Vivre avec une hépatite B chronique

23 mars 2017
En présence d’une hépatite B chronique, une surveillance médicale est indispensable. Au quotidien, il est nécessaire de modifier son mode de vie et ses comportements.

Suivi médical en cas d'hépatite B chronique

Le suivi médical de l'hépatite B chronique est assuré par votre médecin traitant, en collaboration avec des spécialistes : hépato-gastro-entérologue, radiologue... D'autres professionnels peuvent aussi vous aider à mieux vivre avec votre maladie : assistante sociale, psychologue, médecin du travail...

L'efficacité du traitement d'une hépatite B chronique dépend, entre autres, de la prise régulière de votre traitement. C'est pourquoi un suivi rapproché avec votre médecin traitant est essentiel pour faire le point et lui parler des difficultés rencontrées.

La surveillance de l'hépatite repose sur la mesure régulière de l'inflammation du foie, de l'activité du virus (prises de sang) et sur le suivi des lésions hépatiques pour vérifier l'efficacité et la tolérance de votre traitement.

Quelques conseils utiles à votre suivi :

  • respectez le rythme des consultations et des examens convenus avec votre médecin traitant et/ou votre spécialiste, comme avec les autres professionnels de santé ;
  • ne prenez pas de nouveau médicament sans avis médical. Certains médicaments peuvent nécessiter des précautions particulières d’utilisation. D’autres médicaments peuvent être totalement contre indiqués ;
  • discutez avec votre médecin des effets indésirables de vos médicaments si vous en ressentez. Il vous conseillera sur les moyens de les atténuer ou de les prévenir ;
  • devant tout symptôme inhabituel, consultez rapidement votre médecin traitant.
Reconnaissance de votre hépatite B chronique au titre d'une affection de longue durée

Votre médecin traitant peut demander la reconnaissance de votre hépatite B chronique au titre d'une affection de longue durée (A.L.D.). Les examens et les soins en rapport avec l'affection sont pris en charge à 100 % dans la limite des tarifs de l’Assurance Maladie.

Vivre avec l'hépatite B chronique au quotidien

Lorsqu'on est atteint d'une hépatite B chronique, il est important de modifier son quotidien, de préserver son (ses) partenaire(s) sexuel(s) et son entourage d'une éventuelle contamination et d'adapter son activité professionnelle à son état de santé.

Des règles d’hygiène de vie et une alimentation équilibrée font partie du suivi de l’hépatite B.

Il est important d'adopter des mesures pour éviter de malmener son foie :

  • stoppez votre consommation d'alcool ;
  • arrêtez de fumer ;
  • perdez du poids en cas de surpoids ;
  • essayez de maintenir normal le taux de sucre et de graisses dans le sang.

Il existe un vaccin efficace contre l'hépatite B permettant de prévenir l'infection.

Incitez votre entourage :

  • à se faire dépister ;
  • s'il n'est pas atteint par le VHB, à discuter de l'intérêt d'être vacciné avec leur médecin traitant.

Si votre entourage n'est pas vacciné, vous risquez de le contaminer par :

  • le contact direct avec votre sang ;
  • un rapport sexuel ;
  • le partage ou la manipulation de seringues et de matériel d'injection ou de « sniff » ;
  • le partage d'objets de toilette en contact avec le sang : rasoir, brosse à dents, ciseaux, coupe-ongles, pince à épiler, bijoux de piercing, boucles d'oreilles, etc.

Si vos partenaires sexuels ne sont pas vaccinés contre le VHB ou si vous ignorez s'ils le sont, l'utilisation systématique du préservatif est indispensable :

  • pour empêcher leur contamination ;
  • pour vous protéger de toutes les autres maladies sexuellement transmissibles.

En revanche, le VHB ne se transmet ni par la nourriture, ni par l'eau, ni par l'utilisation commune des toilettes.

Si vous êtes atteint d'une hépatite chronique, vous ne pourrez pas donner votre sang, ou votre sperme.

Si vous exercez une activité professionnelle, un arrêt de travail peut vous être prescrit. Sa durée dépendra de votre état de santé et des éventuels effets secondaires de votre traitement. Une adaptation de reprise du travail peut être envisagée : mi-temps thérapeutique sur une courte période, adaptation du poste de travail.... En cas d'arrêt de plus de 30 jours, une visite de pré-reprise auprès du médecin du travail est obligatoire.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations : Hépatite B chronique. Site internet : HAS. Saint Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 11 septembre 2015]
  • Institut de veille sanitaire (InVS). Hépatite B. Site internet : InVS. Saint-Maurice (France) ; 2015 [consulté le 11 septembre 2015]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Hépatites. Paris ; 2014 [consulté le 11 septembre 2015]
  • Ministère des affaires sociales et de la santé. La prise en charge des personnes infectées par le virus de l'hépatite B ou de l'hépatite C. Site internet : sant.gouv.fr. Paris ; 2014 [consulté le 11 septembre 2015]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Évaluation des méthodes non invasives de mesure de la fibrose hépatique dans l'hépatite B chronique-Rapport d'évaluation. Site internet : HAS. Saint Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 11 septembre 2015]