Conduites à risque et intoxication par le plomb durant la grossesse

14 novembre 2019
Enceinte, il est important de cesser le tabac ou toute drogue et de ne pas traiter de petits maux en automédication. Parlez-en à votre médecin. De même si vous avez été exposée au plomb, car il peut atteindre le fœtus.

Zéro alcool pendant la grossesse

L’alcool esttotalement interdit au cours de votre grossesse. Les substances alcoolisées traversent aisément la barrière du et pénètrent directement dans le système sanguin du fœtus.

Consommation d'alcool pendant la grossesse : quels sont les risques ?

Quelle que soit la dose bue, l’alcool ingéré par une femme enceinte passe presque intégralement dans le sang du fœtus.

Cela peut avoir des effets irréversibles sur le bébé. Parfois, il s’agit de troubles du comportement mineurs (troubles des apprentissages, de l'adaptation...) appelés troubles causés par l'alcoolisation fœtale (TCAF).

Dans d’autres cas, l’enfant présente un syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF), avec des anomalies sévères du développement, par exemple :

  • une malformation du crâne et du visage ;
  • un retard de croissance ;
  • des handicaps comportementaux et/ou cognitifs (retard mental, dyslexie, troubles du langage oral, dyspraxie, troubles de mémoire, d’attention), observés dans près de 50 % des cas.

L’absorption d’alcool est néfaste pendant toute la grossesse et il n’a jamais été mis en évidence de seuil en deçà duquel les risques sont nuls, d’où la recommandation "0 alcool pendant la grossesse".

Selon les données du Baromètre santé 2017, la consommation d’alcool pendant la grossesse, n’est pas rare en France. En effet, parmi les femmes interrogées, enceintes au moment de l’enquête ou mères d’un enfant de moins de 5 ans :

  • Près de 6 femmes sur 10 ont déclaré avoir été informées des risques de la consommation d’alcool par le médecin ou la sage-femme les suivant ou les ayant suivies.
  • 1 sur 10 a déclaré avoir consommé de l’alcool occasionnellement pendant sa grossesse. 

Une femme allaitante qui boit de l'alcool transmet ce dernier à son bébé par son lait. Cela peut avoir des effets néfastes sur le sommeil et le développement de l’enfant.

D'où la recommandation de zéro alcool pendant la grossesse et l’allaitement.

L'alcoolisation fœtale en France

En France, entre 2006 et 2013, 3 207 nouveau-nés (soit une naissance par jour) ont présenté au moins une conséquence liée à l’alcoolisation fœtale dont pour 452 d’entre eux (soit une naissance par semaine) un syndrome d’alcoolisation fœtale.

Ces chiffres sont sous-estimés car ils ne tiennent pas compte des diagnostics posés lorsque l'enfant est plus grand.

Pour obtenir plus d’informations sur le syndrome d’alcoolisation fœtale, visiter le site Association SAF France.

Qui peut vous aider à ne pas boire d'alcool pendant la grossesse ?

Si vous éprouvez des difficultés liées à la consommation d’alcool, il existe des solutions :

  • Parlez-en avec votre médecin traitant, votre gynécologue ou votre sage-femme qui sauront vous conseiller.
  • Votre caisse d’Assurance Maladie peut vous donner les coordonnées des structures de prise en charge. Il suffit d’appeler le 36 46.
  • Vous pouvez aussi contacter Alcool Info Service au 0 980 980 930, de 8h à 2 h du matin (appel anonyme et non surtaxé). Si vous le souhaitez, un conseiller peut vous rappeler.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Vous fumez pendant votre grossesse, votre bébé aussi

Quels sont les risques du tabagisme lors de la grossesse ?

