Épicondylite (douleur du coude) : définition, symptômes et facteurs de risque

20 août 2020
L’épicondylite se traduit par une douleur du coude, due à des lésions des tendons des muscles de l'avant-bras qui se fixent sur l'épicondyle. Elle apparaît suite à des gestes nocifs du bras et de la main, répétés et intensifs. L'épicondylite fait partie des troubles musculo-squelettiques du membre supérieur.

Qu’est-ce qu’une épicondylite ?

L’épicondylite se caractérise par une douleur du coude, due à une atteinte des tendons qui fixent certains muscles de l’avant-bras sur l’épicondyle de l'humérus.

Qu'est-ce que l'épicondyle ?

L'épicondyle est un petit relief osseux de l'humérus (os du bras) situé juste au-dessus de l’articulation du coude et à la face externe du bras.

La douleur de l'épicondylite peut avoir différentes origines : micro-déchirures des tendons, petites lésions au niveau de leur insertion sur l’os, etc. Elle survient après une sollicitation importante et/ou répétée du bras et de l'avant-bras.

Cette affection fait partie de ce que l’on appelle les troubles musculo-squelettiques.

Le coude et l'épicondyle

Schéma représentant l’épicondyle, petit relief osseux de l’humérus, situé au-dessus du tendon musculaire du coude, et qui peut provoquer une douleur dans l’avant-bras

Le nombre de cas d’épicondylite augmente

En France, les Troubles MusculoSquelettiques (TMS) ont augmenté de 2,7 % en 2018 (par rapport à 2017) et représentent 87 % des Maladies Professionnelles.

En 2018, l’atteinte du coude représente 22 % des cas des troubles musculo-squelettiques du membre supérieur après les atteintes du poignet-doigts-main (35 %) et l'épaule (33 %).

D'autres causes plus rares de douleurs du coude

L'épicondylite est la cause la plus fréquente des douleurs au niveau du coude. Plus rarement les douleurs du coude sont causées par :

  • une épitrochléite, affection comparable à l’épicondylite touchant l’épitrochlée (petit relief osseux de l'humérus situé à la face interne du bras) ;
  • une fracture de l'olécrâne après un traumatisme ;
  • un hygroma du coude : tuméfaction ronde à l'arrière du coude, qui correspond au gonflement d’une bourse habituellement vide. Cette bourse facilite le glissement de la peau sur l’os lors de la flexion du coude. Si elle s'enflamme, ses parois fabriquent alors du et la tuméfaction apparaît. L'hygroma survient souvent après de petits traumatismes répétés du coude ou dans l'évolution d'une maladie inflammatoire ;
  • une maladie inflammatoire : polyarthrite rhumatoïde, goutte, infection de l'articulation du coude...

Quels sont les symptômes de l’épicondylite ?

L’épicondylite peut survenir brutalement, peu de temps après avoir commencé un nouveau travail par exemple, ou progressivement, après plusieurs années d'un même travail. Elle n'atteint, le plus souvent, qu'un seul bras, habituellement celui qui travaille (le bras dominant).

Le coude devient douloureux : l’épicondyle commence par devenir sensible au toucher, puis une douleur proprement dite apparaît au moindre contact. La douleur s'étend à la face externe du coude et de l'avant-bras.

La douleur du coude revient lorsque la personne :

  • répète le geste qui a provoqué l’épicondylite ;
  • déplie le bras ;
  • plie le poignet en gardant le coude tendu ;
  • saisit des objets avec la main en gardant le bras tendu ;
  • effectue un mouvement de rotation, par exemple pour ouvrir une porte.

L’épicondylite est une affection très douloureuse qui a des répercussions sur la vie quotidienne et professionnelle. Cependant, elle ne présente pas de risque d’évolution vers un état dangereux.

L’évolution vers la guérison spontanée est longue, entre 9 et 24 mois avec une moyenne de 12 mois. Un traitement précoce accélère la guérison.

Quelles sont les activités pouvant causer une épicondylite ?

L'épicondylite touche souvent des personnes exerçant des activités professionnelles spécifiques ou certains loisirs.  Ele peut être due à une sollicitation excessive à un moment précis ou à des sollicitations de faible importance pendant une trop longue période.

Les activités professionnelles

Le travail est le principal facteur de risque d'épicondylite. Sont fréquemment en cause les tâches impliquant :

  • des mouvements de serrage d'un manche (marteau, outil...) avec travail en force,
  • des mouvements simultanés de rotation de l'avant-bras et de flexion du poignet,
  • des mouvements de la main pour frapper des objets.

Certains éléments aggravent les lésions des tendons :

  • la répétition des gestes nocifs,
  • l'absence de temps de repos ou de récupération,
  • le travail au froid,
  • l'exposition à des vibrations.

Les activités de loisir

La pratique du tennis est responsable de 5 à 10 % des épicondylites appelées alors "tennis elbow" (coude du joueur de tennis).
L'épicondylite peut être provoquée par :

  • le fait de tenir vigoureusement la raquette, poing serré,
  • les rotations fréquentes de l’avant-bras (vers l’intérieur ou l’extérieur) avec flexions répétées du poignet,
  • les gestes saccadés.

Le bricolage peut également être à l'origine d'une épicondylite.

  • Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST). Épicondylite (tennis elbow). Site internet : CCHST. Hamilton (Ontario, Canada) ; 2019 [consulté le 31 mars 2020]
  • Société française de médecine générale (SFMG). L’épicondylite. Site internet : SFMG. Issy - les - Moulineaux (France) ; 2009 [consulté le 31 mars 2020]
  • Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Les troubles musculo-squelettiques du membre supérieur (TMS-MS). Site internet : INRS. Paris ; 2011 [consulté le 31 mars 2020]
  • Assurance Maladie - Risques professionnels. Rapport annuel 2018. Site internet : Caisse Nationale d'Assurance Maladie. Paris ; 2018 [consulté le 31 mars 2020]