Le suivi de l’hypertension artérielle après la grossesse

Suite à une HTA pendant la grossesse, la mère bénéficie d'un suivi médical mis en place après l’accouchement.Cette surveillance se poursuit ensuite sur le long terme, afin d’éviter toutes complications.

La prise en charge de l'HTA après l’accouchement

Traiter l'HTA gravidique après l'accouchement jusqu'à sa disparition

L’HTA prend parfois plusieurs semaines à disparaître après l’accouchement. Une surveillance étroite de la maman est alors maintenue.

Un traitement antihypertenseur est prescrit tant que persiste l’HTA. Il sera arrêté progressivement.

Chez les femmes qui allaitent leur enfant, seuls certains antihypertenseurs peuvent être prescrits : labétalol, propanolol, nifédipine, nicardipine, méthyldopa.

Corriger si nécessaire les facteurs de risque cardiovasculaire associés

Les facteurs de risque cardiovasculaire sont évalués et des mesures sont prises pour les diminuer :

Quelle contraception après une HTA gravidique ?

HTA au cours de la grossesse et contraception non hormonale

Après l’accouchement, la patiente peut bénéficier d’une contraception non hormonale (dispositif intra-utérin au cuivre ou contraceptifs barrières).

La contraception hormonale est-elle possible après une grossesse compliquée d'HTA ?

En cas de normalisation rapide de la pression artérielle après l’accouchement, une contraception progestative seule (par voie orale, implant ou intra-utérine) est autorisée.

La contraception hormonale estroprogestative est contre-indiquée dans les 6 semaines suivant l’accouchement, en raison du risque thrombotique : obstruction veineuse (par exemple, une phlébite pouvant être compliquée d'embolie pulmonaire) ou artérielle (accident vasculaire cérébral par exemple). Par la suite, si la tension artérielle se normalise et en l'absence de facteurs de risque cardiovasculaire, ce type de contraception redevient possible.

HTA gravidique : un suivi spécifique à long terme

Les risques après une HTA au cours d'une grossesse

Pour la mère, la survenue d’une HTA pendant la grossesse augmente plusieurs risques à long terme :

Un suivi médical est donc nécessaire. Il comprend :

HTA gravidique : quels risques pour une prochaine grossesse ?

L'hypertension de grossesse peut récidiver au cours d'une grossesse suivante et être responsable de retard de croissance de l'enfant, d'hématome rétroplacentaire, de prématurité.

Si l'HTA persiste après l'accouchement, une nouvelle grossesse n'est souhaitable que lorsque l'HTA est bien contrôlée.

Avant toute nouvelle grossesse, une consultation avant la conception est nécessaire (consultation préconceptionnelle) pour permettre une prise en charge optimale de la future maman et adapter les traitements (un traitement préventif par aspirine à faibles doses pendant la grossesse peut être nécessaire).

  • Société Française d’Hypertension Artérielle (SFHTA). HTA et grossesse - Consensus d’experts de la Société Française d’Hypertension Artérielle avec le partenariat du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français. Site internet : SFHTA. Paris ; 2015 [consulté le 9 mai 2022]
  • Sananes N, Gaudineau A, Akladios C.Y, Lecointre L, Langer B. Hypertension artérielle et grossesse. EMC-Obstétrique 2015 ;11(1) :1-14 [Article 5-036-A-10]
  • Jaafar J, Pechère-Bertschi A, Ditisheim A. Hypertensions gravidiques : considérations pratiques. Rev Med Suisse 2014;10:1645-9
  • Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF). Principales complications de la grossesse – Hypertension artérielle (HTA) gravidique. ECN 2018. 3e édition Elsevier Masson
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires