Hepès génital : consultation et traitement

Le diagnostic de l'herpès génital est fait lors de l'examen médical. Parfois des prélèvements au niveau des lésions sont nécessaires pour confirmer la présence du virus. Les médicaments antiviraux permettent de limiter la durée et l’intensité des poussées herpétiques. Ils sont parfois utiles pour espacer les récidives.

Diagnostic de l’herpès génital

Dès l’apparition des premiers symptômes, consultez votre médecin traitant. Il pratique un examen et l'observation des lésions lui permet de poser le diagnostic d'herpès génital.

En cas de doute, il vous prescrit un prélèvement du liquide que contiennent les vésicules. Cet examen permet d’identifier le virus de l'herpès ou de rechercher la présence d'antigènes viraux.

Votre médecin peut également vous prescrire des examens à la recherche d'autres infections sexuellement transmissibles : infection à Chlamydia, VIH, syphilis, hépatite B, gonocoque, etc.

Vidéo : Le diagnostic d'herpès génital

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Le traitement de l'herpès génital

L'herpès génital est traité par un médicament antiviral (aciclovir, valaciclovir, famciclovir).

Le traitement antiviral est pris par voie orale. S'il est pris suffisamment tôt, il diminue l'intensité et la durée des lésions. Mais il n'élimine pas les virus « dormants », donc ne permet pas une guérison définitive. Il ne prévient pas les récidives d'herpès génital.

Lors de la primo-infection, le traitement antiviral peut être associé à un médicament contre la douleur (antalgique). Lors des récidives, ou poussées d’herpès génital, le traitement antiviral est proposé si les lésions sont douloureuses et gênantes, et s’il y a un risque de contagion. Il doit être pris le plus tôt possible dès l’apparition des premiers symptômes.

Entre les poussées d'herpès génital, le traitement anti-viral est proposé à titre préventif :

  • s’il y a au moins 6 récidives d'herpès génital par an ;
  • si le partenaire sexuel est à risque de complications importantes.

Ce traitement antiviral n'est que suspensif et ne permet pas de supprimer le virus. Il y a donc un risque de récidive des épisodes d'herpès labial à l'arrêt du traitement.

  • Collège national des enseignants de dermatologie. Infections à herpès virus de l'enfant et de l'adulte immunocompétents : herpès cutané et muqueux. ECN 2018. 6è édition Elsevier Masson
  • Collège des universitaires de Maladies infectieuses et tropicales. Infections à herpès virus du sujet immunocompétent. ECN Pilly 2020. Éditions Alinéa Plus
  • Société française de dermatologie. L’herpès génital. Site internet : Dermato-info.fr. Paris ; 2019 [consulté le 23 juin 2022]
  • National Health service (NHS). Genital herpes. Site internet : NHS. Londres ; 2020 [consulté le 23 juin 2022]
  • Collège national des gynécologues et obstétriciens français. Recommandations pour la pratique clinique : prévention et prise en charge de l’infection herpétique au cours de la grossesse et de l’accouchement 2017 . Site internet :  Cnogf. Paris ; 2017 [consulté le 23 juin 2022]
  • Collège national des pédiatres universitaires. Herpès génital au cours de la grossesse. ECN 2021.8è édition Elsevier Masson
  • Société nationale française de colo-proctologie L'herpès anal. Site internet : Snfcp. Paris ; 2020 [consulté le 23 juin 2022]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires