Médicaments et grossesse

03 juin 2021
Pour la santé de l'enfant et de la mère, la prise de médicaments devrait être évitée au cours de la grossesse, sauf traitement prescrit par un professionnel de santé. Une femme enceinte ne doit pas prendre un médicament de sa propre initiative ni arrêter ou modifier un traitement qui lui a été prescrit sans en avoir préalablement parlé avec son médecin.

Quelles sont les périodes de la grossesse ?

La grossesse désigne le processus normal de développement d'un bébé dans les organes génitaux de sa mère. Ce phénomène particulier et transitoire a lieu depuis la conception jusqu'à l'accouchement. Selon le stade de développement de l'enfant, on distingue la période :

  • Embryonnaire, qui correspond aux trois premiers mois de grossesse pendant lesquels l'ébauche de tous ses organes est mise en place.
  • Fœtale. Au cours des six mois suivants, le bébé se développe et ses organes acquièrent leur maturité.

Mieux comprendre le décompte de la durée de la grossesse

La durée moyenne théorique d'une grossesse humaine est de neuf mois, soit trois trimestres. Les professionnels de santé préfèrent parler en :

  • Semaines de grossesse. Afin de se situer dans l'avancement de la grossesse, le date de départ est le jour supposé de fécondation, ce qui correspond à l'âge réel du bébé. Il y a, en tout, 40 semaines de grossesse.
  • Semaines d' . Le décompte se base sur la date supposée des dernières règles. Ces 42 semaines correspondent donc à la durée réelle de l'état de grossesse de la mère (absence de règles et gestation).

La durée de la grossesse peut aussi être mesurée en jours (en moyenne, 273 jours) mais cela n'est pas utilisé dans la pratique.

Quels sont les effets possibles des médicaments pendant et après la grossesse ?

De nombreux médicaments n'ont aucun effet négatif pendant la grossesse, ni sur la mère, ni sur le bébé. Toutefois, certains peuvent en avoir sur :

  • Le bébé. Ces effets varient selon la période (embryonnaire ou fœtale), et peuvent aussi se manifester sur l'enfant après la naissance.
  • La mère, dont l'organisme peut être fragilisé pendant la grossesse.

 Les effets des médicaments sur le bébé pendant la grossesse

Certains médicaments peuvent avoir des effets tératogènes, c'est-à-dire qu'ils entraînent des malformations. Celles-ci peuvent être visibles avant la naissance car certaines sont détectables sur le fœtus, ou n'être constatées qu'après l'accouchement. Ce risque est maximal durant le 1er trimestre de la grossesse, au moment de la formation des organes.

Les médicaments pouvant avoir un effet tératogène sont, par exemple :

  • l'acide valproïque utilisé dans le traitement de l'épilepsie ;
  • l' permettant de traiter certaines formes d'acné sévère ;
  • la thalidomide, qui est un anticancéreux utilisé contre certains cancers de la moelle osseuse.

Toutefois, la fréquence globale de malformations congénitales majeures sans exposition médicamenteuse est de l'ordre de 2 à 3 % dans la population générale.

En outre, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent être porteurs d'effets foetotoxiques : ils peuvent avoir des conséquences sur la croissance ou la maturation des organes du fœtus. Le risque est maximal du début du 2e trimestre à la fin de la grossesse. Là aussi, les effets peuvent être observables immédiatement ou après la naissance.

Les effets des médicaments sur l'enfant après l'accouchement

L'exposition à certains médicaments en fin de grossesse ou pen­dant l'accouchement peut entraîner des effets néonataux, c'est-à-dire observés chez le nouveau-né juste avant et après l'accouchement.

Par exemple, la consommation de somnifères, de tranquillisants (benzodiazépines) ou d'antidépresseurs par la mère en fin de grossesse peut avoir des effets indésirables sur le nourrisson pendant ses premiers jours. En effet, les fonctions d'élimination de son foie et de ses reins ne sont pas encore complètement assurées à la naissance ; les médicaments consommés sont toujours présents dans son organisme et sont alors difficiles à éliminer. C'est le phénomène de . L'élimination totale des médicaments peut prendre quelques jours, voire plusieurs semaines.

D'une manière générale, les médicaments consommés pendant la grossesse, sans qu'aucune période à risque ne soit clairement identifiée, peuvent avoir des effets à distance de la naissance. Par exemple, des troubles du comportement, une hyperactivité peuvent, plus tard, être diagnostiqués chez l'enfant.

