Prévenir l’herpès génital

04 mai 2017
Afin de prévenir la transmission du virus de l’herpès génital, des mesures doivent être adoptées en cas de primo-infection et lors des récidives. Il est également important de protéger son partenaire en dehors des poussées si celui-ci n'est pas porteur du virus.

Quels gestes adopter pour limiter la transmission du virus de l’herpès lors des poussées ?

Le virus de l'herpès est un virus fragile, qui ne vit que très peu de temps (une heure ou deux) en dehors de son hôte. La contamination ne s'effectue donc que par un contact direct, intime, et prolongé.

Lors de la première infection et des poussées suivantes d’herpès génital, le risque de transmission est majeur.

Il est alors important de suivre des conseils de prudence :

  • lavez-vous les mains chaque fois que vous touchez les lésions et ne partagez pas votre linge de toilette avec votre entourage, même si le virus ne survit pas longtemps en dehors de son hôte ;
  • évitez les relations sexuelles, même protégées par un préservatif. En effet, celui-ci ne protègerait que des lésions situées sur le sexe. Si l’herpès est présent à proximité, vous risquez de contaminer votre partenaire.
Fil Santé Jeunes répond à toutes vos questions

Appel anonyme et gratuit au 0800 235 236, 7 jours/7, de 9h à 23h. Numéro réservé aux 12-25 ans.

© Inpes

Que faire en dehors des poussées ?

En dehors des poussées, utilisez un préservatif si votre partenaire n’est jamais entré en contact avec le virus de l’herpès. Vous limiterez ainsi les risques de transmission, car le virus peut être présent sur les muqueuses même entre les récidives.

En effet, 8 à 12 % de partenaires indemnes sont infectés chaque année. L’infection est plus fréquente dans le sens homme-femme.

Si vous avez un herpès labial (ou bouton de fièvre), n’ayez pas de rapport sexuel mettant en contact la bouche avec le sexe. En effet, le virus présent sur les lèvres peut être transmis aux parties sexuelles du partenaire. Ainsi, 10 à 30 % des herpès génitaux sont dus au virus de type 1, agent de l’herpès labial.

De même, une main ayant touché un bouton de fièvre peut transporter le virus à d’autres parties du corps.

L'herpès ne s'attrape pas n'importe où, ni n'importe comment

Le virus de l'herpès est un virus fragile, qui ne vit que très peu de temps en dehors de son hôte. Il n'existe donc pas de risque de transmission indirecte dans les piscines ou par le siège des toilettes. La contamination ne s'effectue que par un contact direct, intime et prolongé.

Sources
  • Société française de dermatologie. L’herpès génital. Site internet : Dermato-info. Paris ; 2015 [consulté le 3 mars 2017]
  • National Health Service (NHS). Genital herpes. Site internet : NHS Choices. Londres ; 2015 [consulté le 3 mars 2017]
  • Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé, Société française de dermatologie. Conférence de consensus - Prise en charge de l’herpès cutanéo-muqueux chez le sujet immunocompétent. Site internet : Haute Autorité de santé. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2001 [consulté le 6 mars 2017]