Les symptômes de l'entorse du genou

25 avril 2017
Douleurs du genou, craquement, sensation de déboitement et d'instabilité, gonflement et impossibilité de poser le pied par terre sont des symptômes d'entorse du genou. Quelques mesures immédiates permettent de les atténuer. L'examen du médecin confirme le diagnostic.

Les symptômes et le diagnostic de l'entorse du genou

Les symptômes d'une entorse du genou sont généralement :

  • un craquement lors de l'accident ;
  • une douleur, ressentie comme une déchirure ;
  • une sensation de déboîtement, l'impression que le genou part sur le côté puis revient en place ;
  • une sensation d'instabilité du genou ;
  • un gonflement du genou.

Ces signes peuvent s'accompagner d'une boiterie ou d'une impossibilité à s'appuyer sur la jambe et à marcher.

Les symptômes ne sont pas toujours présents (le genou, par exemple, peut ne pas gonfler) et ne sont pas proportionnels à la sévérité des lésions et donc à la gravité de l'entorse. Ainsi, la douleur peut être modérée lors d'une entorse grave et intense lors d'une entorse bénigne.

© Blausen Medical

Comment réagir devant des symptômes d'entorse du genou ?

Si vous présentez des symptômes d'entorse du genou, voici comment vous soulager immédiatement :

  • arrêtez l'activité ou le sport en cours : la lésion peut s'aggraver ;
  • mettez votre genou au repos en évitant tout appui sur la jambe concernée ;
  • refroidissez votre genou avec de l'eau fraîche ou de la glace pour diminuer l'inflammation. Ne mettez pas la glace directement sur la peau pour éviter la sensation de « brûlure » provoquée par le froid. Par exemple, disposez la glace dans un linge propre avant de la poser sur le genou. Vous pouvez renouveler l'opération chez vous, toutes les quatre heures, pendant un à deux jours ;
  • posez un bandage sans trop serrer et surélevez votre jambe si le genou a tendance à gonfler ;
  • si la douleur persiste, vous pouvez prendre un médicament pour vous soulager : du paracétamol ou un anti-inflammatoire non stéroïdien comme l'ibuprofène. Ne prenez qu'un seul type de médicament (paracétamol par exemple) et n'alternez pas plusieurs anti-inflammatoires de compositions différentes. Respectez la dose de médicament indiquée sur la notice et l'intervalle minimum entre deux prises.

Consultez un médecin, le jour même, si les symptômes sont inquiétants.

Si la gêne est très modérée (absence de sensation d'instabilité ou de déboîtement), vous pouvez patienter un à deux jours, en appliquant les conseils simples décrits ci-dessus. Si les symptômes persistent, consultez votre médecin traitant.

Le diagnostic de l'entorse du genou

Le diagnostic de l'entorse du genou est essentiellement clinique. Les examens complémentaires sont surtout utilisés pour éliminer une éventuelle fracture ou décider de l'utilité d'une intervention chirurgicale.

  • L'examen clinique permet, en général, de poser un diagnostic précis des lésions. Il porte en particulier sur :
    • l'analyse de la mobilité du genou et la recherche d'une mobilité anormale (laxité),
    • la recherche d'un à l'intérieur de l'articulation du genou,
    • la recherche d'un hématome (d'un « bleu ») sur le trajet des ligaments latéraux.
  • Les examens complémentaires ne sont pas systématiques : les radiographies permettent de confirmer qu'il n'y a pas de fracture osseuse associée ou d'arrachement osseux à l'extrémité d'un ligament. D'autres examens peuvent être prescrits (IRM...) en fonction des situations particulières.
Entorses du genou : une évolution parfois compliquée

Après traitement, l'entorse du genou ne laisse pas, habituellement, de séquelles importantes.

Cependant, des complications sont possibles :

  • complications précoces, liées à l'immobilisation : enraidissement temporaire de l'articulation et phlébite ;
  • complications tardives : quand la guérison de l'entorse est incomplète, une raideur modérée avec perte de quelques degrés de flexion ou d'extension du genou ou une instabilité peuvent persister.
    À long terme, cette instabilité favorise l'usure et donc l'apparition d'une arthrose.
Sources
  • Jaeger JH. Lésions ligamentaires du genou. Site internet : Université de Strasbourg - Faculté de médecine. Strasbourg (France) ; 2004/2005 [consulté le 17 février 2016]
  • Lustig S, Servien E, Parratte S, Demey G, Neyret P. Lésions ligamentaires récentes du genou de l'adulte. EMC - Appareil locomoteur 2013;8(1):1-17 [Article 14-080-A-20]