La consultation et le traitement en cas d'eczéma de contact

27 juin 2018
L'examen médical peut être complété par des tests cutanés afin d'identifier l'allergène responsable de l'eczéma de contact. Un traitement local permet la guérison des lésions et des mesures d'éviction de l'allergène préviennent les récidives.

La consultation médicale en cas d'eczéma de contact

L'examen médical permet d'orienter vers le type d'. Le médecin traitant recherche les causes de l'eczéma de contact : pour cela, il s'informe sur les produits de toilette, les médicaments utilisés, le type d'activité professionnelle. Il analyse l'aspect des lésions, leur emplacement, leur évolution selon les saisons ou les périodes d'activité professionnelle.

Certaines localisations d'eczéma de contact sont très évocatrices :

  • un eczéma du poignet, des oreilles ou du nombril évoque une sensibilisation au nickel présent dans les montres, les boucles d'oreilles et de ceintures ;
  • un eczéma des pieds oriente vers une sensibilisation à un composant de la chaussure (cuir, caoutchouc...) ;
  • un eczéma du visage oriente vers une allergie de contact aux cosmétiques.

Dans certains cas, un bilan par un allergologue est nécessaire. Ce dernier réalise des tests "épicutanés", appelés patch tests, pour déterminer l' en cause. Une batterie standard européenne comportant actuellement 26 allergènes les plus fréquents est, en général, utilisée. Ensuite, l'allergologue analyse les résultats qu'il confronte aux données de l'examen clinique pour déterminer si le ou les allergènes identifiés sont vraiment en cause dans l'eczéma de contact.

Reconnaissance de l’eczéma de contact comme maladie professionnelle

Si l'eczéma de contact est d'origine professionnelle, votre médecin traitant peut rédiger un certificat en vue d’une reconnaissance de maladie professionnelle. Celle-ci est inscrite au tableau 65 du régime général de l'Assurance Maladie et au tableau 44 du régime agricole.

Le traitement de l'eczéma de contact

Le traitement de l’eczéma de contact inclut l'éviction de l' et des médicaments.

Éviction de l'

L'éviction de l' en cause est primordiale pour obtenir la guérison. Le médecin remet, si possible, à son patient la liste des produits contenant la substance allergisante à éviter.

Cependant, cette éviction n'est pas toujours facile lorsque l' n'a pas été identifié ou lorsqu'il est présent dans de nombreux produits. Dans ce cas, une protection de la peau par des vêtements ou des gants, par exemple, permet d'éviter le contact avec le produit en cause.

Traitement par un dermocorticoïde local

Un dermocorticoïde local permet de traiter les lésions d'eczéma de contact. Il est important de bien suivre la prescription médicale de .

Les zones d'application sont précisées par votre médecin. L'application se fait une fois par jour sur les lésions. Il n'est pas nécessaire de masser ou de mettre une couche épaisse de produit.

Le traitement doit être poursuivi jusqu'à disparition complète des lésions. Dès que les lésions ont disparu, il n'est plus utile d'appliquer le dermocorticoïde local.

Crème ou pommade dermocorticoïde ?

Chacune a ses indications :

  • les crèmes sont à appliquer sur des lésions suintantes d'eczéma de contact ;
  • les pommades sont réservées aux eczémas secs.

Traitement d'un eczéma de contact surinfecté

Il fait appel aux antibiotiques qui ne sont utilisés qu'en cas de surinfection avérée (impétigo).

Activité professionnelle et eczéma de contact

Selon l'activité professionnelle exercée, un arrêt de travail peut être prescrit en cas de lésions importantes d'eczéma de contact ou en cas d’eczéma infecté.

En cas d’eczéma d’origine professionnelle, une adaptation du poste de travail ou de l'activité (port de gants ou de vêtements de protection, modification des substances allergisantes...) est parfois nécessaire, en collaboration avec le médecin du travail.

Sources
  • Collège des enseignants en dermatologie de France. Allergies cutanéo-muqueuses chez l'enfant et l'adulte : eczéma de contact. Ann Dermatol Venereol. 2012;139:A78-84
  • Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Dermatite de contact d'origine professionnelle : conduite à tenir. Site internet : INRS. Paris ; 2013 [consulté le 26 mars 2018]
  • Brasch J, Becker D, Aberer W, Bircher A, Kränke B, Jung K, et al. Guideline contact dermatitis. Allergo J Int. 2014;23(4):126–138