Fumer durant la grossesse comporte des risques pour la maman et le bébé :

  • pour la grossesse elle-même : augmentation du risque de fausses couches, de grossesses extra-utérines et d'accouchements prématurés,
  • pour le développement du fœtus. Le risque le plus connu est un développement insuffisant du fœtus. Ce retard de croissance intra-utérin est principalement causé par le passage de monoxyde de carbone (CO) dans le sang du fœtus. Ce monoxyde de carbone prend alors la place de l’oxygène. À la naissance, le bébé peut présenter un poids insuffisant (hypotrophie). Ce faible poids de naissance peut entraîner des problèmes, majorés si l'enfant nait prématurément.

Si la femme enceinte est soumise au tabagisme passif, le risque existe de façon plus modérée.

Enfin, le tabac est la première cause de mort subite du nourrisson.

Si la maman choisit d'allaiter son bébé, il est important de savoir que le tabac modifie le goût du lait, sa composition et en diminue la production.

Vidéo : Les effets du tabac lors de la grossesse

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Qui peut vous aider à arrêter de fumer ?

Un projet d’enfant est souvent une forte motivation pour décider d’arrêter de fumer.

Il existe des méthodes efficaces pour arrêter de fumer.

  • Les consultations spécialisées d’aide au . Appelez votre caisse d’Assurance Maladie, qui vous fournira les coordonnées des structures de prise en charge.
  • Les substituts nicotiniques, mais uniquement sous contrôle médical. Parlez-en à votre médecin ou à votre sage-femme qui peut vous accompagner dans votre démarche pour arrêter. Renseignez-vous sur la prise en charge des substituts nicotiniques par l’Assurance Maladie.

Vidéo : J'arrête de fumer parce que je veux un bébé

© Santé publique France, Ministère des Solidarités et de la Santé et CNSA

Médicaments pendant la grossesse : attention danger !

Pas de médicament sans avis médical pendant la grossesse

Les médicaments peuvent avoir une influence sur votre grossesse et être à l'origine de malformations du fœtus. Quel que soit le mode d’administration (comprimé, gélule, gel, sirop, crème, pommade…) sachez que même une prise unique peut avoir des répercussions. Ne prenez aucun médicament de votre propre initiative et définissez avec le médecin ou la sage-femme qui suit votre grossesse les traitements que vous pouvez utiliser sans risque.

Attention aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens constituent une contre-indication absolue à partir du 6ème mois de grossesse (24 semaines depuis les dernières règles).

Les AINS sont des médicaments utilisés pour soulager la fièvre, les douleurs, les hémorroïdes, et dans bien d’autres cas.

À partir du début du 6ème mois de grossesse, la prise d’AINS par la femme enceinte peut avoir des conséquences graves voire mortelles, pour le fœtus ou le nouveau-né.

Tous les AINS sont concernés, y compris l’aspirine lorsque la posologie est supérieure ou égale à 500 mg/j, qu’ils soient sur prescription médicale ou non, et qu’ils soient pris par la bouche ou utilisés en application locale (crème, gel…). En effet, le passage dans le sang des AINS après application d’une pommade ou d’un gel contenant un AINS ne doit pas être sous-estimé.

Toute automédication même ponctuelle avec les AINS est contre-indiquée pendant cette période à risque. Certains AINS peuvent être délivrés sans ordonnance. Demandez conseil à votre pharmacien avant toute automédication.

Graves conséquences en cas de consommation de drogues pendant la grossesse

La consommation de drogues (cannabis, cocaïne, héroïne...) pendant la grossesse peut avoir des conséquences graves sur le développement de votre bébé. Elles mettent en danger sa santé. En effet, les drogues traversent aisément la barrière du et pénètrent directement dans le système sanguin de fœtus qui souffrira d'un "état de manque" à la naissance.

Quels sont les risques en cas de consommation de drogues pendant la grossesse ?

La prise de drogues augmente le risque :

De plus, les drogues traversent aisément la barrière du et pénètrent directement dans le système sanguin de fœtus qui souffrira d'un "état de manque" à la naissance.

Qui peut vous aider ?

