Fissure anale : définition, causes, symptômes et évolution

16 novembre 2017
La fissure anale est une plaie due à la déchirure de la peau qui recouvre la partie basse de l’anus. C'est une affection courante et bénigne. Son apparition est due à plusieurs facteurs associant constipation, contraction excessive du sphincter...

Qu’est-ce qu’une fissure anale ?

Une fissure anale est une plaie douloureuse en forme de raquette, due à une petite déchirure de la peau de l'anus. Elle se localise le plus souvent sur la face arrière de l'anus. Elle mesure 1 à 2 cm de haut en bas.

Lorsque la fissure est récente, la plaie est superficielle et rosée. Lorsque la fissure évolue depuis longtemps et devient chronique, la plaie est creusante avec un fond fibreux, et un épaississement de la peau.

Cette plaie de l’anus peut occasionner une gêne importante dans la vie quotidienne. Cependant, il s’agit d’une affection bénigne.

L’anus est l’orifice externe du canal anal.

Le canal anal est la partie terminale du tube digestif et fait suite au rectum. Il contrôle la des selles grâce à deux sphincters (muscles circulaires qui permettent la fermeture du canal anal).

La fissure anale est une pathologie de l’adulte. Elle touche plus fréquemment le jeune adulte. Elle survient chez 15 % des femmes venant d'accoucher. C’est la deuxième affection la plus fréquente de l’anus, après les hémorroïdes.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Les causes de la fissure anale

L’apparition d’une fissure anale est liée à la combinaison de trois facteurs :

  • un traumatisme de l'anus déclenché par l'émission de selles dures et volumineuses en cas de constipation ou, plus rarement, par l'évacuation brutale d'une selle liquide (lors d'une gastro-entérite par exemple) ;
  • une mauvaise vascularisation de la zone anale : l’apport de sang est moins bon à l’arrière de l’anus (là où siègent 90 % des fissures) ;
  • une contraction trop importante et permanente du de l’anus qui aggrave la mauvaise circulation du sang.

Les symptômes de la fissure anale

La fissure anale se manifeste souvent par une douleur, une constipation et des saignements.

En général, la fissure anale se manifeste par une douleur à type de brûlure lors de l'émission des selles. Cette douleur peut disparaître quelques minutes pour réapparaître et persister plusieurs heures.

Son intensité varie selon les cas :

  • quelquefois, il s’agit d’une simple gêne ou de démangeaisons anales ;
  • dans d’autres cas, la douleur est très importante. Elle donne l'impression d'une véritable déchirure lors du passage de chaque selle, et fait appréhender le moment d’aller aux toilettes.

La douleur peut persister plusieurs semaines, s'atténuant par moments et s'aggravant à d'autres en particulier dans ceratines situations (position assise prolongée par exemple).

La douleur est majorée par une contraction dite "réflexe" du muscle qui ferme l'anus (). Ce resserrement excessif, permanent et involontaire, entraîne une constipation. Celle-ci est donc à la fois une cause et une conséquence de la fissure anale.

Comme les hémorroïdes, la fissure anale engendre souvent des saignements (rectorragies). Du sang rouge de faible abondance apparaît dans les selles ou sous forme de traces sur le papier toilette.

Comment peut-on différencier fissure anale et hémorroïdes ?

Ces deux pathologies peuvent causer douleurs et saignements de l’anus.

Mais les hémorroïdes :

  • sont moins douloureuses que la fissure anale ;
  • génèrent un saignement plus abondant ;
  • font apparaître une petite boule au niveau de l'anus correspondant au gonflement d’une veine.

L’évolution de la fissure anale

La fissure anale peut évoluer de trois façons différentes, à savoir :

  • la cicatrisation : dans la majorité des cas, la plaie guérit grâce à des mesures simples. Toutefois, elle peut mettre du temps à se refermer. La cicatrisation au niveau de l’anus est parfois difficile pour différentes raisons :
    • la contraction permanente du anal empêchant le sang d'irriguer correctement cet endroit,
    • la présence de nombreuses bactéries dans cette zone ;
  • les complications : il arrive que la plaie s’infecte et qu’elle ne puisse se refermer. Cela survient surtout lorsqu’elle évolue depuis très longtemps sans traitement ;
  • les récidives : la fissure anale a tendance à récidiver fréquemment, en particulier si une constipation persiste. Le passage répété de selles dures peut ouvrir à nouveau la plaie. Il est donc important de prévenir le retour éventuel d’une constipation, même après cicatrisation d’une fissure.
Sources
  • Société nationale française de colo-proctologie (SNFCP). La fissure anale. Site internet : SNCP. Paris ; 2014 [consulté le 29 janvier 2015]
  • National Health service (NHS). Anal fissure. Site internet : NHS choices. Londres ; 2016 [consulté le 16 novembre 2017]
  • Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE). Fissure anale - Conseil de pratique. Site internet : SNFGE. Paris ; 2013 [consulté le 16 novembre 2017]