Les symptômes, le diagnostic et l'évolution de l'hypothyroïdie

28 mars 2017
En présence de symptômes évoquant une hypothyroïdie, le médecin traitant confirme le diagnostic par des analyses biologiques. Sous traitement, les symptômes disparaissent.

Les symptômes de l'hypothyroïdie

Les principaux symptômes de l'hypothyroïdie traduisent un ralentissement métabolique général. L'hypothyroïdie est responsable de dérèglements physiologiques et psychologiques.

Parmi les symptômes présentés par les patients, on relève :

  • une fatigue plus ou moins intense, physique et intellectuelle ;
  • une certaine pâleur de la peau, devenue très sèche ;
  • une hypothermie (baisse de la température du corps), une frilosité ;
  • une raréfaction des poils, avec dépilation et perte des sourcils ;
  • des difficultés de concentration et une perte de mémoire ;
  • une constipation ;
  • un œdème et une prise de poids malgré une perte d’appétit ;
  • un rythme du cœur plus lent (bradycardie) ;
  • des crampes, douleurs et raideurs musculaires.

Le diagnostic de l'hypothyroïdie

Le diagnostic de l’hypothyroïdie est le plus souvent établi par le médecin traitant, en collaboration avec des médecins spécialistes (endocrinologue, radiologue…)

Le médecin effectue un examen clinique complet.

  • Dans certaines formes d’hypothyroïdie, le médecin traitant peut palper une grosseur à la face antérieure du cou : il s’agit d’un goitre thyroïdien.
  • Un examen du sang confirme le diagnostic supposé : la mesure de la TSH (hormone qui stimule la thyroïde et entraîne la sécrétion de T3 ou T4) est anormalement élevée. Le taux d’hormone thyroïdienne T4 est anormalement bas. D’autres tests biologiques peuvent être utiles au cas par cas.
  • Des examens complètent le bilan et permettent de préciser la cause de l’hypothyroïdie : parmi eux, l’échographie et éventuellement la thyroïdienne. Un avis spécialisé peut être nécessaire.

L'évolution de l'hypothyroïdie

Sous traitement, les symptômes de la maladie disparaissent et le patient retrouve une vie normale. Cependant, il doit être suivi régulièrement pour s’assurer de la bonne tolérance du traitement. Le médecin contrôle la stabilité des taux d’hormones thyroïdiennes sanguines et l’absence de rechute.

Sans prise en charge médicale, l’hypothyroïdie entraîne des complications pouvant révéler la maladie lorsque celle-ci n’a pas été diagnostiquée suffisamment tôt :

  • atteinte cardio-vasculaire : insuffisance cardiaque, voire troubles du rythme ventriculaire, péricardite, , maladie touchant les artères avec insuffisance coronarienne, et angine de poitrine ;
  • état dépressif, syndrome confusionnel ;
  • anémie ;
  • atteinte des tissus se traduisant par un œdème de la face dorsale des mains et des pieds, des paupières (surtout le matin au réveil), de l’ensemble du visage, de la langue, du larynx (voix rauque), du canal carpien ;
  • troubles des règles et de la libido ;
  • augmentation du cholestérol (hypercholestérolémie) dans le sang.
Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Hypothyroïdies frustres, chez l’adulte : diagnostic et prise en charge. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 19 août 2014]
  • Collège des enseignants d’endocrinologie, diabète, et maladies métaboliques. Hypothyroïdie. Site internet : Campus d’endocrinologie de l’Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2011 [consulté le 19 août 2014]