Le diagnostic de l’hypertension artérielle au cours de la grossesse

08 août 2019
La mesure de la pression artérielle lors d’une consultation du suivi de grossesse peut conduire au diagnostic de l’HTA. Une automesure de la tension artérielle à domicile est utile pour le confirmer.

La mesure de la pression artérielle pendant le suivi de grossesse au cabinet médical

À chaque consultation mensuelle du suivi de grossesse, le médecin, ou la sage-femme, prend la tension artérielle de la patiente. Cette mesure se fait à l’aide d’un tensiomètre électronique huméral dont le brassard est adapté à la taille du bras. Elle est effectuée lorsque la patiente est au repos depuis au moins 5 minutes, en position assise, avec le bras soutenu à hauteur du cœur.

La tension artérielle doit être mesurée au moins 2 fois de suite au cours de la même consultation.

L’HTA est confirmée si :

  • la pression artérielle systolique (PAS) est ≥ à 140 mmHg (14 cmHg), quel que soit le résultat de la PAD ;
  • la pression artérielle diastolique (PAD) est ≥ à 90 mmHg (9 cmHg), quel que soit le résultat de la PAS.

L'examen par le médecin ou la sage femme est complété par un examen des urines par bandelette urinaire, à la recherche :

  • de protéines dans les urines (manifestation rénale de l'hypertension artérielle gravidique),
  • mais aussi de sucre (diabète gestationnel),
  • et de leucocytes et de produits lors d'une infection urinaire.

Le diagnostic d’une HTA sévère (PAS ≥ 160 mmHg ou PAD ≥ 110 mmHg) conduit à un traitement sans délai.

La bandelette urinaire à chaque consultation de la grossesse

À chaque consultation mensuelle de suivi de grossesse, la présence de protéines dans les urines est recherchée à l’aide d’une bandelette urinaire. Un résultat positif nécessite une confirmation en laboratoire médical, sur un échantillon matinal ou un recueil d’urines sur 24 heures.

L’apparition d’une protéinurie pendant la grossesse est anormale. Si elle est associée à une HTA, elle est le signe d’une pré-éclampsie.

La mesure de la pression artérielle à domicile au cours de la grossesse

Afin de confirmer le diagnostic d’une HTA légère à modérée constatée en consultation, la femme enceinte effectue la mesure de la pression artérielle elle-même, à son domicile, dans son environnement habituel par automesure tensionnelle ou par une mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA).

Une PAS ≥ 135 mmHg ou une PAD ≥ 85 mmHg, en dehors du cabinet médical, confirme le diagnostic de l’HTA.

Automesure de la tension artérielle

Afin que la patiente puisse prendre elle-même sa tension artérielle à son domicile, le médecin lui prête un appareil d'automesure tensionnelle. Chaque médecin généraliste en a au moins un, mis gratuitement à sa disposition par l'Assurance Maladie.

L’appareil est un tensiomètre avec brassard ; ce modèle est recommandé car la mesure est plus simple et plus fiable lorsqu’elle est prise au bras. Il est préférable d’éviter de le faire au poignet.

Les mesures sont alors prises par la patiente en position assise, après 5 minutes de repos, en maintenant le bras sur lequel est le brassard au niveau du cœur. Elle doit suivre la « règle des 3 » :

  • 3 fois le matin avant le petit-déjeuner ;
  • 3 fois le soir avant le coucher ;
  • 3 jours consécutifs.

En automesure tensionnelle, les chiffres de tension artérielle normaux sont plus bas que ceux mesurés au cabinet. À domicile, la patiente est souvent plus détendue.

Pour être normale, la tension artérielle doit être < à 135/85 mmHg (13,5/8,5 cmHg). Si l’un de ces chiffres est supérieur, l’HTA est confirmée.

L’automesure de la tension artérielle peut aussi être demandée à la patiente pour le suivi de son HTA, lorsque le diagnostic est confirmé.

Mesure ambulatoire de la tension artérielle

Le médecin peut être amené à demander une mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA). Il s’agit d’une 2ème technique de mesure de la tension artérielle à domicile, permettant de confirmer le diagnostic. Elle est réalisée sur 24 heures, lors d’une période d’activité habituelle.

La patiente porte l’appareil en continu, il est adapté à la taille de son bras. Il enregistre une mesure de la tension artérielle toutes les :

  • 15 minutes le jour ;
  • 30 minutes pendant le sommeil.

La patiente reçoit un journal d’activité servant à consigner :

  • les heures réelles du coucher et du lever ;
  • éventuellement, les heures de prise de médicaments ou l’horaire d’apparition d’un éventuel  symptôme lié à l'HTA (maux de têtefatigue, nervosité, insomnie, saignement de nez).

  • Société Française d’Hypertension Artérielle (SFHTA). HTA et grossesse - Consensus d’experts de la Société Française d’Hypertension Artérielle avec le partenariat du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français. Site internet : SFHTA. Paris ; 2015 [consulté le 21 juin 2019]
  • Sananes N, Gaudineau A, Akladios C.Y, Lecointre L, Langer B. Hypertension artérielle et grossesse. EMC-Obstétrique 2015 ;11(1) :1-14 [Article 5-036-A-10]
  • Jaafar J, Pechère-Bertschi A, Ditisheim A. Hypertensions gravidiques : considérations pratiques. Rev Med Suisse 2014;10:1645-9
  • Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF). Principales complications de la grossesse – Hypertension artérielle (HTA) gravidique. Site internet : Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2016 [consulté le 21 juin 2019]