Consultation et traitement en cas d’érysipèle

02 septembre 2021
Le traitement antibiotique d'un érysipèle s'accompagne d'une prise en charge des facteurs favorisant son apparition. Cela permet notamment d'éviter les récidives. Certaines situations peuvent conduire à une hospitalisation.

Le déroulement de la consultation médicale

Lors d’une consultation médicale liée à l’apparition d’un érysipèle, le médecin délimite le pourtour du placard avec un feutre. Ce marquage permet d’évaluer la régression de l’érysipèle après la mise en route du traitement ou son extension, en cas de complication.

Le médecin recherche la porte d’entrée de la bactérie (intertrigo, plaie, morsure ou griffure animale…). En effet, le choix du traitement antibiotique en dépend. Cette porte doit être supprimée afin d’éviter les récidives d’érysipèle.

En l’absence de signes de gravité, aucun examen complémentaire (prise de sang, examen bactériologique, etc.) n’est utile. Parfois, un écho-doppler veineux est prescrit si le médecin suspecte une phlébite.

Le traitement d’un érysipèle

Le traitement antibiotique s’accompagne d’autres mesures permettant d’éviter une récidive et d’autres complications.

Des antibiotiques indispensables

En l'absence de critères de gravité et de maladie chronique associée, le traitement de l'érysipèle consiste en une antibiothérapie par voie orale pendant 7 jours.

Pour un adulte

Le traitement d’un érysipèle repose sur :

  • l’amoxicilline,
  • ou, en cas d’allergie à la pénicilline, de la pristinamycine ou la clindamycine.

Une femme enceinte ayant un érysipèle peut prendre de l’amoxicilline sur base d’une posologie adaptée mais efficace, et ce, quel que soit le terme de sa grossesse. Il en va de même pour une femme qui allaite.

Il est recommandé de ne pas prescrire d'antibiothérapie locale (pommades, crème) car elle est inefficace et favorise l’antibiorésistance, ni de corticoïdes, ni d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) en complément.

Le traitement par antibiotique dure 7 jours et n'est pas prolongé : la régression complète des signes cutanés est souvent retardée (2 à 3 semaines) par rapport aux signes généraux (fièvre)

Pour un enfant

Un enfant est traité pendant 7 jours par des antibiotiques donnés par la bouche :

  • amoxicilline/acide clavulanique,
  • ou, en cas d’allergie à la pénicilline :
    • avec du sulfaméthoxazole-triméthoprime avant l'âge de 6 ans,
    • ou de la clindamycine s’il est âgé de plus de 6 ans.

Le médecin ne prescrit pas d'antibiotiques par voie cutanée (pommade, crème) car ils sont inefficaces et favorisent l’antibiorésistance.

Le médecin revoit l'enfant à la fin du traitement et demande un avis spécialisé en cas d'amélioration insuffisante.

Cas particuliers

Si l’érysipèle survient après une morsure, l’amoxicilline/acide clavulanique est prescrite.

Un avis médical spécialisé s'impose si l'infection est :

  • liée à une exposition aquatique ;
  • présente chez un toxicomane utilisant des drogues par voie intraveineuse.

Des mesures associées au traitement antibiotique

L’antibiothérapie s’accompagne de la prescription :

  • d’un traitement permettant de fermer la porte d'entrée à une bactérie. Il peut comprendre les soins d’une plaie, le traitement d’un intertrigo, par exemple ;
  • d’antalgiques en cas de douleurs en excluant les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou les corticoïdes ;
  • d’une contention veineuse qui doit être portée dès que la douleur commence à disparaître ;
  • d’un traitement et d’une prise en charge des facteurs de risque comme l’obésité, un , etc.

Afin de soulager le membre affecté par l’érysipèle, il est nécessaire de suivre les recommandations suivantes :

  • en cas d’érysipèle de la jambe, la personne affectée doit rester au lit, surélever sa jambe. La pose d’un arceau sous la literie permet d’éviter le contact des draps avec le membre inférieur douloureux. Il est préférable de ne se lever qu’en cas de nécessité et de marcher à l’aide de béquilles pour mettre la jambe en décharge ;
  • en cas d’atteinte du membre supérieur, celui-ci est immobilisé grâce à une attelle ;
  • en cas d'érysipèle de la face, il faut s’abstenir au maximum de parler et de mastiquer.

Si nécessaire, la vaccination antitétanique est mise à jour.

Les situations conduisant à une hospitalisation en cas d’érysipèle

Si l'évolution de l'érysipèle n’est pas favorable après les 48h suivant le début du traitement par antibiotiques, une hospitalisation s'impose. Cette résistance au traitement se traduit par une fièvre et une douleur persistantes.

Une hospitalisation est immédiate si la personne affectée par un érysipèle :

  • souffre d’une maladie chronique (diabète, insuffisance cardiaque, insuffisance rénale, immunosuppression), surtout si elle est âgée de plus de 75 ans ;
  • a une indice de masse corporelle (IMC) > 40 (obésité morbide) ;
  • est un nourrisson de moins d'un an ;
  • suit un traitement prolongé par corticoïdes ou AINS ;
  • rencontre des difficultés à suivre correctement un traitement ;
  • montre des signes de gravité locaux ;
  • présente des signes généraux de gravité (fièvre très élevée ou anormalement basse, état général très mauvais, chute de tension artérielle, faiblesse générale, etc.).

Éviter les récidives de l'érysipèle

Les récidives d’érysipèle sont fréquentes en cas de traitement incomplet ou lorsque les facteurs déclenchants ou favorisants sont toujours présents. Pour les éviter, il est nécessaire :

Si les facteurs de risque sont non contrôlables et après deux épisodes d'érysipèle dans l'année écoulée, une prise prolongée d’antibiotiques (antibioprophylaxie) est discutée. Cette option n'est envisageable que chez des personnes adultes. Ce type de traitement permet de prévenir la survenue d'un autre érysipèle. Sa durée est évaluée par le médecin traitant et dépend des facteurs de risque de récidive. Il se compose soit :

  • De benzyl-pénicilline injectable, de type G qui a un effet retard. Ce traitement est réalisé par injections intramusculaires toutes les 2 à 4 semaines.
  • De pénicilline V (phénoxyméthylpénicilline), traitement oral à prendre chaque jour. En cas d'allergie à la pénicilline, le médecin traitant prescrit de l'azythromycine.

  • Belmin J, Chassagne P, Friocourt P, Gonthier R Jeandel C & al. Gériatrie - Chapitre 76 : Dermatologie. 3e éd. Paris: Elsevier;2019:671-90.
  • Société française de dermatologie. L’érysipèle. Site internet : société française de dermatologie. Paris ; 2019 [consulté le 12 juillet 2021]
  • Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales. Infections cutanéomuqueuses et des phanères, bactériennes, mycosiques de l’adulte et de l’enfant. UE6 n° 152 - 6e éd. Site internet : Collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales. Issy-les-Moulineaux (France) : 2020 [consulté le 12 juillet 2021]
  • Haute autorité de santé (HAS). Choix et durée de l'antibiothérapie : Prise en charge des dermohypodermites bactériennes non nécrosantes (DHBNN) chez l’adulte. Recommandation de bonne pratique. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2021 [consulté le 2 septembre 2021]
  • Haute autorité de santé (HAS). Choix et durée de l'antibiothérapie : Prise en charge des dermohypodermites bactériennes non nécrosantes (DHBNN) chez l’enfant. Recommandation de bonne pratique. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2021 [consulté le 2 septembre 2021]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et complications infectieuses graves - Point d'information du 18 avril 2019. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2019 [consulté le 12 juillet 2021]