Les symptômes, le diagnostic et l'évolution de l'hépatite C

15 octobre 2019
L’hépatite C aussi bien dans sa forme aiguë que dans sa forme chronique passe souvent inaperçue car les symptômes sont absents ou peu évocateurs. C’est pourquoi, il est important de dépister la maladie chez toute personne à risque.

L'hépatite C aiguë

L' de l'hépatite C est habituellement de 2 à 12 semaines.

Puis dans environ 10 % des cas, la personne présente une fatigue, une peau jaunâtre (jaunisse ou ictère), des urines plus foncées et des selles plus claires. En présence de ces symptômes, des examens sanguins permettent de poser le diagnostic d'hépatite C aiguë :

  • un dosage permettant de mesurer l'atteinte du foie () ;
  • la recherche d'anticorps anti-VHC puis en cas de positivité, la détection de l’ARN du virus (VHC). La présence simultanée des anticorps et de l'ARN du virus permet d'affirmer l’existence de la contamination par le VHC. En cas de guérison de l'hépatite aiguë, le dosage de l'ARN viral devient négatif.

Dans 90 % des cas, l'hépatite C passe inaperçue et le diagnostic peut alors être fait lors d'un dépistage.

Dans moins de 1% des cas, l'hépatite aiguë est fulminante et le foie est très endommagé. Une transplantation hépatique doit être effectuée.

L'hépatite C aiguë peut évoluer de deux façons différentes :

  • vers la guérison dans 15 à 30 % des cas ;
  • vers le passage à la chronicité (hépatite C chronique) dans 70 à 85 % des cas. L'hépatite C chronique est définie par la persistance du virus dans l'organisme plus de six mois.
L'hépatite C, une maladie professionnelle ?

Une hépatite C contractée dans le cadre du travail peut être reconnue comme maladie professionnelle. En cas de doute, parlez-en à votre médecin traitant.

L'hépatite C chronique

Les symptômes de l'hépatite C chronique

L'hépatite C chronique peut :

  • être sans symptômes, avec une atteinte hépatique très minime ;
  • s'accompagner d'une cryoglobulinémie (immunoglobuline qui se solidifie lorsque la température baisse en dessous de 37 °C), responsable de manifestations multiples : fatigue, problèmes de peau, douleurs articulaires, musculaires, atteinte rénale, neurologique... ;
  • être responsable d'une hépatique qui peut se transformer en cirrhose (apparition d'hémorragies du tube digestif en raison de varices de l'œsophage, d'une ascite, d'œdèmes...). Cette dernière peut évoluer vers un cancer du foie. Ce risque évolutif est notamment majoré par la co-infection avec le VIH, le VHB, la consommation d’alcool ou le surpoids ;
  • être associée à un lymphome B.

Le diagnostic d'hépatite C

Le diagnostic de l'hépatite C est fait par une prise de sang qui comporte deux types d'examens :

  • un dosage permettant de mesurer l'atteinte du foie () ;
  • la recherche d'anticorps anti-VHC puis en cas de positivité, la détection de l’ARN du virus (VHC).
    La présence simultanée des anticorps et de l'ARN du virus permet d'affirmer l’existence de la contamination par le VHC, mais ne permet pas de savoir si l'hépatite virale est aiguë ou chronique. Seule, la persistance de l’ARN du VHC au-delà de six mois définit l'hépatite C dans sa forme chronique. En cas de guérison de l'hépatite aiguë, le dosage de l'ARN viral devient négatif.

Le bilan d'hépatite C chronique

La découverte d'une hépatite C chronique nécessite de réaliser un bilan de santé plus complet. Ce bilan est réalisé par le médecin traitant en collaboration avec un spécialiste en hépato-gastro-entérologie (maladies du foie et du tube digestif). Ce bilan consiste en :

  • des consultations médicales avec recherche de facteurs aggravants : surpoids, consommation d'alcool,
  • des bilans sanguins :
  • des examens complémentaires consistant en une mesure de l'élasticité et de la du foie à l'aide d'un appareil à (examen non invasif et totalement indolore) et très rarement en une biopsie hépatique,
  • des examens en cas de complications : endoscopie digestive haute, IRM du foie...

Il existe des traitements antiviraux de l'hépatite C permettant d'arrêter l'évolution de la maladie et d'obtenir la guérison virologique dans 95 à 100 % des cas, ainsi que la régression des lésions hépatiques (). D'où l'importance d'un diagnostic précoce.

L'hépatite C chronique peut être reconnue en affection de longue durée.

Votre médecin traitant peut demander la reconnaissance de votre hépatite C chronique au titre d'une affection de longue durée. Les examens et les traitements en rapport avec la maladie sont pris en charge à 100 % dans la limite des tarifs de l'Assurance maladie.

  • Haute Autorité de santé (HAS). Actualisation des actes de biologie médicale relatifs au diagnostic et à la prise en charge des hépatites B, C et D. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2017 [consulté le 15 octobre 2019]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Fiche mémo. Hépatite C : prise en charge simplifiée chez l'adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2019 [consulté le 14 Octobre 2019]
  • Haute Autorité de santé. Prise en charge de l'Hépatite C par les médicaments antiviraux d'action directe. Recommandation du collège. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2017 [consulté le 15 octobre 2019]
  • Haute Autorité de santé. Fiche Mémo. Hépatite C : prise en charge simplifiée hez l'adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2019 [consulté le 15 octobre 2019]
  • Société française d'hépatologie. Recommandations AFEF sur la prise en charge de l'hépatite virale C - 2018. Site internet : Afef. Paris ; 2018 [consulté le 15 octobre 2019]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Hépatite C. Site internet : Inserm. Paris ; 2019 [consulté le 15 octobre 2019]
  • Organisation mondiale de la santé (OMS). Hépatite C. Site internet : OMS. Genève (Suisse) ; 2019 [consulté le 15 octobre 2019]