Parlez à votre médecin ou à votre sage-femme de votre consommation de drogue et de sa fréquence. Il vous conseillera et vous orientera pour prendre, avec vous, les mesures nécessaires afin de préserver au mieux la santé de votre bébé.

Attention à l'intoxication par le plomb

Quels sont les risques de l'intoxication par le plomb lorsqu'on est enceinte ?

L'exposition au plomb peut avoir lieu :

  • lors de la grossesse : le plomb respiré, avalé par une femme enceinte est transmis au fœtus à travers le ;
  • avant la grossesse : la femme enceinte a été exposée au plomb dans le passé (dans l'enfance ou à l'âge adulte) et le plomb stocké dans les os est relargué dans le sang de la femme enceinte, puis passe chez le fœtus. L'intoxication au plomb est le saturnisme.

Durant la grossesse, le plomb traverse le et atteind le fœtus. Les conséquences peuvent être réversibles (anémie par carence en fer, troubles digestifs) ou graves (retard de croissance, risque d’avortement ou d’accouchement prématuré, troubles des apprentissages pendant la petite enfance).

Le plomb peut également passer dans le lait maternel et contaminer le nourrisson pendant la période d’allaitement.

Comment savoir si vous êtes ou avez été exposée au plomb ?

Vous êtes ou avez été exposée si :

  • vous habitez ou fréquentez régulièrement un bâtiment construit avant le 1er janvier 1949 et qui comporte encore de vieilles peintures écaillées ;
  • vous habitez près d’un site industriel à risque, émetteur de plomb ou pollué par le plomb ;
  • une autre personne de votre entourage (frère, sœur, camarade...) est ou a été intoxiquée ;
  • vous exercez une activité professionnelle à risque. Par exemple : métallurgie du plomb, fabrication de fil de soudure, production de verre, fabrication de pigments de peinture, récupération de métaux ou de batteries d’accumulation ;
  • vous exercez une activité de loisir à risque : travail sur vitraux, poterie avec utilisation d’émaux, tir sportif, chasse ;
  • vous êtes arrivée récemment en France et avez peut-être été exposée dans votre pays d’origine.

Si vous vous trouvez dans l’une de ces situations, parlez-en à votre médecin.

Dosage du plomb dans le sang

La plombémie (c'est à dire le dosage du plomb permettant le diagnostic du saturnisme) ainsi que la consultation au cours de laquelle elle est prescrite, sont prises en charge à 100 % par l'Assurance Maladie pour les enfants de 0 à 18 ans et les femmes enceintes.

  • Haute Autorité de santé (HAS). Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au maintien de l’abstinence en premier recours. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2014 [consulté le 15 février 2019]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Pas d'AINS dès le 6ème mois de grossesse. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2017 [consulté le 15 février 2019]
  • Ministère des solidarités et de la santé. Saturnisme. Site internet : Ministère des solidarités et de la santé. Paris ; 2016 [consulté le 15 février 2019]
  • National Health service (NHS). Your pregnancy and baby guide. Site internet : NHS. Londres ; 2018 [consulté le  15 février 2019]
  • Gouvernement du Canada. Le guide pratique d’une grossesse en santé. Site internet : Agence de la santé publique du Canada. Ottawa (Canada) ; 2019 [consulté le 15 février 2019]
  • Santé publique France- Institut national de prévention et d'éducation pour la santé. Conseils santé pour les (futurs) parents et leurs jeunes enfants. Site internet : Santé publique France. Saint-Maurice (France) ; 2018 [consulté le 15 février 2019]
  • Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF). Grossesse normale. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2016 [consulté le 15 février 2019]
  • Ministère des solidarités et de la santé. Périnatalité. Site internet : Ministère des solidarités et de la santé. Paris ; 2018 [consulté le 15 février 2019]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Stratégies de prévention de la carie dentaire. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2010 [consulté le 15 février 2019]