Définition de l’hypertension artérielle au cours de la grossesse

14 septembre 2017

L’hypertension artérielle (HTA) se définit par une élévation anormale de la pression dans les artères, qui persiste même lorsque la personne est au repos.

C’est la complication médicale la plus fréquente chez les femmes enceintes ; elle est présente dans 5 à 10 % des grossesses. L’HTA doit donc être prise en charge rapidement après avoir été diagnostiquée, pour en limiter les conséquences.

Elle est source de complications maternelles pouvant mettre en jeu le pronostic vital : éclampsie (convulsions), troubles visuels, hématome rétroplacentaire, etc. Elle engendre par ailleurs plusieurs risques à long terme pour la mère.

L’HTA peut aussi être à l’origine de complications néonatales (qui concernent le nouveau-né), avec une élévation du risque de retard de croissance intra-utérin, de prématurité, etc.

Hypertension artérielle antérieure à la grossesse et HTA gestationnelle

  • Dans certains cas, l’HTA est antérieure à la grossesse ou constatée avant la 20ème semaine d’aménorrhée. Ce type d’HTA est chronique et persiste après l’accouchement.
  • Lorsqu’elle est liée à la grossesse, l’HTA est dite « gravidique » ou « gestationnelle ». Elle apparaît après la 20ème semaine d’aménorrhée. Il existe alors un risque d’évolution vers la prééclampsie si elle est associée à une protéinurie (présence de protéines dans les urines qui n’en contient normalement pas) supérieure à 0,3 g/24 h.
Comprendre la mesure de la tension artérielle

La tension artérielle se mesure en millimètres de mercure (mmHg) ou en centimètres de mercure (cmHg) et s’exprime par 2 chiffres :

  • la pression artérielle systolique (PAS), chiffre du haut ou le plus élevé, qui correspond à la pression dans l'artère au moment où le cœur se contracte ;
  • la pression artérielle diastolique (PAD), chiffre du bas ou le plus faible. C’est la valeur de la pression dans l'artère lorsque le cœur est au repos, entre 2 contractions.

L'hypertension est définie par une pression ≥ à 140/90 mmHg ou 14/9 cmHg.

Lors de la grossesse, la prise en charge diffère selon la gravité de l’HTA. Sont alors distinguées :

  • l’HTA légère à modérée. La PAS est comprise entre 140 et 159 mmHg ou la PAD se situe entre 90 et 109 mmHg ;
  • l’HTA sévère. La PAS est ≥ à 160 mmHg ou la PAD est ≥ à 110 mmHg.

La survenue d’une HTA au cours de la grossesse modifie l’organisation « classique » du suivi de la femme enceinte. Selon la gravité, plusieurs intervenants sont sollicités, tant pour le suivi de la grossesse que pour le moment de l’accouchement : le médecin traitant, le gynécologue, la sage-femme, l’obstétricien, le cardiologue, le ...

Sources
  • Société Française d’Hypertension Artérielle (SFHTA). HTA et grossesse - Consensus d’experts de la Société Française d’Hypertension Artérielle avec le partenariat du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français. Site internet : SFHTA. Paris ; 2015 [consulté le 18 juillet 2017]
  • Sananes N, Gaudineau A, Akladios C.Y, Lecointre L, Langer B. Hypertension artérielle et grossesse. EMC-Obstétrique 2015 ;11(1) :1-14 [Article 5-036-A-10]
  • Jaafar J, Pechère-Bertschi A, Ditisheim A. Hypertensions gravidiques : considérations pratiques. Rev Med Suisse 2014;10:1645-9
  • Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF). Principales complications de la grossesse – Hypertension artérielle (HTA) gravidique. Site internet : Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2010-2011 [consulté le 18 juillet 2017]