Qu’est-ce que la dyspepsie ?

10 septembre 2019
La dyspepsie est un trouble digestif qui peut être d’origine fonctionnelle ou faire suite à un problème de santé. Elle se manifeste par une impression de « mal digérer », des douleurs du creux de l’estomac et des ballonnements notamment.

Qu’est-ce que la dyspepsie ?

La dyspepsie est un trouble digestif caractérisé par une douleur et un inconfort chronique centré sur la région de l’estomac, ou épigastre. Elle se traduit par une impression de « mal digérer ».

La dyspepsie associe une ou plusieurs des manifestations suivantes :

  • une sensation gênante de plénitude après le repas appelé « syndrome de détresse postprandiale » ;
  • une satiété précoce (impression d’être rassasié(e) rapidement), avec incapacité à finir un repas de taille normale ;
  • des douleurs ou brûlures au creux de l’estomac (brûlures épigastriques).

Les régions abdominales

Schéma représentant les différentes zones de l’abdomen : la région épigastrique ; la région ombilicale ; la région pelvienne ; et la paire de fosses iliaques (cf. description détaillée ci-après)

Les symptômes de la dyspepsie

Les symptômes d’une dyspepsie sont présents plusieurs fois par semaine.

La personne ressent alors :

  • une impression d'être rassasié(e) rapidement et très tôt au cours d’un repas, l’empêchant de terminer ce dernier ;
  • une sensation d’avoir l’estomac trop plein (plénitude postprandiale ou pesanteur épigastrique) survenant après un repas normal et responsable d’une gêne.

À ces symptômes s’associent fréquemment :

  • des ballonnements de l’estomac (épigastriques) ;
  • des nausées après les repas, voire parfois des vomissements ;
  • des éructations après les repas (rots) ou un hoquet ;
  • des douleurs de la région épigastrique ou brûlures de l’estomac intermittentes et modérées qui ne remontent pas derrière le . Elles surviennent le plus souvent pendant les repas ou parfois en dehors. Dans ce dernier cas, elles sont soulagées par la prise d’aliments.

Hormis certaines douleurs épigastriques, ces symptômes surviennent après la prise de nourriture, donnant l’impression d’une « mauvaise digestion ».

Les causes de la dyspepsie

Dans 2 cas sur 3, la dyspepsie est dite fonctionnelle. Dans d’autres situations, elle fait suite à un problème de santé ou à la prise de certains médicaments.

La dyspepsie fonctionnelle

On parle de dyspepsie fonctionnelle en l’absence de cause organique, c’est-à-dire de maladie causant la survenue de ce trouble digestif, et si les symptômes existent depuis au moins 6 mois et sont présents depuis au moins 3 mois consécutifs.

Il ne s’agit donc pas d’une simple indigestion épisodique, mais d’un trouble durable.

À noter qu’une fois sur deux, la dyspepsie fonctionnelle est associée au syndrome de l’intestin irritable.

La dyspepsie fonctionnelle peut s’expliquer par un dysfonctionnement de l’estomac tel que :

  • une vidange ralentie de l’estomac après la prise d’aliments ;
  • une diminution de sa capacité de distension lors de la prise d’aliments expliquant la sensation de satiété précoce ;
  • une hypersensibilité de cette partie du tube digestif lors de sa distension ou de l’ingestion d’aliments acides ou gras, par exemple.

Les facteurs favorisant la dyspepsie fonctionnelle sont :

  • la survenue d’une infection comme une gastro-entérite (le syndrome dyspeptique est alors dit « post infectieux ») ;
  • l’anxiété et le stress ;
  • le tabac ;
  • la consommation d’alcool ;
  • la prise de repas copieux et d’aliments gras ou acides ;
  • la grossesse.

La dyspepsie suite à un problème de santé

Plusieurs maladies peuvent être à l’origine de la dyspepsie :

Présence dans l’estomac d’Helicobacter pylori et dyspepsie

La bactérie Helicobacter pylori est résistante à l’acidité gastrique, elle peut donc infecter le tube digestif. Ce germe est fréquemment présent dans plusieurs maladies pouvant être responsables d’une dyspepsie comme la gastrite, l’ulcère gastrique ou duodénal, voire le cancer de l’estomac.

Souvent contractée par la bouche pendant l’enfance, on estime que 15 à 30 % des Français sont porteurs de cette bactérie. Dans plus de 70 % des cas, les personnes porteuses de l’Helicobacter pylori n’ont pas de symptômes.

Le lien entre la présence de l’Helicobacter pylori et la dyspepsie fonctionnelle n’est pas formellement établi. Toutefois, l’éradication de la bactérie contribue à améliorer l’état de santé de la personne atteinte de dyspepsie dans environ 7 % des cas.

La dyspepsie suite à la prise de certains médicaments

De nombreux médicaments peuvent être à l’origine d’une dyspepsie, tels que :

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) utilisés pour diminuer les symptômes liés à un phénomène inflammatoire ou les douleurs ;
  • l’acide acétylsalicylique, connu sous le nom commercial d'aspirine ;
  • les inhibiteurs de la pompe à protons, dont l’action principale est de réduire la production d’acide gastrique ;
  • les biphosphonates, indiqués notamment dans le traitement de l’ostéoporose ;
  • le sildénafil et le tadalafil, prescrits, entre autres, chez les hommes présentant des troubles de l’érection ;
  • certains antibiotiques : érythromycine, tétracyclines ;
  • etc.

  • Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE). Conseil de pratique - Prise en charge de la dyspepsie. Site internet : SNFGE. Paris ; 2014 [consulté le 6 décembre 2018]
  • Haute Autorité de santé (HAS). Helicobacter pylori – Traiter pour prévenir ulcère & cancer chez l’adulte. Site internet : HAS ; Saint-Denis La Plaine (France) ; 2018 [consulté le 6 décembre 2018]
  • National Health service (NHS). Indigestion. Site internet : NHS. Londres ; 2017 [consulté le 6 décembre 2018]
  • Scotland's national health information service (NHS inform). Indigestion. Site internet : NHS inform. Édimbourg ; 2018 [consulté le 6 décembre 2018]
  • Hôpitaux universitaires Genève (HUG). Dyspepsie. Site internet : HUG. Genève (Suisse) ; 2017 [consulté le 6 décembre 2018]