Comprendre les fibromes utérins

17 mai 2017
Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes développées à partir du muscle de l’utérus. Cette affection fréquente est liée à des facteurs favorisants comme l’hérédité ou l’importance des sécrétions hormonales.

Qu’est-ce qu’un fibrome utérin ?

Les fibromes (ou « fibromyomes ») utérins sont des tumeurs bénignes qui apparaissent dans le muscle de l'utérus.

Leur emplacement est variable. Ils peuvent :

  • se développer à l’intérieur du tissu musculaire utérin, en formant ou non une petite bosse sur la paroi de l’utérus,
  • être saillants à la surface de l'utérus et se développer dans la cavité pelvienne,
  • grossir vers l'intérieur de l'utérus et occuper la cavité utérine.

Le plus souvent, les fibromes forment une masse, mais parfois ils sont attachés au muscle de l'utérus par un pédicule ( pédiculé).

La taille des fibromes est variable : certains fibromes utérins sont de taille microscopique. D’autres, à l’inverse, occupent tout l’utérus et pèsent plusieurs centaines de grammes.

Leur nombre l'est également : il est possible qu’un seul se développe mais, généralement, plusieurs apparaissent simultanément.

Position des fibromes utérins

Schéma : position des fibromes utérins

Quand et comment apparaissent les fibromes utérins ?

Les fibromes utérins se développent fréquemment chez les femmes entre 30 et 50 ans, au cours de la période d’activité génitale. Parfois, ils se forment plus précocement, en raison de facteurs familiaux héréditaires favorisants.

Actuellement, les raisons exactes de leur apparition sont inconnues. Leur développement est influencé par les sécrétions hormonales. Les œstrogènes (hormones produites par les et intervenant dans le développement sexuel féminin) jouent un rôle dans leur évolution. Ainsi, ces tumeurs bénignes peuvent se développer ou diminuer selon les périodes de la vie d’une femme :

  • les fibromes peuvent survenir au cours d’une grossesse, moment où la concentration sanguine en œstrogènes est la plus élevée. En revanche, l’utilisation d’une pilule contraceptive contenant des œstroprogestatifs n’augmente pas les probabilités d’en voir apparaître ;
  • les fibromes régressent habituellement après la ménopause, période où le niveau sanguin des œstrogènes diminue. Cependant, ils peuvent encore évoluer après cette période, en cas de prise d’un traitement hormonal substitutif de la ménopause, ou THS.

En outre, statistiquement, certaines catégories de population sont davantage sujettes aux fibromes utérins :

  • les femmes originaires d'Afrique ou des Caraïbes ;
  • les femmes en surpoids ;
  • celles qui n’ont jamais eu d’enfants.
Une affection répandue
  • Les fibromes utérins sont les tumeurs bénignes les plus fréquentes chez la femme. Ils concernent une femme sur trois, essentiellement entre 30 et 50 ans
  • En France, les fibromes représentent la cause principale d’ablation de l’utérus (hystérextomie) avant l’âge de la ménopause.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Sources
  • Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). Tuméfaction pelvienne chez la femme - Fibrome. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2011 [consulté le 2 décembre 2016]
  • National Health Service. Fibroids. Site internet : NHS Choices. Londres ; 2015 [consulté le 2 décembre 2016]
  • National Institutes for Health. Uterine Fibroids. Site internet : NIH. Bethesda (États Unis) ; 2015 [consulté le 2 décembre 2016]