter des charges.
Sources
  • Association française d'urologie (AFU). Dossier de presse. Acquérir, dès l’enfance, les bons réflexes et préserver la continence tout au long de la vie. Site internet : AFU. Paris ; 2010 [consulté le 9 mars 2016]
  • Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé. Recommandations pour la pratique clinique - Prise en charge de l'incontinence urinaire de la femme en médecine générale. Site internet : Haute Autorité de santé. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2003 [consulté le 9 mars 2016]
  • Association française d'urologie (AFU). Dossier de presse. Continence de la personne âgée : une prise en charge globale et pluridisciplinaire au service de la qualité de vie. Site internet : AFU. Paris ; 2011 [consulté le 9 mars 2016]