Prévenir la fracture de l'extrémité supérieure du fémur

19 septembre 2018
La prévention des fractures du col du fémur de la personne âgée commence dès le plus jeune âge par la constitution d’un squelette solide. Une bonne alimentation qui apporte suffisamment de calcium, vitamine D et protéines et une activité physique y contribuent.

Comment prévenir la déminéralisation osseuse ?

Les fractures de l’extrémité supérieure du fémur surviennent le plus souvent chez des personnes âgées. Elles peuvent être responsables d’une perte d’autonomie. C’est pourquoi il est important de tout mettre en œuvre pour les prévenir.

Ces fractures concernent généralement des personnes dont le squelette est fragilisé par une déminéralisation osseuse, ou ostéoporose. Pour prévenir l'ostéoporose, il est important, tout au long de sa vie, d'avoir une alimentation équilibrée, une activité physique suffisante et de bonnes habitudes de vie.

Adapter son alimentation

Il est particulièrement important de veiller à vos apports alimentaires :

  • en calcium, pour consolider les os. Pour cela, il est conseillé de consommer 3 ou 4 produits laitiers par jour (voir schéma). Pensez aussi aux eaux minérales riches en calcium (plus de 300 mg/L) ;
  • en vitamine D, qui permet de bien assimiler le calcium et de le fixer dans les os. La vitamine D se trouve dans les poissons gras (thon, maquereau, hareng, sardine, saumon), le jaune d’œuf, les produits laitiers et les huiles enrichies en vitamine D. Mais elle est surtout fabriquée par la peau lors de l’exposition au soleil. Un apport médicamenteux de vitamine D (associé ou non à un apport en calcium) est souvent nécessaire, en particulier pour les personnes âgées qui sortent peu ;
  • en protéines, qui servent à fabriquer la structure de l’os et la masse musculaire qui soutient le squelette. Pour un apport adapté chez des adultes de plus de 50 ans (leurs besoins en protéines sont supérieurs à ceux des adultes jeunes), il faut consommer une ou 2 fois par jour de la viande, du poisson, des œufs ou des légumes secs.

Les différentes catégories de produits laitiers

Schéma : équivalences en quantité d'apport de calcium

Modérer sa consommation d'alcool

Pour votre santé, ne dépassez pas deux verres de boissons alcoolisées par jour si vous êtes une femme et 3 verres si vous êtes un homme. L'alcool fait partie des facteurs aggravants de l'ostéoporose. Il diminue la densité minérale osseuse et accroît le risque de fracture. L'alcool peut également dégrader l'état de santé général et augmente la probabilité de chutes.

Maintenir son poids à un niveau satisfaisant

Un faible poids avec un Indice de Masse Corporelle faible inférieur à 19 favorise la survenue d'une ostéoporose.

Calculez votre IMC

Arrêter sa consommation de tabac

Le tabac aggrave l'ostéoporose. II existe des aides efficaces pour arrêter de fumer.

Pratiquer une activité physique adaptée

L’activité physique est indispensable à la bonne santé du squelette :

  • elle stimule la formation de l’os ;
  • elle permet d’augmenter la densité minérale osseuse.

L’activité physique permet de prévenir, ou même de traiter l’ostéoporose. Elle diminue jusqu’à 50 % le risque de fracture du col du fémur chez la femme.

Dans ce cadre, il est conseillé de pratiquer l’équivalent d’au moins 30 minutes de marche rapide chaque jour. Quelques exercices de gymnastique seront également bénéfiques pour solliciter vos muscles. Demandez conseil à votre médecin traitant, qui adaptera les exercices physiques à vos capacités.

Comment limiter le risque de chutes ?

Quelques conseils pratiques permettent d’éviter les chutes, et de prévenir ainsi le risque de fracture de l’extrémité supérieure du fémur.

  • Listez vos médicaments et parlez-en à votre médecin traitant : certains d’entre eux exercent des effets secondaires sur l’équilibre et sur la vigilance. Prenez bien les traitements que votre médecin vous prescrit, mais n’en associez pas d’autres sans l’en informer. Signalez tout étourdissement survenant après la prise d’un médicament.
  • Faites vérifier votre vue et votre audition : ces sens vous aident à mieux vous déplacer et vous repérer dans l’espace.
  • Pratiquez une activité physique adaptée, suffisante associant au travail de l'équilibre, des exercices de renforcement musculaire et d'endurance : vous diminuez ainsi vos troubles de l’équilibre et de la marche.
    Demandez conseil aux professionnels de santé (médecin traitant, kinésithérapeute). Vous pouvez également vous adresser aux associations de personnes âgées (Fédération des clubs d’aînés ruraux), aux fédérations sportives ou aux centres locaux d’information et de coordination (CLICS).
  • Vérifiez que vos chaussures sont adaptées à vos pieds (ni trop grandes, ni trop petites). Faites appel aux soins d’un pédicure en cas de besoin.
  • Demandez de l'aide pour accomplir les tâches qui vous semblent dangereuses (ex : atteindre des objets en hauteur).
  • Si vous avez peur de tomber, utilisez une canne à l’intérieur comme à l’extérieur.
  • Aménagez votre intérieur :
    • le sol ne doit pas être glissant (attention aux parquets cirés ou aux tapis non fixés),
    • les obstacles qui pourraient être sur votre passage doivent être écartés (fils électriques, bordures de tapis, plantes vertes, animaux domestiques, etc.),
    • votre logement doit être bien éclairé, sans zones d’ombre,
    • des rampes d’escalier (même pour quelques marches) et des barres d’appui sont utiles.
Sources
  • Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes). Prévention des chutes chez les personnes âgées à domicile. Site internet : Inpes. Saint-Denis (France) ; 2012 [consulté le 12 septembre 2017]
  • Santé Canada. Les aînés et le vieillissement - Prévenir les chutes à domicile et à l'extérieur. Site internet : Santé Canada. Ottawa ; 2006 [consulté le 12 septembre 2017]
  • Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Prévenir la ioatrogénèse médicamenteuse chez le sujet âgé. Site internet : Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie. Paris ; 2005 [consulté le 12 septembre 2017]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2009 [consulté le 12 septembre 2017]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Activité physique et prévention des chutes chez les persones âgées : une expertise collective de l'Inserm. Site internet : Inserm. Paris ; 2014 [consulté le 12 septembre 2017]