Le traitement de l'épaule douloureuse chronique

05 mai 2017
En fonction des lésions, de l'âge de la personne et de la présence d'autres maladies, le traitement de l'épaule douloureuse chronique peut être médical ou chirurgical. La rééducation est souvent proposée dans le cadre d'un traitement médical, mais aussi avant et après une intervention chirurgicale.

Le traitement médical de l'épaule douloureuse chronique

Les principaux traitements de l'épaule douloureuse chronique sont :

  • le repos ;
  • les traitements médicamenteux :
    • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (kétoprofène ou ibuprofène, par exemple),
    • les antalgiques (paracétamol, par exemple),
    • les corticoïdes (triamcinolone ou béthaméthasone, par exemple) en infiltrations locales. Ces injections ne doivent pas être répétées trop souvent ;
  • la rééducation fonctionnelle ;
  • la suppression des gestes inadaptés.

L’infiltration articulaire est un traitement local qui consiste à injecter un produit directement dans l’endroit lésé. Par exemple, en cas de de l’épaule, pathologie la plus fréquente de cette articulation, l’infiltration est effectuée dans l’espace dit sous-acromial, où se situent les tendons de la coiffe des muscles rotateurs.

Le médicament utilisé est un , puissant anti-inflammatoire qui va agir directement sur l’inflammation locale pour la réduire ou la supprimer. L' peut être guidée par radioscopie ou par échographie, pour mieux atteindre l’endroit à infiltrer.

Ce traitement présente une efficacité reconnue avec des inconvénients minimes lorsqu’il est effectué par un médecin entraîné.

Comment bien utiliser un antalgique ?

Pour bien utiliser un antalgique, il est important de respecter :

  • la posologie (quantités prescrites ou recommandées) ;
  • l'intervalle de temps minimal entre deux prises mentionné dans la notice du médicament ;
  • la dose maximale quotidienne.

Le non-respect de ces règles peut entraîner des complications, notamment un risque de surdosage.

Pour les mêmes raisons et sauf avis médical contraire, évitez d'associer ou d'alterner des antalgiques de compositions différentes.

Si le traitement n'est pas rapidement efficace et que votre douleur persiste, consultez votre médecin ; n'oubliez pas de lui préciser quel type de traitement vous avez pris (médicament, dose, fréquence).

Le traitement chirurgical de l'épaule douloureuse chronique

Ce traitement chirurgical de l'épaule est indiqué surtout pour les ruptures tendineuses et pour les problèmes mécaniques entre les tendons de la coiffe des rotateurs et l'acromion (partie de l'omoplate).

Le plus souvent, l'intervention chirurgicale est pratiquée sous ou par une ouverture cutanée limitée (mini open). Plus rarement, elle peut être réalisée "à ciel ouvert" (incision plus large).

Il existe plusieurs types d’intervention possibles selon les lésions présentes.

Il peut s'agir :

  • d'une simple décompression de l’espace sous acromial (zone de conflit possible sous l’acromion où passent les tendons de la coiffe) avec nettoyage des tendons abîmés, rabotage de la partie de l’os acromial qui agresse le et section du ligament pour libérer l’espace ;
  • d'une intervention plus complexe appelée acromioplastie qui consiste en la réparation d’un ou plusieurs tendons déchirés.

Dans tous les cas, le choix de l'opération tient compte de l'âge de la personne, de sa motivation, de l'état des tendons et des muscles et des éventuelles maladies associées...

Préparer votre retour à domicile

Suite à votre intervention chirurgicale, l'Assurance Maladie peut vous accompagner pour préparer au mieux votre retour à domicile.

Un conseiller de l’Assurance Maladie organise votre suivi médical auprès des professionnels de santé de ville de votre choix (masseur kinésithérapeute et/ou infirmier(e)) et facilite vos démarches administratives.

La rééducation fonctionnelle en cas d'épaule douloureuse chronique

Il s’agit d’un traitement très utilisé souvent associé aux médicaments antalgiques. Elle peut être proposée :

  • dans le cadre d’un traitement purement médical sans intervention chirurgicale (elle peut suffire à soulager le patient) ;
  • avant une intervention ;
  • après une intervention chirurgicale. La rééducation post-opératoire est alors indispensable pour récupérer la mobilité de l'épaule.

La coopération du patient est nécessaire. La kinésithérapie a pour but de soulager les douleurs, de faire récupérer une bonne force musculaire ainsi que la mobilité de l'épaule. Le kinésithérapeute suit les consignes du médecin ou du chirurgien et donne des conseils à son patient pour qu'il protège son épaule et évite les gestes nocifs.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Recommandations pour la pratique clinique - Modalités de prise en charge d'une épaule douloureuse chronique non instable chez l'adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2005 [consulté le 17 mai 2016]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Prise en charge chirurgicale des tendinopathies rompues de la coiffe des rotateurs de l'épaule chez l'adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2008 [consulté le 17 mai 2016]
  • Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé (ANAES). Pathologies non opérées de la coiffe des rotateurs et masso-kinésithérapie. Site internet : Haute Autorité de santé (HAS). Saint-Denis La Plaine (France) ; 2001 [consulté le 17 mai 2016]
  • Würgler-Hauri CC, Sheikh R, Jost B, Gerber C. Périarthrite scapulohumérale ? Diagnostic et traitement. Forum Med Suisse. 2007;7:81-6.
  • Noel E. Stratégies thérapeutiques face à une pathologie chronique de l’épaule. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris), traité de Médecine Akos,7-0363,2008.