Le traitement et les mesures à prendre en cas de gale

26 avril 2017
Le traitement prescrit, par voie locale et/ou orale, dépend de la gravité de l’infection. Pour éviter la contamination de ses proches, il est important de bien suivre le traitement prescrit par le médecin traitant ainsi que les recommandations d’hygiène concernant la literie et les vêtements.

Le traitement de la gale commune

Lorsque le diagnostic de gale est confirmé, votre médecin vous prescrit un traitement. En effet, la maladie ne peut pas guérir d’elle-même. De plus, la gale étant très contagieuse, votre entourage doit être traité en même temps que vous. Il faut donc fournir au médecin la liste des personnes avec lesquelles vous avez été en contact prolongé et fréquent dans les dernières semaines. Cela lui permettra de définir qui doit suivre le traitement autour de vous.

La gale commune, forme la plus fréquente de la maladie, est traitée à domicile. Deux types de traitement sont possibles, selon les cas :

  • Le traitement local consiste à appliquer un produit scabicide (lotion, crème ou spray), sur tout le corps, y compris sur le cuir chevelu mais à l’exception du visage. Lors de l’application, insistez bien sur les zones où le sarcopte est le plus souvent présent. Ce produit est efficace à tous les stades du cycle de vie du parasite mais il peut provoquer des irritations. Le benzoate de benzyle est le produit de référence mais un pyréthrinoïde de synthèse peut aussi être utilisé. Il est important de suivre précisément les modalités d'application mentionnées sur la prescription.
  • Le traitement par voie orale se prend en une seule fois, sous la forme d’un comprimé d’ivermectine. Plus simple et plus rapide que le traitement local, il est souvent prescrit lorsqu’il y a un nombre important de personnes à traiter (ex. : collectivités). Une deuxième prise 14 jours après la première est nécessaire car le médicament est inefficace sur les œufs du parasite.

D’autres médicaments peuvent aussi vous être prescrits si la maladie entraîne des complications :

  • un antibiotique en cas de surinfection bactérienne (impétigo) ;
  • un antihistaminique en cas de démangeaisons importantes et persistantes.
Les bons gestes pour un traitement local efficace

Commencez votre traitement un soir, en respectant les étapes suivantes :

  • prenez un bain et séchez-vous soigneusement ;
  • changez vos draps ;
  • avant de vous coucher, appliquez le produit prescrit, en suivant bien les recommandations de votre médecin et celles de la notice (zones du corps à protéger ou sur lesquelles insister) ;
  • laissez agir le médicament pendant tout le temps prescrit, sans réduire cette durée ;
  • puis, lavez-vous pour éliminer les résidus de produit ;
  • changez de nouveau vos draps.

Si les démangeaisons persistent pendant 10 à 15 jours après le début du traitement, ne vous inquiétez pas. Au-delà de ce délai, consultez votre médecin.

Quel traitement en cas de gale plus étendue ?

La gale peut parfois s’étendre à tout le corps (gale profuse ou hyperkératosique). Dans ce cas, le médecin prescrit plutôt un traitement par voie orale, auquel il associe éventuellement l’application d’un produit scabicide.

Cette forme de gale étant très contagieuse, un isolement ou une hospitalisation en chambre individuelle peuvent aussi être utiles. Une désinfection de l’environnement du malade par des produits scabicides est indispensable.

Les mesures indispensables pour éviter la transmission de la gale

La gale est une maladie très contagieuse. Pour éviter la transmission à vos proches et la propagation de la gale, il est important de bien suivre le traitement prescrit par votre médecin traitant ainsi que les recommandations d’hygiène concernant la literie et les vêtements.

Voici quelques conseils importants :

  • informez le personnel des collectivités que vous fréquentez et toutes les personnes avec lesquelles vous avez été en contact prolongé et répété (y compris votre partenaire sexuel). Recommandez à ces personnes de consulter également leur médecin ;
  • respectez rigoureusement le traitement prescrit et faites-le suivre à vos proches, selon les recommandations du médecin ;
  • évitez tout contact cutané avec votre entourage durant les trois jours suivant la première prise de médicaments ;
  • abstenez-vous de relations sexuelles pendant tout le traitement ;
  • en cas de gale commune, passez l’aspirateur dans toute la maison et jetez immédiatement les sacs à aspirateur utilisés. Il est inutile de désinfecter davantage votre logement ;
  • si votre enfant est atteint de gale, il ne pourra vivre à nouveau en collectivité (école, crèche, centre aéré) que 3 jours après le début du traitement. En attendant, gardez-le à votre domicile.
Des consignes de lavage spécifiques pour le linge
  • Les soins doivent s'accompagner d'un traitement du linge qui a pu être contaminé (vêtements, sous-vêtements, draps et couvertures, serviettes de toilette, etc.)
  • Il faut laver ce linge à la machine à 60 °C et le sécher à haute température si possible.
  • Les tissus qui ne peuvent être lavés à l’eau chaude doivent être traités par contact avec une poudre ascaricide (qui tue les acariens), pendant au moins 48 heures. On peut aussi les entreposer pendant 1 semaine dans un sac en plastique étanche à l’air. En effet, le sarcopte ne survit pas plus de quatre jours en l’absence de contact avec la peau.

La gale contractée sur le lieu du travail

Vous avez contracté la gale en travaillant au contact de personnes porteuses du parasite ? Pour les personnels de soins, de laboratoire, d'entretien, de service ou de services sociaux contaminés dans un cadre professionnel, une reconnaissance comme maladie professionnelle est possible. Parlez-en à votre médecin traitant ou à votre médecin du travail.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Ivermectine. Avis de la commission de la transparence. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 17 janvier 2017]
  • Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Survenue d’un ou plusieurs cas de gale. Conduite à tenir. Site internet : HCSP. Paris ; 2012 [consulté le 17 janvier 2017]
  • Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Sarcoptes scabiei : agent de la gale. Site internet : INRS. Paris ; 2013 [consulté le 17 janvier 2017]
  • Société française de dermatologie. La gale. Site internet : Dermato-info.fr. Paris ; 2015 [consulté le 17 janvier 2017]
  • Collège national des enseignants de dermatologie. Ectoparasitoses cutanées : gale et pédiculose. Site internet : Campus de dermatologie de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2010 [consulté le 127 janvier 2017]