Fissure anale : consultation et traitement

08 juillet 2020
En cas de fissure à l’anus, le traitement prescrit vise à réduire la douleur et refermer la plaie. Il s’agit de médicaments par voie orale ou locale (laxatifs, antalgiques, anti-inflammatoires, etc.) En cas de fissure anale chronique ou compliquée, un traitement chirurgical est nécessaire.

Fissure anale : la consultation médicale

Le médecin traitant procède à un examen proctologique de la zone anale. Il écarte doucement les plis de l’anus pour voir la plaie.

Il réalise également un toucher rectal si la zone anale n’est pas trop douloureuse, à la recherche d’un abcès dans le canal anal.

Il élimine d'autres causes de lésions comme des ulcérations anales de la maladie de Crohn, des lésions d'infections sexuellement transmissibles (herpès génital, syphilis...)

Si besoin, il vous adresse à un chirurgien en vue d’un traitement chirurgical.

Traitement médical de la fissure anale

Le traitement médical de la fissure anale a pour objectifs de soulager la douleur et de favoriser la cicatrisation de la plaie.

Le traitement se prolonge parfois pendant un mois, voire davantage car la fissure anale peut être longue à cicatriser ou a tendance à

Fissure anale : lutter contre la constipation

Les médicaments contre la constipation favorisent l’émission des selles et existent sous différentes formes (sachets, gelées, suppositoires, etc.) Votre médecin vous propose un traitement médical adapté à votre situation et à votre état de santé : il existe des contre-indications à l’utilisation de certains laxatifs.

On distingue principalement en fonction de leur moyen d'action :

  • les laxatifs osmotiques (macrogol, lactulose, lactitol, , magnesium hydroxyde) qui ramollissent les selles en attirant de l'eau dans l'intestin ; ils sont souvent utilisés en première prescription. Ils agissent après un ou deux jours d’utilisation. Ils peuvent être responsables de douleurs et ballonnements abdominaux ;
  • les laxatifs de lest (ispaghul, ispaghul-séné, gomme de sterculia, psyllium) qui augmentent de volume en présence d'eau et modifient la consistance des selles. Ils nécessitent de boire beaucoup pour être actifs. Il faut souvent plusieurs jours pour qu’ils agissent bien. Ils ont peu d’effets indésirables ;
  • les laxatifs lubrifiants (paraffine liquide, ispaghul-paraffine, paraffine-hydroxyde de sodium, docusate de sodium) qui facilitent l'émission des selles en facilitant le glissement et en ramollissant le contenu de l'intestin. Ils agissent en moins de 3 jours mais peuvent être responsables de suintements au niveau de l’anus ;
  • les laxatifs stimulants (bisacodyl, dérivés du séné, picosulfate de sodium) qui augmentent la motricité intestinale. Ils agissent en quelques heures. Ils doivent être prescrits médicalement sur une courte durée en raison de leurs effets secondaires en usage à long terme : accoutumance et diminution du taux de potassium dans le sang en raison de la perte digestive ;
  • les laxatifs par voie rectale : suppositoires ou lavements (glycérine, glycérol, bisacodyl, tartrate acide de potassium-bicarbonate de sodium, -citrate de sodium-laurilsulfoacétate de sodium, docusate de sodium, dihydrogénate de sodium- hydrogénophosphate de sodium, acide cholique). Ils déclenchent un besoin d’aller à la selle par stimulation en quelques minutes.

Atténuer les douleurs de l'anus et favoriser la cicatrisation de la fissure anale

Les médicaments peuvent être administrés :

  • par voie orale (antalgiques) ;
  • par voie locale :
    • crèmes cicatrisantes ou protectrices du canal anal : médicaments à base d’anesthésiant, de cicatrisant, d’antalgique et d’anti-inflammatoire,
    • suppositoires favorisant le glissement de la selle lors des exonérations.

Ces mesures suffisent à régulariser la situation - douleur et cicatrisation - dans la majorité des cas (un cas sur trois à un cas sur deux, selon les études).

Les médicaments diminuant le spasme du anal

Le trinitrate de glycéryle en pommade à usage local est la seule forme disponible en pharmacie, mais ce médicament n'est pas remboursé. Il lève temporairement la contraction du permettant la cicatrisation d'une fissure anale devenue chronique. Il diminue également les douleurs après la .

