Hypersudation : définition, symptômes, causes et évolution

04 avril 2017
L'hypersudation correspond à une transpiration excessive. Cette affection sans gravité touche surtout les aisselles, les pieds et les mains, et se déclare généralement pendant l’enfance. Elle peut entraîner des pathologies ou avoir des effets négatifs sur la vie sociale.

Qu’est-ce que l’hypersudation ?

Tout le monde transpire : ce processus est indispensable au fonctionnement de l’organisme. Ainsi, en période normale (sans effort physique soutenu ni chaleur excessive), le corps produit environ 0,5 l de sueur par jour.

Cependant, chez certaines personnes, la transpiration est trop importante : c’est l'hypersudation, ou "hyperhidrose". Il est difficile de définir quantitativement l’excès de sueur, mais on identifie cette affection par divers symptômes :

  • les mains s’humidifient facilement, au point d'entraîner une gêne pour tenir un volant de véhicule, travailler sur ordinateur, utiliser des outils ou serrer la main de quelqu'un d’autre ;
  • le corps transpire tellement que la personne concernée craint de faire du sport, ou de danser avec d’autres gens, par exemple ;
  • l’excès de sueur oblige à se doucher et se changer plusieurs fois par jour.
Quel est le rôle de la sueur ?

La sueur est sécrétée par les , présentes dans la couche profonde de la peau ( ). Ces glandes sont plus nombreuses au niveau des aisselles, des mains, des pieds, du visage et de l’aine. L’organisme en regroupe deux à quatre millions.

La transpiration participe au maintien d’une température corporelle constante de 37 °C, en refroidissant l’organisme. En effet, lorsque la température du corps monte, le cerveau commande, via le système nerveux, la sécrétion de sueur par les . Quand la sueur s’évapore par les pores de la peau, la chaleur s’évacue et la température de la peau et de l'organisme baisse.

Les zones du corps touchées par un excès de transpiration

Dans neuf cas sur dix, l’hypersudation est localisée à certaines régions corporelles et survient symétriquement (sur les deux côtés du corps).

Les zones les plus souvent concernées sont :

  • les aisselles ;
  • les paumes des mains ;
  • les plantes des pieds.

Ce phénomène peut toucher aussi le front, le nez, la poitrine, le dos et les régions de l’aine.

Il existe également des hypersudations généralisées (environ 10 % des cas), c’est-à-dire qui touchent l’ensemble du corps.

La sueur sécrétée par les est inodore

Les mauvaises odeurs éventuelles ne proviennent pas de la transpiration elle-même : elles sont dues à des bactéries présentes à la surface de la peau. Ces bactéries consomment la sueur et produisent des composants chimiques responsables de l'odeur.

Quelles sont les éventuelles complications d’une hypersudation ?

La plupart des hyperhidroses sont sans gravité. Toutefois, elles ont parfois des effets gênants.

En dehors du fait que les chaussures, "brûlées" par la sueur, s’usent plus vite, une transpiration excessive favorise le développement :

  • d’infections (mycose des ongles ou des pieds) ;
  • de verrues plantaires ;
  • de gelures (chez les skieurs et les personnes travaillant au froid).

L’excès de transpiration au niveau des aisselles :

  • abîme les vêtements et provoque une gêne sociale,
  • est responsable de mycoses cutanées.

Une transpiration très importante peut entraîner une déshydratation, tout particulièrement en période chaude ou de canicule. Les personnes les plus fragiles sont les nourrissons, les enfants et les personnes âgées. Aussi, si vous êtes concerné, il est important de bien vous désaltérer. Pensez également à donner à boire aux enfants et aux personnes âgées qui vous entourent.

L'hyperhidrose peut gêner la vie sociale et être à l’origine :

  • d’un repli sur soi, contribuant à l’apparition éventuelle d’une anxiété, voire d’une dépression ;
  • d’une gêne professionnelle, parfois importante dans certains métiers (ex. : musicien, commercial, coiffeur).

Qui est concerné par une transpiration excessive ?

Généralement, les hyperhidroses localisées apparaissent pendant l’enfance, puis s’accentuent à la puberté. Elles tendent à régresser après 40 ans et peuvent réapparaître lors de la ménopause. Quant aux hypersudations généralisées, elles peuvent se déclencher à tout âge.

Quelles sont les causes d'un excès de transpiration ?

L’origine de l’hypersudation varie selon son étendue.

En général, elles n’ont aucune cause identifiée avec certitude (c’est pourquoi on parle aussi d’"hypersudations primaires"). Néanmoins, elles apparaissent plus souvent sous l’effet de certains facteurs déclenchants (émotions fortes, stress, temps chaud, consommation de nourriture épicée et/ou d’alcool).

Il existe aussi deux hypothèses sur leur origine :

  • Un dérèglement du système nerveux (qui déclenche l’activité des ) : ce phénomène provoquerait la production de sueur sans nécessité, alors que la température corporelle est normale.
  • Des facteurs génétiques : ils pourraient concerner 25 % des personnes souffrant d’hypersudation (elles ont au moins un parent touché par la même affection).

Elles sont aussi appelées "hypersudations secondaires" car elles ont le plus souvent une cause identifiée, comme :

Sources
  • National Health Service. Hyperhidrosis. Site internet : NHS Choices. Londres ; 2015 [consulté le 14 juin 2016]
  • National Institutes of Health. Hyperhidrosis. Site internet : MedlinePlus Medical Encyclopedia. Bethesda (États-Unis) ; 2013 [consulté le 14 juin 2016]
  • Thérapeutique dermatologique. Troubles de la sudation : hyperhidrose et hypohidrose. Site internet : Thérapeutique dermatologique. Paris ; 2012 [consulté le 14 juin 2016]