Hépatite A : symptômes, diagnostic et évolution

20 décembre 2017
Les symptômes de l'hépatite A sont davantage présents chez les enfants de plus six ans et les adultes. Une analyse de sang permettent de confirmer l’infection. Les formes graves de la maladie sont rares. L'hépatite A guérit sans séquelles.

Les symptômes de l'hépatite A

Chez l'enfant de moins de six ans, l'hépatite A passe inaperçue dans 70 % des cas. Néanmoins, les symptômes de l'hépatite A sont davantage visibles pour les enfants plus âgés et chez les adultes.

L' est de 15 à 30 jours en moyenne et peut aller jusqu'à 50 jours. Le virus est présent dans les selles avant l'apparition des signes cliniques.

L'hépatite A évolue en deux périodes :

  • Une phase pré-ictérique, précédant l'apparition de l'ictère (coloration jaune de la peau due à la présence de pigments biliaires). Elle dure de une à trois semaines. Elle est marquée par :
    • une perte d'appétit,
    • des nausées,
    • des douleurs intermittentes au niveau de l',
    • une fatigue importante,
    • un syndrome grippal (avec fièvre, céphalées et douleurs musculaires),
    • des douleurs des articulations,
    • et de l'urticaire.
  • Une phase ictérique. L'ictère ou jaunisse s'accompagne d'une décoloration des selles, d'urines foncées et très rarement, de démangeaisons (prurit).

Les symptômes de la phase pré-ictérique s'atténuent puis disparaissent dans les jours qui suivent l'installation de l'ictère.

Parfois, il n'y a pas de jaunisse : seuls les signes de la phase pré-ictérique existent.

Le diagnostic de l'hépatite A

En présence de symptômes évoquant le diagnostic, le médecin traitant examine son patient à la recherche d’un ictère et d’une augmentation de volume du foie lors de la palpation de l’abdomen.

Il prescrit des examens biologiques. En effet, le diagnostic de l'hépatite A est fait grâce à une analyse de sang qui comporte deux types de dosages :

  • un dosage d'anticorps contre le virus de l'hépatite A (VHA). Ces anticorps apparaissent très tôt dans la maladie et sont détectables dès les premiers signes cliniques ;
  • un dosage permettant de mesurer l'atteinte du foie par le virus (, bilirubine...)
L’hépatite A peut être reconnue comme maladie professionnelle

Une hépatite A contractée dans le cadre du travail peut être reconnue comme maladie professionnelle. En cas de doute, parlez-en à votre médecin traitant.

L’évolution de l’hépatite A

L'hépatite A guérit en quelques semaines sans traitement. On observe des formes prolongées sur plusieurs semaines qui guérissent. L'hépatite A n'évolue jamais vers une infection chronique (contrairement à l’hépatite B ou l’hépatite C ). L’hépatite A guérit et induit une à vie (une deuxième infection par le virus VHA est impossible).

Cependant, il existe des cas exceptionnels d’hépatite A d’emblée très graves avec défaillance du foie (hépatite A dite fulminante).

Hépatite A au cours de la grossesse

Il existe un risque d’accouchement prématuré au cours des deux derniers trimestres de grossesse, lorsque la femme enceinte présente une hépatite A.
La transmission du virus au fœtus in utero est exceptionnelle et un peu plus fréquente dans les deux semaines avant l’accouchement. L’hépatite A est habituellement bénigne chez le nouveau-né.
Il n’y a pas de contre-indication à l’allaitement d'un nouveau-né par une mère infectée par le VHA.

Sources
  • Santé publique France - Institut national de veille sanitaire. Guide pour l'investigation, la prévention et l'appui à la gestion des cas d'hépatite aiguë A. Site internet : Santé publique France. Saint Maurice (France) ; 2009 [consulté le 20 décembre 2017]
  • World gastroenterology organisation (WGO). Conduite à tenir devant l'hépatite aiguë virale. Site internet : WGO. Milwaukee (USA) ; 2007 [consulté le 20 décembre 2017]
  • Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales, ePILLY trop. Maladies infectieuses et tropicales. Édition web 2016. Site internet : infectiologie.com. Paris ; 2016 [consulté le 19 décembre 2017]
  • Organisation mondiale de la santé (OMS). Hépatite A - Aide mémoire. Site internet : OMS. Genève (Suisse) ; 2017 [consulté le 19 décembre 2017]