Les bons réflexes et la consultation en cas de hoquet

04 mai 2017
Le hoquet aigu ne nécessite aucun traitement. Il s’arrête spontanément. Le hoquet chronique nécessite une consultation médicale car il peut être le symptôme d’une maladie. Cependant, la plupart du temps, le hoquet a des causes bénignes et inexpliquées.

Que faire en cas de hoquet aigu ?

Petites astuces pour faire passer le hoquet

Si vous souffrez fréquemment d'un hoquet aigu, essayez d'individualiser les facteurs le déclenchant (hoquet survenant après avoir mangé trop rapidement, après avoir bu une boisson gazeuse...)
Changez d'habitudes de vie pour réduire la fréquence des hoquets :

  • évitez les repas copieux,
  • diminuez votre consommation de boissons gazeuses, d'alcool,
  • prenez le temps de manger lentement,
  • cessez la consommation de chewing gum...

Une fois le hoquet présent, il n’y a pas grand-chose à faire face au hoquet habituel, à part de prendre son mal en patience. Si néanmoins vous trouvez le temps long, rien ne vous empêche de tester les multiples « trucs » censés faire passer les « hics » désagréables…Toutes les méthodes proposées reposent sur le mécanisme de l'apnée (suspension volontaire de la respiration) ou la focalisation de l'attention sur autre chose.
 

Bien qu’aucun d’entre eux n’ait scientifiquement prouvé son efficacité, vous trouverez peut-être celui qui vous soulagera :

  • boire un verre d’eau froide sans respirer et rapidement ;
  • retenir son souffle le plus longtemps possible ;
  • respirer profondément et rapidement une dizaine de fois dans un sac en papier (pour les enfants, cette manœuvre doit être faite sous surveillance) ;
  • enfin, si c’est un proche qui est atteint de hoquet, tentez de distraire son attention en lui faisant peur ou en le faisant rire.

Quand consulter en cas de hoquet aigu ?

Vous devez consulter si vous observez que votre hoquet survient après la prise d'un médicament ou si vous présentez un épisode de hoquet accompagné de signes inhabituels :

  • des douleurs au niveau du ventre ou de la poitrine ;
  • des régurgitations ou des vomissements ;
  • de la fièvre ;
  • des difficultés à respirer et à avaler ;
  • de tout symptôme qui vous paraît anormal.

Un bilan médical est nécessaire afin de :

  • déterminer une éventuelle maladie associée,
  • modifier le traitement si un médicament est en cause,
  • prescrire un traitement adapté à la cause.

La prise en charge de la cause du hoquet fera disparaître ce dernier.

Que faire en cas de hoquet chronique ?

Vous présentez un hoquet chronique : votre hoquet dure depuis plus de 48 heures ou revient très régulièrement. Il est nécessaire de consulter votre médecin traitant car le hoquet chronique peut être le symptôme d’une maladie.

La consultation médicale et le bilan

Votre médecin vous interroge sur la durée de votre hoquet, sur son retentissement sur votre qualité de vie (insomnie, difficulté à s’alimenter, fatigue…) et sur les traitements que vous prenez.

Il vous examine et vous prescrit d’abord une digestive haute à la recherche d’une affection digestive, première cause du hoquet chronique. Cet examen est pratiqué sans anesthésie générale et éventuellement après une anesthésie locale.

L’endoscopie peut être associée à :

  • une manométrie : il s’agit d’une mesure de la pression dans l’œsophage pendant 30 à 45 minutes, grâce à une sonde équipée d’un capteur. Cette technique permet d’enregistrer les contractions et les relâchements du cardia, pour vérifier que ces mouvements sont normaux ;
  • une métrie : après une anesthésie locale, on introduit dans le nez du patient une sonde munie d’une électrode, qui est placée en bas de l’œsophage. Elle enregistre les variations du (mesure du caractère acide ou basique) à cet endroit, sur 18 à 24 heures. Le est acide lorsque du liquide gastrique remonte dans l’œsophage (reflux gastro-œsophagien).

Si ces examens se révèlent négatifs, un bilan complémentaire est nécessaire à la recherche d’une autre maladie.

Le traitement du hoquet chronique

Une fois la cause trouvée, le traitement de la maladie fera disparaître le hoquet.

Dans certains cas, aucune cause du hoquet chronique n’est retrouvée. Le médecin prescrit alors des médicaments pour améliorer la qualité de vie du patient.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Sources
  • Orphanet. Chronic hiccup. Site internet : Orphanet. Paris ; 2014 [consulté le 6 mars 2017]
  • Hôpital de Montréal pour enfants. Hoquet. Site internet : Hôpital de Montréal pour enfants. Montréal (Canada) ; 2007 [consulté le 7 mars 2017]
  • Cabane J. Hoquet rebelle : du symptôme au diagnostic. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2011:1-4 [Article 1-0710]
  • National Health Service (NHS). Hiccup. Site internet : NHS Choices. Londres ; 2014 [consulté le 7 mars 2017]