Symptômes, diagnostic et évolution de l'épaule douloureuse chronique

31 janvier 2019
Douleurs de l'épaule lors des mouvements et gêne à la mobilité sont des symptômes de l'épaule douloureuse chronique. Les lésions péri-articulaires en cause sont identifiées grâce à différents examens. Grâce au traitement et à la prévention, les douleurs régressent.

Les symptômes de l'épaule douloureuse chronique

Selon leur gravité et leur localisation, les lésions des structures péri-articulaires de l'épaule entraînent des symptômes variés.

Une douleur en général limitée à l'épaule.

La douleur est sourde, calmée par le repos, et perturbe rarement le sommeil, sauf parfois quand on dort sur l’épaule douloureuse. Elle s’aggrave à l'effort. Elle n'est pas toujours facile à localiser de façon précise.

Le ou les mouvements qui la déclenchent sont plus faciles à identifier.
La personne peut se plaindre de douleurs de l'épaule seulement lorsqu'elle fait certains gestes dans une ou plusieurs directions ou des efforts particuliers. Il s'agit souvent de :

  • l'élévation du bras vers l'avant (antépulsion),
  • l'élévation latérale du bras (abduction),
  • la rotation externe du bras (par exemple quand on se coiffe),
  • la rotation interne (par exemple quand on met la main dans le dos : se gratter le dos, attacher le soutien-gorge…)

À l'inverse, elle peut se plaindre de douleurs à l'épaule pratiquement à chaque mouvement du bras.
 

Une baisse de la force musculaire du bras lors de la réalisation de certains gestes.

Une limitation des mouvements de l'épaule. Dans les cas extrêmes, les mouvements de l'épaule sont très limités (raideur de l'épaule) voire impossibles.

Le diagnostic d'épaule douloureuse chronique

Plusieurs types examens permettent au médecin de poser un diagnostic d’épaule douloureuse chronique.

L'examen médical de l'épaule douloureuse

Lors de l'examen clinique, le médecin examine minutieusement les deux épaules :

  • Il recherche une asymétrie des épaules, une perte du volume musculaire de l'épaule douloureuse.
  • Il étudie la mobilité de l'épaule dans tous les axes sur la personne assise puis couchée et mesure les amplitudes articulaires.
  • Puis, il teste successivement les différents tendons au moyen de plusieurs manœuvres d'examen, ainsi que la force musculaire.

À l'issue de cet examen, il peut déjà avoir une idée précise des lésions qui seront confirmées par les examens complémentaires.

Les examens complémentaires en cas d'épaule douloureuse chronique

Le bilan d'imagerie médicale est essentiel. Il explore les os, les tendons et les muscles. Le plus souvent, il combine :

  • la radiographie classique pour l'étude des os et la détection de calcifications péri-articulaires,
  • et l'échographie pour l'analyse des structures péri-articulaires (tendons, muscles, coiffe des rotateurs...).

Dans un deuxième temps, en fonction du cas particulier de chaque patient et si un geste chirurgical est envisagé, d'autres examens peuvent être demandés : une IRM, un arthroIRM ou un arthroscanner.

Ce bilan confirme le diagnostic, oriente le traitement et peut conduire à une éventuelle intervention chirurgicale.

L'évolution de l'épaule douloureuse chronique

En l'absence de mesures de correction, la de l'épaule peut affecter un , puis plusieurs, et évoluer vers des ruptures tendineuses partielles ou complètes. Les ruptures de la coiffe des rotateurs sont de gravité variable allant de la rupture partielle d’un à la rupture massive de trois ou quatre tendons.

Dans certains cas, une rétraction de l'enveloppe articulaire peut se produire. On parle alors de capsulite rétractile dont la conséquence est une importante réduction de la mobilité de l'épaule.

Des mesures préventives (ne plus réaliser certains mouvements) et le traitement peuvent guérir ou conserver à l’épaule une motricité et une force musculaire compatible avec l'activité professionnelle et les gestes de la vie quotidienne.

Comment déclarer une maladie professionnelle ?

Dans certaines conditions, les tendinites de l'épaule peuvent être reconnues comme une maladie professionnelle (Tableau 57 : de la coiffe des rotateurs).

Une fois votre demande déposée, la reconnaissance de maladie professionnelle est acceptée si les conditions prévues par le tableau 57 sont respectées, à savoir :

  • diagnostic confirmé ;
  • exposition au risque reconnue pendant une durée précisée ;
  • respect des délais prévus pour la déclaration ;
  • respect de la liste des travaux ou gestes professionnels pour cette maladie.

Si certaines conditions ne sont pas réunies, le dossier doit être examiné par le Comité régional de reconnaissance d'une maladie professionnelle (CRRMP).

Sources
  • Noël E. Douleurs de l'épaule (pathologies traumatiques récentes exclues). EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2015;11(1):1-10 [Article 7-0360]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Recommandations pour la pratique clinique - Modalités de prise en charge d'une épaule douloureuse chronique non instable chez l'adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2005 [consulté le 31 janvier 2019]
  • Kermode T, Pasche P, Cornuz J, Zufferey P. Epaule douloureuse : Prise en charge ambulatoire. Rev Med Suisse 2013;(408):2205-2211
  • Farron A, Theumann N. Indications aux examens radiologiques complémentaires lors de pathologies de l'épaule. Rev Med Suisse. 2006;2(92):2913-7.
  • Würgler-Hauri CC, Sheikh R, Jost B, Gerber C. Périarthrite scapulohumérale ? Diagnostic et traitement. Forum Med Suisse. 2007;7:81-6.