Les symptômes, le diagnostic et l'évolution de l'hypothyroïdie

En présence de symptômes évoquant une hypothyroïdie (fatigue, prise de poids, frilosité...), le médecin traitant confirme le diagnostic par des analyses de sang. Sous traitement, les symptômes disparaissent.

Les symptômes de l'hypothyroïdie

L'hypothyroïdie est responsable de dérèglements physiologiques et psychologiques. Les principaux symptômes traduisent un ralentissement métabolique général. Ils sont multiples, peu marqués en début d'hypothyroïdie puis s'accentuant en cours d'évolution de la maladie. Ils sont différemment associés selon les patients.

Les manifestations générales de l'hypothyroïdie

Des symptômes généraux non spécifiques peuvent être présents :

  • une fatigue plus ou moins intense, à la fois physique et intellectuelle, s'accompagnant d'une somnolence diurne ;
  • des difficultés de concentration et une perte de mémoire ;
  • une frilosité en rapport avec une hypothermie (baisse de la température du corps) ;
  • un rythme du cœur plus lent (bradycardie) ;
  • une constipation ;
  • une prise de poids malgré une perte d’appétit ;
  • des règles irrégulières et une perte de la .

Les anomalies de la peau, des cheveux, des poils et des muqueuses en cas d'hypothyroïdie

Les cheveux sont secs et cassants. Les poils se raréfient (en particulier sous les aisselles et au niveau du pubis) et les sourcils s'amincissent à leur extrémité.

La peau est pâle, sèche et pèle. La transpiration diminue.

Mais parfois, la peau et les sont le siège d'un épaississement dû à une des tissus par des produits du métabolisme :

  • les paupières paraissent enflées, surtout le matin au réveil ;
  • la voix est rauque, l'audition baisse, des ronflements sont présents en raison de l'infiltration de la bouche, du et du larynx ;
  • la face dorsale des mains et des pieds est enflée ;
  • des douleurs et fourmillements de la main par infiltration du canal carpien...

Les anomalies musculaires dans l'hypothyroïdie

La présence de crampes, de douleurs musculaires et de raideurs articulaires est fréquente.

Le diagnostic de l'hypothyroïdie

Le diagnostic de l’hypothyroïdie est le plus souvent établi par le médecin traitant, en collaboration avec des médecins spécialistes (endocrinologue, radiologue…) et un laboratoire de biologie médicale.

Le médecin effectue un examen clinique complet. Il palpe le cou. La thyroïde peut être augmentée de volume avec ou sans irrégularités (goitre thyroïdien) ou au contraire à peine palpable.

Un dosage sanguin hormonal indispensable pour le diagnostic d'hypothyroïdie

En présence de symptômes évoquant une hypothyroïdie, le médecin demande un dosage de la TSH (hormone hypophysaire qui stimule la thyroïde et entraîne la sécrétion des hormones thyroïdiennes).

Si le taux de TSH est anormal ou en cas de doute, il est contrôlé et le taux d’hormone thyroïdienne T4L (thyroxine libre) est mesuré.

Cet examen de biologie confirme le diagnostic d'hypothyroïdie.

  • En cas d'hypothyroïdie par atteinte de la glande thyroïdienne, le taux de TSH est élevé et le taux de T4L est anormalement bas.
  • Lorsque la cause de l'hypothyroïdie est une atteinte de l' (5 % des cas), la TSH est basse ou subnormale, mais l'hormone T4L est franchement basse.

L'échographie thyroïdienne non systématique

L’échographie thyroïdienne n’est pas utile de manière systématique en cas d’hypothyroïdie.

Le médecin prescrit une échographie de la thyroïde dans certaines situations :

  • il perçoit à l'examen un nodule sur la thyroïde, une ganglion cervical ;
  • il a des difficultés à palper le cou en raison d'un surpoids, de la présence d'une cicatrice au niveau du cou, etc. ;
  • la personne a des difficultés à avaler, à respirer, sa voix change (symptômes évoquant une compression des organes du cou par la thyroïde) ou des cas de cancer de la thyroïde sont présents dans sa famille... 

L'échographie décrit la thyroïde dont l'aspect varie selon la cause de l'hypothyroïdie : augmentation de volume de la glande ou , présence de nodules...

Un bilan complémentaire adapté à chaque cas d'hypothyroïdie

Des examens de biologie médicale peuvent être utiles, permettant :

  • de rechercher la cause de l'hypothyroïdie (recherche d'anticorps anti-TPO ou anti-thyroperoxydase),
  • d'évaluer son retentissement sur le fonctionnement de l'organisme (bilan métabolique, recherche d'une anémie par prise de sang...)

Une IRM cérébrale est parfois utile si une cause hypophysaire () est suspectée.

D'autres examens évaluant le retentissement de l'hypothyroïdie sur les organes (électrocardiogramme, échodoppler cardiaque...) sont parfois nécessaires.

Un avis médical spécialisé auprès d'un endocrinologue peut être nécessaire.

L'évolution de l'hypothyroïdie

Sous traitement, les symptômes de la maladie disparaissent et le patient retrouve une vie normale. Cependant, il doit être suivi régulièrement pour s’assurer de la bonne tolérance du traitement. Le médecin contrôle la stabilité des taux d’hormones thyroïdiennes sanguines et l’absence de rechute.

Sans prise en charge médicale, l’hypothyroïdie entraîne des complications pouvant révéler la maladie lorsque celle-ci n’a pas été diagnostiquée suffisamment tôt.

Des troubles cardio-vasculaires et métaboliques

L'hypothyroïdie favorise la survenue d' surtout coronarien (angine de poitrine), en raison de l'augmentation du cholestérol dans le sang (hypercholestérolémie) qu'elle produit.

Elle entraîne également une insuffisance cardiaque, des troubles du rythme cardiaque, une péricardite...

Ces troubles peuvent être associés à une anémie.

Des troubles neuropsychiques

Un état dépressif, un syndrome confusionnel chez les personnes âgées, des troubles de la vigilance avec somnolence diurne  et des apnées du sommeil sont observés en l'absence de traitement de l'hypothyroïdie.

Des anomalies du cycle menstruel

Chez la femme jeune, en l'absence de supplémentation hormonale, l'hypothyroïdie entraîne des troubles des règles et une diminution de la fertilité.

Hypothyroïdie pendant la grossesse

Une hypothyroïdie non supplémentée par la prise d'hormones thyroïdiennes peut être responsable de complications :

  • Haute Autorité de santé (HAS). Hypothyroïdies frustres, chez l’adulte : diagnostic et prise en charge. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2007 [consulté le 17 février 2022]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Hypothyroïdie. Pertinence des soins. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2019 [consulté le 17 février 2022]
  • Collège des enseignants d'endocrinologie, diabète et maladies métaboliques. Hypothyroïdie. ECN 2019. 4e édition Elsevier Masson
  • Laboureau-Soares Barbosa S, Rodien, Illouz F,  Rohmer V. Hypothyroïdie acquise de l'adulte. EMC - Endocrinologie-Nutrition 2009:1-8 [Article 10-005-B-10]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Exploration des pathologies thyroïdiennes chez l’adulte : Pertinence et critères de qualité de l’échographie, pertinence de la cytoponction échoguidée. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2021 [consulté le 17 février 2022]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires