Hémorroïdes : définition, facteurs favorisants et symptômes

26 avril 2017
Les symptômes liés aux hémorroïdes (saignements, douleurs, prolapsus…) sont fréquents et, bien que sans gravité, ils sont gênants. La crise hémorroïdaire cesse en quelques jours mais elle a tendance à récidiver pouvant aboutir à une gêne quotidienne. Ces troubles constituent la maladie hémorroïdaire.

Qu'est-ce que les hémorroïdes ?

Les hémorroïdes sont un réseau de vaisseaux présent à l'état normal, au niveau du canal anal. Il existe :

  • un réseau hémorroïdaire externe (hémorroïdes externes), situé sous la peau de l'orifice de l'anus,
  • un réseau hémorroïdaire interne (hémorroïdes internes) situé plus profondément et plus haut sous la du canal anal. Il joue un rôle dans la de l'anus.

Le rectum en coupe

Schéma : rectum en coupe

La maladie hémorroïdaire est l'ensemble des troubles qui peuvent toucher ces vaisseaux lorsqu'ils sont gonflés et irrités. Dans le langage courant, on parle d'hémorroïdes.

Les plaintes liées aux hémorroïdes sont très répandues et touchent autant les hommes que les femmes. Elles sont plus fréquentes entre 40 et 65 ans. Elles sont en général bénignes et passagères, mais peuvent entraîner une gêne dans la vie quotidienne.

Les facteurs favorisant les hémorroïdes

Toute personne peut avoir des symptômes liés aux hémorroïdes à un moment ou à un autre de sa vie. Les facteurs de risque de la maladie hémorroïdaire restent discutés. Certains facteurs peuvent favoriser ou aggraver les symptômes :

  • certaines périodes de vie chez les femmes : grossesse, accouchement , post-partum (période suivant l'accouchement) et période prémenstruelle (avant les règles) ;
  • la constipation (en particulier, les efforts déployés pour évacuer une selle, la position assise prolongée sur le siège des toilettes et l'utilisation de certains laxatifs aggravent la pathologie hémorroïdaire) ;
  • un épisode de diarrhée par phénomène irritatif ;
  • la sédentarité ;
  • le surpoids et l'obésité ;
  • la consommation d'alcool et de plats épicés ;
  • la pratique de certains sports et de certaines activités qui contraignent à soulever des objets lourds.

Quels sont les symptômes des hémorroïdes ?

Les symptômes de la maladie hémorroïdaire sont associés entre eux de manière variable d'une personne à l'autre. Ils surviennent soit de façon aiguë sous la forme d'une crise hémorroïdaire, soit de façon continue.

La douleur

La crise hémorroïdaire est douloureuse. Cette poussée congestive s'accompagne de sensations de chaleur, de gonflement et de pesanteur au niveau de l'anus.

Ces douleurs sont aggravées par la ou l'exercice physique et soulagées par la position allongée. Elles durent de 2 à 4 jours.

Les saignements ou rectorragies

Les hémorroïdes peuvent suinter ou saigner après le passage aux toilettes. Du sang rouge ( ) apparaît dans ou après les selles. Le saignement est d'importance variable : quelques traces rouges sur le papier toilette, saignement en goutte, éclaboussures de sang sur la cuvette des WC et parfois saignement tachant les sous-vêtements.

Les tuméfactions ou prolapsus

Le prolapsus signifie que les hémorroïdes internes s'extériorisent par l'orifice de l'anus. Il se traduit par une tuméfaction perçue au niveau de l'anus qui peut survenir :

  • après une selle ou lors d'un effort,
  • de façon permanente si les hémorroïdes évoluent depuis longtemps.

Cette tuméfaction peut se réintégrer spontanément ou être refoulée dans le canal anal par le patient. Ce prolapsus est responsable d'une gêne, de suintements, de brûlures et de démangeaisons anales (prurit anal).

La hémorroïdaire

La des hémorroïdes externes (présence d’un caillot sanguin à l’intérieur de l’hémorroïde) se traduit par l'apparition brutale d'une tuméfaction bleutée très douloureuse, siégeant à l'entrée de l'anus. Cette tuméfaction est souvent entourée d'une zone très inflammatoire (œdématiée, rouge et douloureuse).
La des hémorroïdes internes est plus rare.

Comment évoluent ces symptômes ?

La plupart des crises douloureuses s’atténuent et disparaissent d'elles-mêmes, en quelques jours. Toutefois, elles ont tendance à réapparaître.

Si la maladie hémorroïdaire évolue sur plusieurs années, les douleurs peuvent être quotidiennes ; des démangeaisons anales apparaissent. Si les saignements sont répétés, ils peuvent être responsables d’une anémie. En cas de prolapsus, celui-ci peut devenir permanent, ne pouvant pas être refoulé dans le canal anal. Des troubles de la ( ) peuvent apparaître et être gênants.

C’est pourquoi il est important de consulter son médecin traitant pour connaître les traitements possibles si les symptômes persistent ou réapparaissent souvent.

Les hémorroïdes n'entraînent pas de complications graves pour la santé.

© Blausen Medical

Sources
  • Pigot F. Pathologie hémorroïdaire. Rev Prat. 2008;58(16):1763-8.
  • Sénéjoux A. Hémorroïdes. Encyclopédie médico-chirurgicale, Gastroentérologie 2010:1-12 [Article 9-086-A-10]
  • Société nationale française de colo-proctologie (SNFCP). Les hémorroïdes. Site internet : SNFCP. Paris ; 2014 [consulté le 10 janvier 2017]
  • Collégiale des universitaires en hépato-gastro-entérologie. Pathologie hémorroïdaire. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2008-2009 [consulté le 10 janvier 2017]
  • National Health Service (NHS). Piles (haemorrhoids). Site internet : NHS Choices. Londres ; 2016 [consulté le 10 janvier 2017]