Incontinence urinaire : mécanisme, fréquence et causes

14 novembre 2019
L’incontinence urinaire est la perte involontaire des urines par l'urètre. Ce problème de "fuites urinaires" est fréquent et augmente avec l’âge. De très nombreuses causes peuvent être à l’origine d’une incontinence urinaire. De nombreux facteurs de vie la favorisent également.

Qu'appelle-ton incontinence urinaire (fuites urinaires) ?

Fuites urinaires : quel type d'incontinence urinaire ?

L'incontinence urinaire est un écoulement involontaire, non contrôlable, des urines par l'urêtre. On parle aussi de perte involontaire des urines ou de fuites urinaires.

Il existe plusieurs formes d'incontinence urinaire selon le mécanisme de survenue.

  • L'incontinence urinaire d'effort.
    Elle se caractérise par :
    • une fuite involontaire des urines, non précédée par un besoin d'uriner,
    • survenant à l'occasion d'un effort : saut, soulèvement de charges ou de toute activité augmentant la pression abdominale, mais aussi lors d'un effort minime : toux, rire.
  • L'incontinence urinaire par hyperactivité de la vessie.
    Elle se caractérise par :
    • une fuite involontaire des urines, précédée d'un besoin urgent et incontrôlable d'uriner (besoin impérieux, envie pressante d'uriner),
    • survenant au repos, la nuit, en dehors de tout effort.
  • L'incontinence mixte.
    Elle associe les deux types de symptômes.

Il ne faut pas confondre incontinence urinaire et par regorgement

Dans la par regorgement, la vessie, trop pleine, se vide au goutte à goutte. Des médicaments qui distendent la vessie sont fréquemment en cause.

Comment se passe une normale ?

L'urine, sécrétée par les reins, s'écoule par deux conduits (les uretères) vers la vessie. Lorsque la vessie se remplit, et à partir d'un certain volume de remplissage, le besoin d'uriner apparaît.

Le de l' et les muscles du se contractent pour empêcher la fuite de l'urine.

Lors de la , le se relâche volontairement et les muscles de la vessie se contractent, permettant l'évacuation de l'urine.

La contrôlée peut être interrompue par une contraction volontaire du de l' et des muscles du .

Appareil génito-urinaire de la femme

Schéma de l’appareil génital et urinaire féminin composé du vagin, des ovaires, de l’utérus, des reins, de l’uretère, de la vessie et de l’urètre (cf. description détaillée ci-après)

L’appareil génital féminin est composé des trois principaux organes suivants :

  1. Le vagin, canal musculaire de quelques centimètres qui s’ouvre au niveau du pubis ;
  2. L’utérus, en forme de poche triangulaire à laquelle sont attachés des conduits appelés trompes de Fallope.
  3. Les ovaires, deux glandes en forme d’amandes, qui sont situées à l’extrémité des trompes de Fallope.

L’appareil urinaire féminin est composé de quatre organes.

Les reins, deux organes en forme de haricot, sont reliés à la vessie par deux canaux parallèles, les uretères. La vessie est une poche, située sous l’utérus. Elle est reliée à la vulve par l’urètre, un très court canal étroit, qui longe le vagin.

Appareil génito-urinaire de l'homme

Schéma anatomique de l’appareil génital et urinaire masculin composé du pénis, des testicules, de l’épididyme, de la prostate, des vésicules séminales, de l’uretère, de la vessie et de l’urètre (cf. description détaillée ci-après)

Chez l’homme, l’appareil génital est étroitement lié à l’appareil urinaire.

L’appareil génital masculin est composé de cinq parties.

  1. Le pénis, organe reproducteur externe sortant du pubis sur 10 à 12 centimètres au repos.
  2. Les testicules, paire d’organes reproducteurs externes, de forme ovales, situés dans le scrotum, sous le pénis.
  3. L’épididyme est un conduit fin accolé à la partie arrière des testicules.
  4. La prostate est une glande ronde, située sous la vessie. Elle est traversée par l’urètre.
  5. Les vésicules séminales sont deux poches de forme allongée, reliées à la prostate, et situées entre la vessie et l’ampoule rectale.

L’appareil urinaire masculin est composé de trois parties.

  1. L’uretère est un long canal, reliant les reins à la vessie.
  2. La vessie est une grosse poche de forme ovale, située juste au-dessus de la prostate, devant l’ampoule rectale.
  3. L’urètre est un long canal, reliant la vessie au pénis. Il s’agit du canal d’évacuation de l’urine.

 

Fréquence de l'incontinence urinaire en France

L'incontinence urinaire concerne au moins 2,6 millions de personnes de plus de 65 ans. Elle peut également toucher les personnes plus jeunes.

Sa fréquence est cependant difficile à estimer. En effet, peu de personnes consultent pour ce motif, considérant que l'incontinence urinaire est liée au vieillissement.

On estime que les fuites urinaires concernent :

  • environ une femme sur trois de plus de 70 ans ;
  • 7 à 8 % des hommes de 65 ans ;
  • plus de 28 % des hommes de plus de 90 ans.

Les principales causes de l'incontinence urinaire

Il existe de nombreuses causes aux fuites urinaires.

Les causes de l'incontinence urinaire d'effort

Les fuites urinaires survenant lors d'efforts sont fréquentes :

Les causes de l'incontinence urinaire par hyperactivité de la vessie

L'incontinence urinaire par hyperactivité de la vessie est observée lors :

Les différents facteurs favorisant l'incontinence urinaire

L'incontinence urinaire est favorisée par :

  • la grossesse : l'incontinence urinaire est fréquente et s'aggrave au cours de la grossesse (entre le 1er et le 3ème trimestre), puis disparaît le plus souvent spontanément après l’accouchement ;
  • la ménopause (en raison de la chute hormonale oestroprogestative) ;
  • le vieillissement ;
  • le surpoids et l'obésité ;
  • la constipation chronique ;
  • la toux chronique ;
  • des erreurs hygiéno-diététiques : consommation excessive de liquides, de caféine, d'alcool, de tabac... ;
  • la prise de certains médicaments, surtout si la personne en prend plusieurs (par exemple des , des ...) ;
  • la réduction de la mobilité due à une maladie physique ou psychique ;
  • l'activité physique intensive et en particulier les sports qui provoquent des pressions répétées sur le (haltérophilie, marathon, trempoline...)

  • Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé. Recommandations pour la pratique clinique - Prise en charge de l'incontinence urinaire de la femme en médecine générale. Site internet : Haute Autorité de santé. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2003 [consulté le 31 octobre 2018]
  • Collège universitaire des urologues. Incontinence urinaire de l'adulte. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2014 [consulté le 31 octobre 2018]
  • Association française d'urologie (AFU). Dossier de presse. Sport et incontinence. Site internet : AFU. Paris ; 2016 [consulté le 31 octobre 2018]
  • Association française d'urologie (AFU). Incontinence urinaire masculine. Site internet : AFU. Paris ; 2011 [consulté le 31 octobre 2018]
  • Association française d'urologie (AFU). Incontinence urinaire de la femme. Site internet : AFU. Paris ; 2012 [consulté le 31 octobre 2018]
  • Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). Troubles de la miction et incontinence urinaire de l’adulte et du sujet âgé. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2016 [consulté le 31 octobre 2018]