Le traitement de l’hyperthyroïdie

23 août 2017
L'endocrinologue en relation avec le médecin traitant, décide du traitement le plus approprié à chaque cas pour faire baisser le taux des hormones thyroïdiennes : médicaments antithyroïdiens de synthèse, iode radioactif ou traitement chirurgical.

Les traitements possibles en cas d'hyperthyroïdie

Le traitement médical de l'hyperthyroïdie

Les antithyroïdiens de synthèse

Les antithyroïdiens de synthèse réduisent la production d’hormones par la thyroïde. Ils permettent d’obtenir des valeurs normales en 3 à 8 semaines. Un traitement d’entretien doit ensuite être poursuivi pendant 12 à 18 mois.

Les antithyroïdiens de synthèse peuvent avoir des effets secondaires :

  • allergies cutanées,
  • retentissement hépatique avec augmentation des hépatiques,
  • chute du taux des globules blancs,
  • surtout réaction immunoallergique brutale avec chute massive des globules blancs survenant le plus souvent en début de traitement.

Des prises de sang régulières sont nécessaires durant le traitement :

  • pour surveiller l'évolution du taux des hormones thyroïdiennes et de la TSH,
  • pour contrôler la numération sanguine (essentiellement nombre de globules blancs) et la fonction hépatique en raison des possibles effets secondaires.

Des médicaments parfois utiles pour soigner les conséquences de l'hyperthyroïdie

  • Des bêta-bloquants pour réduire les troubles du rythme cardiaque.
  • Des corticoïdes pour les troubles oculaires de la maladie de Basedow.
Les bons réflexes pour un traitement efficace

Suivez ces quelques règles :

  • Respectez votre traitement : ne le modifiez pas et ne l'arrêtez pas sans avis médical.
  • Consultez votre médecin traitant en cas de complications ou d’effets indésirables du traitement.
  • Suivez les recommandations de votre médecin.
  • N'oubliez pas de faire les contröles sanguins.

Le traitement par l’iode radioactif

La glande thyroïde a besoin d'une petite quantité d'iode pour fonctionner correctement. Le traitement par l'iode radioactif permet de détruire de façon permanente une partie des cellules de la thyroïde, de sorte que la glande produise moins d'hormones. Le traitement à l’iode radioactif  est réalisé dans un service hospitalier de médecine nucléaire.

Il n'est efficace qu'après 1 à 2 mois, parfois après plus de temps.

Il est contre-indiqué pendant la grossesse et nécessite une contraception efficace lorsqu’il est préconisé chez la femme jeune.

Il arrive souvent que ce traitement ait un effet plus fort que l’effet recherché : il provoque alors un état permanent d’hypothyroïdie. Celle-ci se traite beaucoup plus facilement que l’hyperthyroïdie grâce à des hormones de substitution.

Le traitement chirurgical de l'hyperthyroïdie

Avant d'être opéré(e), une consultation est obligatoire auprès d'un médecin anesthésiste.

L’intervention chirurgicale consiste à enlever la thyroïde sous anesthésie générale :

  • soit en entier : thyroïdectomie totale ;
  • soit en partie : thyroïdectomie partielle. On retire alors un seul lobe de la glande et la partie reliant les deux lobes entre eux (isthme).

Parfois, des ganglions du cou sont aussi retirés.

L’ablation totale de la thyroïde nécessite un traitement médicamenteux substitutif quotidien et à vie par des hormones thyroïdiennes prises sous formes de comprimés.
Ces médicaments sont également prescrits après une ablation partielle si la sécrétion résiduelle est insuffisante.

Exceptionnellement, des complications peuvent survenir suite à l’opération (hématome, hémorragie, gêne respiratoire). D’autres troubles, le plus souvent transitoires, sont également possibles :

  • gonflement de la zone opérée ;
  • gêne lors de la déglutition ;
  • troubles de la voix (qui devient rauque, cassée ou éteinte), liés à une lésion d’un nerf pendant l’intervention. S’ils persistent, ils peuvent nécessiter un bilan et une rééducation orthophoniques ;
  • perturbations de la régulation du calcium, pouvant causer des crampes et fourmillements. Ce phénomène est dû à l’atteinte de petites glandes (parathyroïdes) pendant la thyroïdectomie. Il peut donner lieu à la prescription de calcium et de vitamine D.

En cas de d’exophtalmie importante, une chirurgie de l’orbite de l’œil peut être nécessaire.

Le choix du traitement selon la cause de l'hyperthyroïdie

Le choix varie selon la cause de l’hyperthyroïdie. Quel que soit le choix thérapeutique, le traitement de l’hyperthyroïdie peut entraîner une hypothyroïdie, d’où la nécessité d’une surveillance biologique prolongée.

Traitement de la maladie de Basedow

Le traitement est adapté à chaque cas. Le plus souvent, un traitement par antithyroïdiens de synthèse est prescrit pendant 1 à 2 ans :

  • soit à dose d’attaque puis dégressive,
  • soit à doses plus fortes en ajoutant de la lévothyroxine (hormone thyroïdienne de synthèse) pour compenser l’hypothyroïdie produite par le traitement.

A l’arrêt du traitement, la production d’hormones thyroïdiennes redevient normale sans traitement.

Une rechute survient environ une fois sur deux au cours de la première année. En effet, le traitement n’agit pas sur la cause, la maladie de Basedow étant une maladie avec production d’auto-anticorps. Dans ce cas, un traitement chirurgical ou un traitement par iode radioactif est proposé selon l’âge de la personne et la situation médicale. Un traitement substitutif par hormone thyroïdienne est alors nécessaire.

La survenue d’une maladie de Basedow pendant la grossesse nécessite une prise en charge spécialisée et une surveillance rapprochée de la mère et de l’enfant.

Numéro vert - Levothyrox (lévothyroxine) : changement de formule et de couleur des boîtes depuis avril 2017

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé répond à vos questions au 0800 97 16 53

Traitement de l’adénome toxique ou du goitre multinodulaire

Le traitement a recours à l’iode radioactif ou à la chirurgie.

Traitement de l’hyperthyroïdie induite par un médicaments

L’arrêt du produit en cause est nécessaire. Le choix du traitement de l’hyperthyroïdie est fait en milieu spécialisé.

Le traitement de la thyroïdite de Quervain

Un traitement anti inflammatoire est nécessaire dans les formes importantes de thyroïdite en attendant la guérison.

En cas de thyrotoxicose gestationnelle transitoire

Un suivi médical est nécessaire. En général, le repos est suffisant et il est associé éventuellement à des bêta bloquants pour traiter la tachycardie jusqu’à la régression spontanée de l’hyperthyroïdie.

Sources
  • Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé. Recommandations pour la pratique clinique - Diagnostic et surveillance biologiques de l’hyperthyroïdie de l’adulte. Site internet : Haute Autorité de santé. Saint-Denis La Plaine ; 2000 [consulté le 22 juin 2017]
  • Collège des enseignants d'endocrinologie, diabète et maladies métaboliques. Hyperthyroïdie. Site internet : Campus d'endocrinologie de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2011 [consulté le 22 juin 2017]
  • Borson-Chazot F, Abeillon-du Payrat J, Bournaud C. Hyperthyroïdie. EMC - Endocrinologie-Nutrition 2014;11(4):1-11 [Article 10-003-A-10]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Levothyrox (lévothyroxine) : changement de formule et de couleur des boîtes (02/03/2017) - Point d'Information. Site internet : Ansm. Saint-Denis -La Plaine (France) ; 2017 [consulté le 23 août 2017]