Les effets des médicaments sur la mère

La grossesse est considérée comme une période à risque chez les femmes ayant une insuffisance rénale chronique. Une exposition à certains médicaments toxiques pour le rein ne doit donc être envisagée qu’avec la plus grande prudence, tels que certains antibiotiques, les traitements anticancéreux, ou le (régulateur de l'humeur) par exemple.

Quelles situations peuvent justifier de prescrire des médicaments à une femme enceinte ?

Avant toute prescription de médicament à une femme enceinte, le médecin traitant évalue le bénéfice potentiel, par rapport au risque pour le bébé et pour la mère. D'autant que plusieurs situations justifient la prise de médicaments pendant la grossesse. C'est le cas notamment lorsque la femme enceinte doit suivre un traitement pour :

Qu'en est-il des notices des médicaments et des pictogrammes spécifiques femmes enceintes ?

Les informations de la notice

Toutes les notices de médicaments comportent une information spécifique pour les cas de grossesse et d’allaitement. Elles précisent si le médicament est :

  • contre-indiqué ;
  • déconseillé ;
  • d’utilisation possible.

Il est important de vérifier cette information, même pour des médicaments connus de longues dates et largement utilisés. L’aspirine, par exemple, est un AINS : elle est donc contre-indiquée pendant la grossesse.

Les informations apportées par les pictogrammes

Les laboratoires pharmaceutiques doivent apposer un pictogramme spécifique sur la boîte des médicaments tératogènes ou foetotoxiques.

Il existe deux modèles de pictogrammes :

  • « Médicament + Grossesse = Danger ». Ces médicaments ne peuvent être administrés à une femme enceinte notamment, sauf s'il n'existe pas d'autres traitements thérapeutiques.
  • « Médicament + Grossesse = Interdit ». Ces médicaments ne peuvent en aucun cas être consommés pendant la grossesse, même s’il n’existe pas d’alternative thérapeutique.

Pictogrammes présents sur le conditionnement extérieur des médicaments à risque 

Pictogramme précisant un risque du médicament en cas de grossesse

Pictogrammes présents sur le conditionnement extérieur des médicaments contre-indiqués

Pictogramme précisant une contre-indication du médicament en cas de grossesse

Quels sont les bons réflexes à adopter pour éviter une prise nocive de médicament pendant sa grossesse ?

En cas de désir de grossesse

Il est nécessaire de préparer sa grossesse et d'en parler à son médecin traitant, surtout si vous avez une maladie chronique (asthme, diabète, etc.).

En effet, anticiper et prévenir son médecin d’un projet de grossesse permet de revoir chaque traitement en cours et d’étudier s’il doit être arrêté, modifié ou remplacé par une solution compatible (médicamenteuse ou non) avec votre souhait.

Pendant la grossesse

Si vous êtes enceinte, il est important :

  • D'éviter l’automédication. Vous devez consulter votre médecin traitant ou demander conseil à un professionnel de santé avant de prendre tout médicament, y compris ceux vendus sans ordonnance ou à base de plantes. La consommation de compléments alimentaires et de produits tels que les huiles essentielles est aussi vivement déconseillée.
  • De ne pas arrêter ou modifier un traitement en cours, sans avis médical. Cela vaut surtout au moment de la découverte d’une grossesse. Stopper un traitement ou modifier les doses prescrites peut conduire à un risque de voir réapparaître des symptômes, ce qui peut être dangereux pour la femme enceinte et l’enfant à naître. Il est donc nécessaire de consulter son médecin traitant quand vous apprenez votre grossesse. Celui-ci évaluera la nécessité de poursuivre ou non ce traitement et vous informera des alternatives possibles. Si ce traitement est indispensable, votre médecin vous proposera le plus sûr pour vous et votre enfant à naître. Si nécessaire, il vous orientera vers des professionnels de santé spécialisés.
  • D'en informer les professionnels de santé que vous consultez : pharmacien, dentiste, etc.

  • Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Médicaments et grossesse. Site internet : ANSM. Saint Maurice (France) ; 2020 [consulté le 9 novembre 2020]
  • Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT). Site internet : CRAT. Paris ; 2020 [consulté le 9 novembre 2020]
  • Laffitte E. Thalidomide : un vieux médicament aux nouvelles indications. Rev Med Suisse. 2005;1.
  • Vidal Eureka France. Le calendrier des risques liés aux médicaments pendant la grossesse. Site internet : Vidal Eureka France. Issy-les-Moulineaux (France) ; 2020 [consulté le 9 novembre 2020]