Mais ses effets secondaires fréquents, comme les maux de tête, conduit une fois sur cinq à l'arrêt du traitement.

Le traitement chirurgical de la fissure anale

Quand faut-il opérer une fissure anale ?

La chirurgie d'une fissure anale est envisagée en cas d’échec des autres traitements. L’opération consiste à pratiquer une incision pour détendre les muscles de l’anus ou à retirer la zone de la plaie.

Une intervention chirurgicale est envisagée pour traiter les fissures anales :

  • très douloureuses malgré les traitements entrepris ;
  • qui ne cicatrisent pas ou présentent des complications (ex. : infection) ;
  • récidivantes : la chirurgie est plus efficace que le traitement médical ;
  • devenues chroniques.

En concertation avec le patient, selon l’ancienneté et l’aspect de la plaie, le chirurgien choisit une technique.

La chirurgie est pratiquée, le plus souvent, en structure de chirurgie ambulatoire.

Les techniques chirurgicales en cas de fissure anale

La sphinctérotomie

Le chirurgien effectue une petite section du anal, dans sa partie latérale ou postérieure. Ce geste s’effectue sous anesthésie ou générale. Il vise à détendre les muscles de l’anus, afin que la douleur cesse rapidement, et à obtenir une cicatrisation définitive de la plaie.

Les douleurs régressent en une semaine environ. La cicatrisation peut prendre cinq semaines environ.

Cette méthode est privilégiée en cas de douleur intolérable. Elle apporte de très bons résultats mais peut causer une incontinence anale (évacuation involontaire des selles). Cet effet secondaire est transitoire dans la majorité des cas. Si toutefois persiste une incontinence (concernant en général les gaz et des suintements), des solutions existent : rééducation du chez un kinésithérapeute, réparation chirurgicale.

La fissurectomie

Il s’agit de retirer la fissure et les petites excroissances de peau qui peuvent l’accompagner, sous anesthésie générale ou . Le but est de conserver seulement une zone de peau saine, pour faciliter la cicatrisation.

Parfois, le chirurgien réalise aussi une plastie (recouvrement de la plaie avec un fragment de peau ou d’intestin).

Les suites opératoires

Après l’opération, la cicatrisation dure environ six semaines. Cette méthode est souvent utilisée sur les fissures anciennes.

Après une opération pour traiter  une fissure anale, il est important de prendre quelques précautions.

Reprise des activités professionnelles

La durée de l'arrêt de travail dépend de l'état général de la personne opérée, de l‘importance de la fissure au niveau de l'anus, du type d’intervention pratiquée, de l‘existence ou non de complications post opératoires. Le plus souvent, un arrêt de deux semaines est préconisé, que l'activité soit sédentaire ou physique.

Si vous avez été opéré(e), suivez quelques conseils pour reprendre vos activités sans appréhension et sans difficultés :

  • utilisez un coussin adapté en position assise ;
  • si vous devez être assis de façon prolongée, faites des pauses régulières ;
  • si vous souffrez transitoirement de troubles de la anale, demandez à bénéficier d’un accès facilité aux toilettes et d’un aménagement transitoire de votre poste de travail si vous devez porter de lourdes charges. Adressez-vous à votre médecin du travail.

Reprise des activités de loisir après chirurgie pour fissure anale

Avant de reprendre le sport ou les déplacements, prenez les précautions suivantes :

  • les voyages en avion sont déconseillés pendant quinze jours environ,
  • vous pouvez reprendre vos activités physiques lorsque vous vous en sentez capable. Pour la reprise de la natation et des sports violents la cicatrisation des plaies externes doit être totale, ce qui nécessite en général 4 à 6 semaines.

  • Société nationale française de colo-proctologie (SNFCP). La fissure anale. Site internet : SNCP. Paris ; 2018 [consulté le 22 avril 2020]
  • National Health service (NHS). Anal fissure. Site internet : NHS. Londres ; 2018 [consulté le 22 avril 2020]
  • Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE). Fissure anale. Site internet : SNFGE. Paris ; 2018 [consulté le 22 avril 2020]
  • Caisse Nationale de l'Assurance Maladie. Arrêt de travail. Traitement chirurgical de lésions anales, après avis de la Haute Autorité de santé. Site internet : ameli.fr. Paris ; 2012 [consulté le 23 avril 2020]