Endométriose : définition et facteurs favorisants

L’endométriose est une maladie gynécologique fréquente qui touche près de 10 % des femmes. Elle se caractérise par la présence, hors de la cavité utérine, de tissu semblable à celui de la muqueuse de l’utérus (appelée endomètre).

Qu’est-ce que l’endométriose ?

L’ est une maladie définie par la présence, en dehors de l’utérus, de fragments de utérine (endomètre) ou "tissu endométrial", comprenant des glandes et du stroma (tissu servant à soutenir, protéger et relier entre eux les nerfs, les vaisseaux sanguins et lymphatiques qu’il contient). Les lésions d'endométriose présentent les mêmes caractéristiques que la muqueuse utérine. En particulier, elles sont sensibles à l’action des hormones ovariennes (œstrogènes). C’est pourquoi on qualifie l’endométriose de "maladie œstrogéno-dépendante".

L'endométriose se manifeste ainsi chez les femmes en âge de procréer (c’est-à-dire en période d’activité génitale), parfois dès l’adolescence. C'est une maladie chronique qui régresse à la ménopause.

L’appareil génital féminin

Schéma anatomique de l’appareil génital féminin composé du vagin, du col de l’utérus, de l’utérus, des trompes de Fallope et des ovaires (cf. description détaillée ci-après)

L’appareil génital féminin est composé de cinq organes.

Le vagin, canal musculaire de quelques centimètres qui s’ouvre au niveau du pubis. Le col de l’utérus, couloir étroit qui relie le vagin et l’utérus. L’utérus, en forme de poche triangulaire à laquelle sont attachés des conduits appelés . Et les , deux glandes en forme d’amandes, qui sont situées à l’extrémité des .

La localisation des lésions d’endométriose

Le plus souvent, les lésions d' sont présentes dans la région pelvienne ou "pelvis" au niveau :

  • des (endométriomes) ;
  • du ;
  • des ligaments utérins ;
  • du rectum (cloison entre le vagin et le rectum) ;
  • de la vessie.

Plus rarement, elles se trouvent en dehors du pelvis, au niveau :

  • du côlon ou de l’intestin grêle ;
  • du col de l’utérus, du vagin ou de la vulve ;
  • de la paroi abdominale interne (vers l’ombilic, le creux de l’aine ou dans une zone présentant des cicatrices) ;
  • des uretères (conduits reliant les reins à la vessie) ;
  • de l'épiploon (replis du péritoine).

Exceptionnellement, des lésions d’endométriose peuvent même apparaître sur des organes à distance de l’utérus (ex. : , poumons).

Plusieurs organes peuvent être atteints chez une même femme.

Qu'est-ce que l'adénomyose ?

On parle d'adénomyose lorsque des fragments d'endomètre sont anormalement présents à l'intérieur du muscle utérin (ou myomètre) soit de façon diffuse soit de façon focale.

L'adénomyose peut être ou non associée à l’endométriose péritonéale.

Les facteurs favorisant l’apparition d’une endométriose

L’ se développe en présence de plusieurs facteurs concomitants (on dit qu’elle est "multifactorielle"). Selon les chercheurs, elle surviendrait principalement durant les règles, parce que des fragments d’endomètre remontent dans le pelvis en passant par les (" rétrogrades"). Ces morceaux de se fixeraient alors en dehors de la cavité utérine, sur le ou les organes.

D’autres éléments favorisants ont été identifiés :

  • des problèmes mécaniques qui peuvent obstruer l’appareil génital (ex. : anomalies du col utérin) ;
  • une prédisposition génétique (risque familial de développer la maladie) ;
  • des facteurs hormonaux (les lésions étant hormono-dépendantes) ;
  • une réponse immunitaire et inflammatoire inadéquate de l’organisme, entraînant le développement des lésions.

On sait également que le risque d’avoir une endométriose est augmenté chez :

  • les femmes qui n’ont pas eu d’enfant ;
  • celles qui ont des cycles menstruels courts et des règles abondantes.

En revanche, cette probabilité est diminuée chez les femmes utilisant une contraception orale.

2022 : mise en place de la stratégie nationale de lutte contre l'endométriose

En France, l' touche entre 1,5 et 2,5 millions de femmes en âge de procréer, soit une femme sur 10. Cette maladie est source de douleurs chroniques et d'infertilité. Les femmes sont confrontées à un retard diagnostique "quasi systématique", qui est en moyenne de sept ans.

Face à ces constats, une stratégie nationale de lutte contre la maladie est mise en place et porte sur :

  • la recherche médicale et l'innovation. L'EndoTest*, test salivaire permettant le diagnostic en quelques jours, mis au point par un laboratoire français, fait partie des innovations potentielles ;
  • la mise en place de filières territoriales adossées à des centres de référence, permettant une prise en charge de qualité des femmes, tant sur le plan diagnostique que thérapeutique ;
  • la réduction du retard de diagnostic : amélioration de la détection de l'endométriose par les médecins de santé scolaire, les médecins libéraux et  les radiologues ;
  • une meilleure prise en charge de la douleur.

L'endométriose n'est pas intégrée, pour le moment, dans la liste des Affections de longue durée ALD 30. En revanche, pour les formes les plus sévères, un accès à la prise en charge à 100 % au titre de l'ALD 31 (affection hors liste des 30 ALD, comportant un traitement prolongé d'une durée prévisible supérieure à six mois et une thérapeutique particulièrement coûteuse) est possible.

  • Haute Autorité de santé. Prise en charge de l'. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2018 [consulté le 5 novembre 2020]
  • Remoue L, Fauvet R. Endométriose génitale et extragénitale. EMC – AKOS (Traité de Médecine) 2007:1-11 [Article 3-1340]
  • National Health service (NHS). Endometriosis. Site internet : NHS. Londres ; 2019 [consulté le 5 novembre 2020]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Endométriose. Site internet : Inserm. Paris ; 2018 [consulté le 5 novembre 2020]
  • Closon F, Brichant G, Tebache L, Pinzauti S, Nisolle M. L'endométriose de l'adolescente. Médecine thérapeutique / Médecine de la reproduction, gynécologie et endocrinologie. 2013;15(3):228-33
  • Mueller M, Imboden S. Endomériose. Forum Med Suisse 2017;17(32):654-659.
  • Ministère des Solidarités et de la santé. Stratégie nationale de lutte contre l’endométriose. Site internet : Ministère des Solidarités et de la santé. Paris ; 2022 [consulté le 15 février 2022]
Cet article vous a-t-il été utile ?
Pourquoi cet article ne vous a pas été utile ?
* champ obligatoire
* champs obligatoires