Les symptômes, le diagnostic et l'évolution de l'hépatite B

27 avril 2018
Les symptômes de l'hépatite B sont inconstants et la maladie peut passer inaperçue. L’hépatite B aiguë est diagnostiquée grâce à une analyse de sang (la sérologie). La maladie évolue vers la guérison ou au contraire vers une forme d'hépatite chronique.

Les symptômes de l'hépatite B aiguë

La période d' de l'infection par le virus VHB est généralement de 30 à 180 jours.

Puis une fatigue (asthénie) peut apparaître, c'est le symptôme le plus fréquent.
Fièvre, nausées et vomissements, perte d’appétit, douleurs musculaires et articulaires peuvent être aussi les premiers signes de l'hépatite virale B aiguë.
Quelquefois, l'urine devient plus sombre, les selles sont blanchâtres et la peau prend une teinte jaunâtre (ictère ou jaunisse).

Lors de l'hépatite B, on peut également constater des symptômes beaucoup moins évocateurs :

  • des malaises,une anxiété, une irritabilité ;
  • une gêne du côté droit de l'abdomen ;
  • des maux de tête ;
  • des troubles du sommeil ;
  • des démangeaisons ;
  • une perte de poids.

Mais fréquemment, l'infection aiguë par le virus de l'hépatite B ne donne pas de manifestations apparentes et passe inaperçue.

Chez environ 1 % des patients, l’hépatite B est dite fulminante : les lésions du foie sont d’emblée majeures mettant en jeu la survie du patient. Une greffe hépatique est nécessaire en urgence.

Le diagnostic de l'hépatite B aiguë

Après son examen médical, le médecin traitant, qui suspecte une hépatite B, prescrit un bilan sanguin.

Le diagnostic de l'hépatite B aiguë est fait grâce à une analyse de sang qui comporte deux types de dosage :

  • un dosage permettant de mesurer l'atteinte du foie (, bilirubine...) ;
  • une sérologie de l'hépatite B qui recherche la présence d'antigènes viraux et d'anticorps dirigés contre le virus appelé VHB.
L'hépatite B, une maladie professionnelle ?

Une hépatite B contractée dans le cadre du travail peut être reconnue en maladie professionnelle. En cas de doute, il est nécessaire d'en parler à son médecin traitant.

L'évolution de l'hépatite B aiguë

L'infection par le virus VHB peut déboucher sur :

  • la guérison après l'hépatite aiguë, dans la majorité des cas (plus de 90 %) ;
  • la survenue d'une forme chronique : c'est l'hépatite B chronique, définie par la persistance du virus dans l'organisme plus de six mois.

L'hépatite B chronique survient dans 2 à 10 % des cas et nécessite un suivi au long cours et parfois un traitement.

L'hépatite B chronique est une maladie qui reste silencieuse durant de nombreuses années. Au cours cette période, les cellules hépatiques infectées par le virus sont détruites et progressivement remplacées par un tissu fibreux cicatriciel. C'est le stade de hépatique. Le phénomène peut aboutir au développement d’une cirrhose. A ce stade, le foie ne peut plus assurer ses fonctions et les premiers symptômes apparaissent : ictère (jaunisse), augmentation de la taille du foie, risque d’hémorragie de l’œsophage ou du tube digestif… Les personnes atteintes par une cirrhose ont un risque accru de développer un cancer du foie.

La découverte d'une hépatite B chronique nécessite de réaliser un bilan de santé plus complet.

Ce bilan est réalisé par le médecin traitant en collaboration avec un spécialiste en hépato-gastro-entérologie (maladies du foie et du tube digestif).

Il consiste en des consultations médicales, des prises de sang (bilan hépatique, recherche du virus dans le sang...) et des examens complémentaires :

  • une biopsie hépatique, qui reste l'examen de référence ;
  • une échographie abdominale ;
  • une mesure de l'élasticité et de la du foie, à l'aide d'un appareil à qui n'est préconisée que dans certains cas sur avis spécialisé. Cet examen n'est pas invasif et totalement indolore.
Hépatite B et co-infection par un autre virus

L'infection par les deux virus VIH et VHB est possible chez une même personne. Dans ce cas l'hépatite B évolue plus fréquemment vers la chronicité.

De même, une co-infection VHB et VHD (virus de l'hépatite D) est recherchée, car elle influence le choix du traitement.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actes et prestations : Hépatite B chronique. Site internet : HAS. Saint Denis La Plaine (France) ; 2015 [consulté le 21 décembre 2017]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Actualisation des actes de biologie médicale relatifs au diagnostic et à la prise en charge des hépatites B, C et D. Site internet : HAS. Saint Denis La Plaine (France) ; 2017 [consulté le 21 décembre 2017]
  • Santé publique France - Institut de veille sanitaire. Surveillance des hépatites B et C. Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2017 [consulté le 21 décembre 2017]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Hépatites. Paris ; 2014 [consulté le 21 décembre 2017]
  • Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales, ePILLY trop. Maladies infectieuses et tropicales. Édition web 2016. Site internet : infectiologie.com. Paris ; 2016 [consulté le 19 décembre 2017]
  • Organisation mondiale de la santé (OMS). Hépatite B - Aide mémoire. Site internet : OMS. Genève (Suisse) ; 2017 [consulté le 19 décembre 2017]