Le traitement de l’entorse du genou

12 novembre 2018
Le choix entre un traitement médical ou chirurgical de l'entorse du genou est décidé selon plusieurs critères : l'âge du patient, ses activités sportives, l'existence ou non d'une instabilité du genou, le type de lésion ligamentaire, les lésions associées, etc.

Le traitement médical de l'entorse du genou

Si l'entorse du genou est bénigne ou de gravité moyenne, il est déconseillé d’immobiliser complètement le genou et l’appui sur la jambe blessée peut être conservé. L'immobilisation est de très courte durée, à titre antalgique.

Le traitement consiste donc en une mobilisation précoce avec appui autorisé, associée à un traitement médical (antalgiques, anti-inflammatoires et glaçage).

Le port d’une contention (genouillère ou orthèse articulée) peut faciliter une reprise précoce des activités physiques en sécurité.

La pose d'un plâtre est généralement inutile.

La rééducation de l'entorse du genou

La rééducation du genou après une entorse : pourquoi ?

L'objectif de la rééducation est de retrouver une mobilité normale du genou, restaurer la force musculaire et le fonctionnement global du genou (en position debout, lors des sauts, à la course) de façon à permettre une reprise des activités.

L’entorse bénigne du genou guérit grâce au traitement médical et ne nécessite pas, en général, de rééducation.

L’entorse de moyenne gravité et surtout l’entorse grave du genou nécessitent des séances de rééducation qui peuvent durer jusqu’à quatre mois. Le rééducateur explique à la personne blessée les gestes à ne pas faire et les exercices qu'elle peut réaliser chez elle, entre les séances de rééducation.

Où faire la rééducation du genou ?

  • En l'absence d'intervention chirurgicale, la rééducation est le plus souvent effectuée au cabinet du kinésithérapeute, sans hospitalisation.
  • Si la personne a subi une intervention chirurgicale, la rééducation débute dans le service de chirurgie avant d'être poursuivie au cabinet du kinésithérapeute ou dans un centre de rééducation.
Rééducation du genou opéré : un accord préalable parfois nécessaire

Au-delà de 40 séances de rééducation d’une entorse grave opérée (ligamentoplastie du ligament croisé antérieur), l’accord préalable du médecin conseil de l’Assurance Maladie est nécessaire avant de poursuivre la rééducation.

Le traitement chirurgical de l'entorse du genou

La ligamentoplastie du genou

La réparation chirurgicale des ligaments, ou ligamentoplastie, peut être nécessaire en cas d'entorse grave (rupture d'un ligament croisé par exemple).

La décision d'opérer dépend de divers critères : gravité des lésions ligamentaires et associées après bilan (IRM), profession, activités de loisir...

L'intervention peut être réalisée :

  • peu de temps après l'accident quand la douleur et le gonflement du genou ont diminué. En effet, opérer en urgence un genou douloureux et inflammatoire expose à un certain nombre de complications (, raideur) qui peuvent retarder la guérison,
  • le plus souvent, à distance de l'accident.

Avant d'être opéré(e), une consultation est obligatoire auprès d'un médecin anesthésiste. Un bilan sanguin n'est pas toujours nécessaire avant l'intervention chirurgicale. Parlez-en à votre médecin.

L'intervention est, le plus souvent pratiquée, lors d'une arthroscopie, en structure de chirurgie ambulatoire (la personne entre et sort le même jour de l'établissement).

La chirurgie du genou peut être également nécessaire si d'autres lésions sont associées à l'entorse (lésions des ménisques, fractures osseuses, etc.)

Après la chirurgie du genou pour entorse

Dans les jours qui suivent l'intervention :

  • Surélevez la jambe dans la journée et ne reprenez appui sur elle que lorsque le chirurgien vous y autorise.
  • Surveillez votre genou, votre mollet et votre température.

Consultez si vous observez les symptômes suivants :

  • fièvre supérieure à 38 °C ;
  • augmentation de la douleur du genou au repos ;
  • chaleur ou rougeur locale au niveau du genou opéré ;
  • problèmes de cicatrisation : cicatrice rouge ou écoulement ;
  • mollet douloureux ou gonflé (signes de phlébite).

Évolution d'une entorse de genou

Après traitement, l'entorse du genou ne laisse pas, habituellement, de séquelles importantes.

Cependant, des complications sont possibles :

  • complications précoces, liées à
    • l'immobilisation : enraidissement temporaire de l'articulation et phlébite ;
    • la chirurgie : infection du genou, phlébite, retard de cicatrisation ;
  • complications tardives : quand la guérison de l'entorse est incomplète, une raideur modérée avec perte de quelques degrés de flexion ou d'extension du genou ou une instabilité peuvent persister.
    À long terme, cette instabilité favorise l'usure et donc l'apparition d'une arthrose du genou.
Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Critères de suivi en rééducation et d'orientation en ambulatoire ou en SSR après ligamentoplastie du croisé antérieur du genou. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2008 [consulté le 12 novembre 2018]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Prise en charge thérapeutique des lésions méniscales et des lésions isolées du ligament croisé antérieur du genou chez l'adulte. Site internet : HAS. Saint-Denis la Plaine (France) ; 2008 [consulté le 12 novembre 2018]
  • Département d'enseignement ostéo-articulaire. Université Paris 6 et Paris 12. Rousseau R. Lésions péri-articulaires et ligamentaires du genou, de la cheville et de l'épaule. Site internet : Sofop. Paris [consulté le 12 novembre 2018]