L'hyperthyroïdie : symptômes, diagnostic et évolution

24 avril 2017
En présence de symptômes évoquant une hyperthyroïdie, le médecin traitant confirme son diagnostic grâce à des analyses biologiques. Des examens complémentaires sont également utiles pour déterminer les causes de l’hyperthyroïdie et son retentissement.

L'hyperthyroïdie : des symptômes multiples

Les symptômes de l’hyperthyroïdie sont multiples. Ils varient selon les personnes. Toutefois, plus la maladie tarde à être traitée, plus ses symptômes sont marqués.

Les symptômes les plus fréquemment décrits sont :

  • des palpitations cardiaques, des douleurs dans la poitrine, un pouls rapide et parfois irrégulier, un essoufflement ;
  • des troubles du sommeil, de la fatigue ;
  • des troubles de l’humeur, une irritabilité, parfois une dépression ;
  • une perte de poids souvent rapide, importante, avec un appétit conservé ;
  • une diarrhée chronique, des nausées ou des vomissements ;
  • des règles irrégulières ;
  • une diminution de la force musculaire, et parfois du volume musculaire (appelée amyotrophie) ;
  • des tremblements fins au niveau des mains ;
  • une saillie anormale des yeux à l’extérieur des orbites (appelée exophtalmie), associée à un regard fixe ;
  • un épaississement à l’avant de la jambe (œdème pré-tibial).

Le diagnostic de l'hyperthyroïdie

Le diagnostic de l’hyperthyroïdie est réalisé en plusieurs étapes :

L'examen clinique

En palpant le cou, le médecin découvre une grosseur, ou goitre, parfois visible à l’œil nu. La thyroïde peut être globalement augmentée de volume. Dans certains cas, seul un nodule situé au niveau de la thyroïde est perceptible.

Le dosage sanguin

Une prise de sang permet de mesurer les quantités d’hormones circulantes. En cas d’hyperthyroïdie, le taux de thyréostimuline (ou TSH) est anormalement bas et le taux d’hormone thyroïdienne T4 est anormalement élevé. Le dosage de l’hormone T3 est plus rarement utile.

Les examens complémentaires

Ils sont réalisés pour trouver la cause de la maladie et orienter le traitement, ou bien pour évaluer son retentissement sur l'organisme.

  • L’échographie étudie la forme de la thyroïde et détecte les anomalies de structure.
  • La thyroïdienne permet de mesurer la fixation de l’iode par la thyroïde. Dans le cas d’un nodule, l’iode s’accumule en un point localisé. Dans le cas de la maladie de Basedow, l’hyperfixation de l’iode est visible dans toute la thyroïde.
  • Un électrocardiogramme ou une échographie cardiaque sont parfois nécessaires pour évaluer l’impact de la maladie sur le cœur.

D’autres examens sont prescrits en fonction de chaque cas : dosages d'anticorps...

Un bilan mesurant le retentissement de l'hyperthyroïdie peut être prescrit : bilan cardio-vasculaire, bilan ophtalmologique...

Quels sont les médecins spécialistes pour l’hyperthyroïdie ?

Si votre médecin traitant suspecte une hyperthyroïdie, il vous enverra consulter un endocrinologue, spécialiste des hormones. Il pourra aussi faire appel à un radiologue pour effectuer des examens de la thyroïde, ou à un cardiologue pour évaluer l’effet de la maladie sur votre cœur.

Hyperthyroïdie et grossesse

Il est possible qu’une femme enceinte développe une hyperthyroïdie. Il s'agit :

  • soit d'une hyperthyroïdie transitoire, observée dans 2 % des grossesses ; elle régresse après l'accouchement ;
  • soit une maladie de Basedow (2,2 % des grossesses).

Le diagnostic et la prise en charge de l’hyperthyroïdie pour la future mère nécessitent un suivi spécialisé, avec des examens et des traitements spécifiques.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

L'évolution de l'hyperthyroïdie

Après la mise en route du traitement, les signes d'hyperthyroïdie régressent totalement. Cependant la personne doit être suivie régulièrement pour s’assurer :

  • qu’elle tolère bien ses médicaments ;
  • que son traitement est efficace, c’est-à-dire qu’il régule correctement ses taux sanguins d’hormones thyroïdiennes (une hypothyroïdie peut apparaître après le traitement) ;
  • qu’il n’y a pas de rechute de la maladie.

Des complications apparaissent si l’hyperthyroïdie n’est pas traitée et que les taux d’hormones thyroïdiennes dans le sang sont très élevés :

  • la crise thyréotoxique, caractérisée par de la fièvre, de fortes palpitations, une agitation, une déshydratation, un état de faiblesse et de confusion. La personne doit être hospitalisée en urgence ;
  • des troubles cardiaques, tels que des troubles du rythme ou une insuffisance cardiaque ;
  • des signes cutanés : peau luisante, chaude et humide, œdème à l’avant de la jambe, perte de cheveux, démangeaisons isolées, etc. ;
  • des dysfonctionnements des organes reproducteurs : impuissance chez l’homme, troubles des règles chez la femme, problèmes de fertilité ;
  • une ostéoporose ;
  • une atteinte de l’œil en cas d’exophtalmie importante (saillie de l'œil en dehors de son orbite).
Sources
  • Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé. Recommandations pour la pratique clinique - Diagnostic et surveillance biologiques de l’hyperthyroïdie de l’adulte. Site internet : Haute Autorité de santé. Saint-Denis La Plaine ; 2000 [consulté le 14 mai 2014]
  • Collège des enseignants d'endocrinologie, diabète et maladies métaboliques. Hyperthyroïdie. Site internet : Campus d'endocrinologie de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2011 [consulté le 14 mai 2014]
  • Collège des enseignants d'endocrinologie, diabète et maladies métaboliques. Imagerie thyroïdienne. Site internet : Campus d'endocrinologie de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2011 [consulté le 14 mai 2014]