Hypothyroïdie : un traitement à vie efficace

16 mai 2017
Si l’on ne peut pas guérir l'hypothyroïdie, il est possible de compenser le déficit hormonal par un traitement médicamenteux substitutif.

L’objectif du traitement est de ramener à la normale le taux d’hormones thyroïdiennes dans le sang. La prescription médicale consiste en la prise quotidienne et à vie d’hormones thyroïdiennes de synthèse : c’est l’hormonothérapie substitutive.

Les symptômes s'améliorent dans les trois premières semaines du traitement. Si ce n'est pas le cas, une consultation auprès du médecin traitant s’impose.

Une surveillance clinique et biologique périodique est nécessaire (pour adapter la dose d’hormones prescrites) et déterminante dans le suivi du traitement. La fréquence des contrôles est décidée par les médecins, spécialiste ou médecin traitant. Cette surveillance permet de s’assurer de l’observance de la prescription et de l’équilibre thyroïdien. Des prises de sang sont nécessaires pour contrôler régulièrement le dosage de la thyréostimuline (TSH) dans le sang.

D’autres traitements peuvent être prescrits pour traiter les pathologies associées : par exemple les bêta-bloquants en cas de troubles du rythme cardiaque.

Une urgence chez l’enfant

En cas d'hypothyroïdie du nouveau-né mise en évidence lors du dépistage néonatal puis confirmée par des dosages hormonaux, le traitement substitutif est une urgence afin d’assurer le bon développement psychomoteur de l'enfant.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Hypothyroïdies frustres, chez l’adulte : diagnostic et prise en charge. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 28 octobre 2016]
  • Collège des enseignants d’endocrinologie, diabète, et maladies métaboliques. Hypothyroïdie. Site internet : Campus d’endocrinologie de l’Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2011 [consulté le 28 octobre 2016]