La consultation et le traitement en cas d'eczéma atopique

14 juin 2018
L'examen par un médecin (pédiatre, dermatologue, médecin traitant) de votre bébé ou de votre enfant permet de poser le diagnostic d'eczéma atopique. Les examens complémentaires sont, en général, inutiles. Le traitement symptomatique de cette maladie s'inscrit dans la durée.

La consultation pour eczéma atopique

Le médecin (médecin traitant, pédiatre ou dermatologue) pose le diagnostic d'eczéma atopique en examinant le nourrisson ou l'enfant.

Aucun examen complémentaire n'est utile.

Des tests allergologiques ne sont utiles que dans certains cas plus complexes d'eczéma atopique :

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Le traitement de l'eczéma atopique

Après avoir réalisé un examen clinique, le médecin prescrit un traitement de l'eczéma du nourrisson ou de l'enfant. Il explique aux parents la façon d'utiliser les médicaments (crèmes, pommades...) et leur donne des recommandations pour une efficacité maximale. Il leur explique le mode d'évolution de l'eczéma atopique. Si l'enfant est suffisamment grand pour adhérer au traitement à long terme, tous ces conseils lui sont également donnés.

En phase aiguë de l'eczéma

Au niveau des plaques d'eczéma

L'objectif du traitement en phase d'attaque est d'obtenir la disparition des plaques d'eczéma le plus rapidement possible. Pour cela, le médecin prescrit un dermocorticoïde local à appliquer sur les lésions d'eczéma, sous forme de crème (pour les lésions suintantes, les plis) ou de pommade (pour les peaux sèches et épaissies). Ce traitement est efficace en cas de poussée d'eczéma pour calmer l'inflammation et les démangeaisons, mais il ne permet pas de prévenir les récidives.

Il est important d'appliquer le dermocorticoïde une fois par jour sur les zones qui présentent des lésions d'eczéma. Il n'est pas nécessaire de masser ou de mettre une couche épaisse de produit. Le traitement est poursuivi jusqu'à la disparition complète des lésions d'eczéma atopique et selon les conseils du médecin.

Il est utile de compter les tubes de utilisés entre deux consultations médicales. En effet, cela peut aider le médecin à apprécier l'évolution de l'eczéma atopique.

Lorsque les lésions ont disparu, il n'est plus utile d'appliquer le dermocorticoïde local.

Les ont, à tort, une mauvaise réputation.

Les effets secondaires indésirables sont rares et n'apparaissent qu'à la suite d'un traitement trop intense et prolongé.

En revanche, les échecs du traitement sont fréquemment liés à la sous-utilisation du dermocorticoïde local.

Faites-vous bien expliquer le traitement par votre médecin et votre pharmacien.

En cas de démangeaisons importantes et gênantes

Lorsque les lésions d'eczéma démangent et sont gênantes, le médecin peut prescrire un antihistaminique sur une courte durée. Il est important de respecter les contre-indications d'âge ainsi que les doses prescrites.

En cas de surinfection bactérienne et uniquement dans ce cas

Le médecin peut prescrire des antibiotiques locaux ou oraux, ainsi que des antiseptiques.

En cas d'échec du traitement habituel de l'eczéma atopique

Chez l'enfant de plus de deux ans et les adultes qui présentent une dermatite atopique modérée à sévère et n'ayant pas répondu de façon adéquate aux , il est possible d'appliquer un à usage local (pommade contenant du tacrolimus) agissant sur le . Cette prescription est réservée aux dermatologues et aux pédiatres. L'exposition au soleil est déconseillée au cours du traitement.

En raison de l'effet et d'une probable augmentation à long terme du risque de cancer de la peau ou de lymphome, la décision de prescrire du tacrolimus (pommade) avant l'âge de 16 ans doit être réfléchie. L'Assurance Maladie ne rembourse plus ce produit pour les enfants et adolescents de moins de 16 ans.

En phase d'entretien de la dermatite atopique

Prendre soin de la peau est essentiel.

  • suivre les règles d'hygiène ;
  • bien hydrater la peau : la sécheresse de la peau altère la fonction barrière de l'. L'usage quotidien et permanent des émollients restaure cette fonction. Bien fait, il permet de minimiser les poussées d'eczéma atopique ;
  • traiter précocément une nouvelle lésion annonçant une poussée d'eczéma par corticoïdes (dès l'apparition de démangeaisons ou de plaques cutanées rouges).

Un soutien psychologique est parfois nécessaire.

L'eczéma atopique est une maladie chronique qui, dans certains cas, peut nuire à la qualité de vie. Un soutien psychologique peut être nécessaire.

L 'eczéma ne contre-indique pas la vaccination.

Le calendrier vaccinal reste le même pour l'enfant qui a un eczéma atopique. Le bébé et l'enfant présentant un eczéma atopique peuvent donc être vaccinés. Cependant, en cas de forte poussée d'eczéma, le médecin peut retarder temporairement la vaccination.

Seuls les vaccins contre la grippe et la fièvre jaune, réalisés à partir de culture sur œufs, nécessitent des précautions particulières, du fait d'un risque d'allergie à l'œuf associée.

© Pulsations Multimedia « Allô Docteurs »

Sources
  • Dammak A, Guillet G, Guillet S. Dermatite atopique de l'enfant. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2015;10(2):1-13 [Article 8-0900]
  • Société française de dermatologie. La dermatite atopique. Site internet : Dermato-info.fr. Paris ; 2009 [consulté le 22 mars 2018]
  • Société française de dermatologie. Conférence de consensus : prise en charge de la dermatite atopique de l'enfant. Ann Dermatol Venereol. 2005;132:1S19-33.
  • Association des Collèges des Enseignants d'Immunologie des Universités de Langue française. Dermatite atopique : diagnostic, traitemen et évolution. Site internet : Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2011 [consulté le 22 mars 2018]
  • Barbarot S, Aubert H, Bernier C, Stalder J F. Dermatite atopique. EMC - Dermatologie 2016;11(3):1-20 [Article 98-150-A-10]
  • Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Recommandations importantes pour un bon usage de PROTOPIC (tacrolimus) (0,03 % et 0,1 %) pommade afin de minimiser les risques. Site internet : ANSM. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 22 mars 2018]