Le traitement de l’hypertension artérielle pendant la grossesse

14 septembre 2017
Le suivi de la future maman est adapté au niveau de gravité de son hypertension. Il est assuré par une équipe pluridisciplinaire. Un traitement médicamenteux peut parfois être nécessaire.

Un traitement adapté au niveau de gravité de l’HTA

Pour assurer sa prise en charge, la future maman est dirigée vers une maternité pouvant assurer son suivi et celui de son enfant. Cette surveillance se fait en fonction du niveau de gravité de l’HTA et de la survenue ou non de complications. En effet, si une protéinurie apparaît lors de la surveillance, une hospitalisation pour bilan de prééclampsie est nécessaire.

Le suivi est assuré par le médecin traitant, la sage-femme, le gynécologue-obstétricien et un cardiologue.

L’utilisation d’un carnet de suivi « Grossesse et hypertension artérielle » peut être proposé, afin d’optimiser le partage d’informations entre les différents professionnels de santé : médecin généraliste, spécialistes, équipe obstétricale, pharmacien.

En cas d'HTA légère ou modérée, la patiente bénéficie d’un suivi de grossesse renforcé avec :

  • des consultations plus rapprochées ;
  • des bilans biologiques plus fréquents ;
  • une échographie mensuelle.

À l’approche du terme de sa grossesse, l’équipe médicale peut envisager un déclenchement médical du travail d’accouchement.

En cas d'HTA sévère, la femme enceinte est hospitalisée pendant sa grossesse ; la surveillance maternelle et fœtale est donc étroite. Dans les formes les plus graves d’HTA, il peut être nécessaire de mettre un terme à la grossesse (interruption médicalisée de grossesse) pour éviter tout risque vital de la mère.

Le traitement médicamenteux

En cas d’HTA sévère, un traitement médicamenteux est nécessaire. Chez les femmes présentant une HTA légère à modérée, ce traitement est proposé uniquement en présence d’une HTA chronique.

Le traitement médical antihypertenseur fait l’objet d'une prise en charge établie par l’équipe médicale qui suit la patiente. Lorsqu’il est prescrit pendant la grossesse, il est adapté en fonction des objectifs thérapeutiques fixés avec le médecin. En général, les chiffres tensionnels attendus correspondent à :

  • une PAS < à 160 mmHg ;
  • une PAD comprise entre 85 et 100 mmHg.

De nombreux médicaments antihypertenseurs étant contre-indiqués pendant la grossesse, le traitement est adapté aux femmes enceintes. Seuls certains médicaments peuvent être prescrits, notamment : nicardipine, labétalol, nifédipine, alphaméthyldopa.

Sources
  • Société Française d’Hypertension Artérielle (SFHTA). HTA et grossesse - Consensus d’experts de la Société Française d’Hypertension Artérielle avec le partenariat du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français. Site internet : SFHTA. Paris ; 2015 [consulté le 18 juillet 2017]
  • Sananes N, Gaudineau A, Akladios C.Y, Lecointre L, Langer B. Hypertension artérielle et grossesse. EMC-Obstétrique 2015 ;11(1) :1-14 [Article 5-036-A-10]
  • Jaafar J, Pechère-Bertschi A, Ditisheim A. Hypertensions gravidiques : considérations pratiques. Rev Med Suisse 2014;10:1645-9
  • Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF). Principales complications de la grossesse – Hypertension artérielle (HTA) gravidique. Site internet : Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2010-2011 [consulté le 18 juillet 2017]