Furoncle : les bons réflexes et les cas où il faut consulter

27 juillet 2018
En cas de furoncle, il est important de savoir comment réagir (faut-il consulter ou non ? dans quels délais ?) et quels bons gestes adopter pour guérir.

Bien réagir en cas de furoncle

icone_schema_line
  • J'ai un furoncle isolé, il n'est pas situé au pourtour d'un orifice (aile du nez, bouche, oreille, anus) et je ne présente pas de maladie chronique.

J'applique les conseils pratiques, je prends si besoin des médicaments en automédication et je surveille mon état.

En cas de doute, je contacte mon médecin traitant.

icone_schema_line
  • Le furoncle grossit rapidement et est très douloureux.
  • Une inflammation apparaît autour du furoncle.
  • Le traitement que j'ai mené ne permet pas la guérison du furoncle en deux semaines.

Je consulte mon médecin traitant dans les jours qui viennent.

icone_schema_line
  • J'ai un furoncle sur une aile du nez. Le furoncle sur les ailes du nez, non traité, peut évoluer vers une des sinus veineux cérébraux.
  • J'ai un furoncle près de la bouche, des oreilles ou de l'anus.
  • Les furoncles reviennent régulièrement (furonculose).
  • Le furoncle se multiplie pour former un agglomérat de furoncles, réalisant un placard inflammatoire très douloureux parsemé de pustules (anthrax).
  • De la fièvre apparaît au cours de l'évolution du furoncle.
  • Je suis diabétique et j'ai un furoncle.
  • Je suis immunodéprimé et j'ai un furoncle.
  • Je prends un traitement et j'ai un furoncle.

Je consulte mon médecin traitant dans la journée.

icone_schema_line
  • J'ai un furoncle de l'aile du nez et apparaissent des maux de tête, des troubles de la conscience, des convulsions.
  • Je présente un ou des furoncles et j'ai de la fièvre, des frissons ; mon état général se détériore.

Je contacte sans tarder le service d'aide médicale d'urgence (Samu) : 15 ou 112.

Conseils pratiques pour traiter un furoncle

Des mesures simples d’hygiène évitent la multiplication des furoncles. Des soins locaux méticuleux à base d’antiseptiques permettent de traiter le furoncle jusqu’à sa guérison.

Les furoncles peuvent se multiplier lorsque vous transportez les bactéries avec vos mains d'une région cutanée à l'autre (autocontamination). Il faut donc éviter absolument :

  • de manipuler les furoncles,
  • de les irriter, notamment en portant des vêtements serrés, qui frottent contre la peau.

Pour que le furoncle guérisse :

  • effectuez une ou plusieurs toilettes quotidiennes du corps, comprenant un savonnage (de préférence avec un savon surgras ou à base de chlorhexidine) et un rinçage soigneux ;
  • lavez-vous les mains souvent, surtout avant et après tout contact avec le furoncle ;
  • ne touchez pas le furoncle, ne le grattez pas et empêchez d'autres personnes de le toucher ;
  • lavez le linge qui a été en contact avec la zone infectée à haute température (plus de 60° si possible) ;
  • changez fréquemment de linge. Utilisez des vêtements et des sous-vêtements personnels, en coton, propres et, de préférence, amples.

Dès que le furoncle apparaît, pratiquez des soins locaux :

  • lavez-vous les mains avec du savon et de l’eau avant chaque soin ;
  • posez une compresse imprégnée d’eau chaude sur le furoncle (mais non bouillante pour éviter les brûlures) pendant une dizaine de minutes, en renouvelant cette application plusieurs fois par jour (3 à 4 fois) jusqu’à ce que le furoncle se vide ;
  • utilisez un antiseptique local et appliquez-le sur le furoncle, sans frotter, 3 ou 4 fois par jour ;
  • protégez le furoncle avec une compresse stérile et un pansement, après application de l'antiseptique ;
  • lorsque le pus s’est écoulé et que le follicule pilosébacé (bourbillon) a été éliminé, nettoyez avec un antiseptique et couvrez la lésion avec une compresse stérile (n’appliquez plus de compresses d’eau chaude). Renouvelez le pansement jusqu’à cicatrisation (environ une à 2 semaines) ;
  • après chaque soin du furoncle, lavez-vous les mains avec de l’eau et du savon afin de ne pas contaminer une autre partie du corps ou une autre personne avec le germe.

Si vous ressentez des douleurs, prenez du paracétamol.

© Inpes

Sources
  • Collège national des enseignants de dermatologie. Infections cutanéo muqueuses bactériennes. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2011 [consulté le 5 mars 2018]
  • Monsel G, Pourcher V, Caumes E. Infection cutanée bactérienne. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2017;13(1):1-7 [Article 4-0980]
  • National Health service (NHS). Boils and carbuncles. Site internet : NHS choices. Londres ; 2017 [consulté le 5 mars 2018]