Le traitement en cas de douleurs dentaires et de la bouche

02 juin 2017
Toute douleur dentaire nécessite une consultation chez le chirurgien-dentiste. En présence d’aphtes récidivants ou d’ulcérations multiples de la muqueuse de la bouche, un avis médical s’impose. Selon l’origine et la cause de la douleur, les traitements sont différents.

En quoi consistent les traitements des douleurs dentaires ?

Une consultation chez le chirurgien-dentiste est nécessaire pour traiter l’origine des douleurs dentaires.

Le chirurgien-dentiste traite la dent en fonction de l’importance de la carie.

Lorsque la douleur dentaire est provoquée par une petite carie, le chirurgien-dentiste réalise une obturation coronaire, le plus souvent en résine. Le traitement est le plus conservateur possible afin de préserver le maximum de tissus dentaires.

Si la pulpe dentaire est atteinte, une pulpectomie (dévitalisation) est nécessaire. Le chirurgien-dentiste extrait tout le tissu pulpaire, puis il nettoie et désinfecte l’intérieur des canaux des racines dentaires. L’intérieur des racines est ensuite obturé à l’aide de cônes de gutta (dérivé du caoutchouc) associés à un ciment de scellement. En tapissant les parois des canaux, ce composant bloque la croissance des bactéries encore présentes et pouvant être une source d'infection. L’obturation des canaux assure également l'étanchéité de la dent et prévient ainsi toute pénétration de débris alimentaires.

Pour traiter un abcès dentaire, le chirurgien-dentiste procède avant tout à son drainage afin d’évacuer le pus. Il nettoie les canaux situés dans les racines de la dent et qui contiennent le tissu pulpaire infecté.

Certaines situations demandent un traitement particulier :

  • si l’abcès s’est déclaré au niveau de la gencive, il faut nettoyer l’espace entre la dent et la gencive touchées ;
  • si l’infection est sévère, l’extraction de la dent peut se révéler nécessaire.

Le chirurgien-dentiste peut prescrire :

  • une préparation stomatologique désinfectante à utiliser en bains de bouche ;
  • un traitement anti-infectieux par des antibiotiques, mais ce n’est pas systématique. En effet, le drainage de l’abcès est généralement le traitement le plus efficace.

Pour soigner la maladie des gencives, il faut assainir les tissus affectés par l’inflammation ou l’infection. Le chirurgien-dentiste :

  • procède à un détartrage, qui permet de retirer la plaque bactérienne et le tartre accumulés sur les dents, au-dessus ou en dessous des gencives ;
  • peut recommander des bains de bouche antiseptiques ;
  • peut prescrire des antibiotiques en cas de risques infectieux : , maladie chronique ou maladie des , port d’une prothèse articulaire, etc.

Dans certains cas, et lorsque la maladie des gencives est plus avancée, un traitement chirurgical pourra être utile pour :

  • accéder aux racines dentaires et pouvoir les détartrer ;
  • retirer le tissu gingival enflammé ;
  • combler les espaces où l’os fait défaut, afin de stimuler sa repousse.

Des greffes de gencives sont parfois indiquées. Elles ont pour rôle de protéger les parties dénudées et sensibles des dents. Elles peuvent également répondre à une motivation esthétique.

L’importance de l’hygiène bucco-dentaire

L'éducation à l'hygiène bucco-dentaire est une étape essentielle du traitement de la maladie des gencives ou maladie parodontale. Votre chirurgien-dentiste ou votre médecin (spécialiste de la bouche et des dents) peut vous enseigner la meilleure technique de brossage dentaire.

Par ailleurs, si vous êtes fumeur, l’arrêt du tabac est recommandé car fumer est un facteur aggravant.

Après une expulsion dentaire, la prise en charge par un chirurgien-dentiste doit être la plus rapide possible.

La dent et l’alvéole dentaire sont rincées au sérum physiologique. La dent est réimplantée et maintenue par une attelle souple fixée sur la dent expulsée et les dents saines voisines, à l’aide d’un matériau composite. Les plaies gingivales éventuelles sont suturées.

La prise d’antibiotiques est nécessaire durant 7 jours, associée éventuellement à un antalgique ou un anti-inflammatoire.

L’attelle est laissée en place durant 15 jours. La dent fait ensuite l’objet d’une surveillance toutes les semaines durant 1 mois, puis de manière plus espacée.

Dans certains cas, la dent doit faire l’objet d’un traitement radiculaire (dévitalisation du nerf). Le chirurgien-dentiste procède à cette étape du traitement avant la réimplantation de la dent, ou entre 7 et 10 jours suivant la mise en place de la contention.

Lorsqu’une dent est fracturée, elle est restaurée par un matériau d’obturation dentaire. En fonction de la proximité de la fracture avec la pulpe dentaire, la dent devra éventuellement être dépulpée. La dent fracturée fait ensuite l’objet d’une surveillance rapprochée. Le chirurgien-dentiste peut notamment évaluer sa vitalité lorsque la pulpe a été conservée car une réaction pulpaire peut survenir dans les semaines suivant le traumatisme dentaire.

Les traitements des douleurs au niveau de la bouche

Le médecin ou le pharmacien adapte le traitement en fonction des douleurs ressenties au niveau de la bouche.

Dans la plupart des cas, les plaies et brûlures buccales cicatrisent naturellement en une dizaine de jours.

Toutefois, une brûlure ou une plaie au niveau de la bouche peut être soulagée par l’application de froid sur la zone concernée. Il est vivement conseiller d’éviter ensuite de consommer des aliments trop chauds, acides ou épicés, qui réactivent la douleur.

Les bains de bouche peuvent aussi vous soulager ; demandez conseil à votre pharmacien. En cas de douleur persistante ou en l’absence de cicatrisation, consultez votre médecin traitant.

En cas d'aphtes récidivants et responsables d'un inconfort dans la vie quotidienne, le médecin traitant prescrit :

  • des antalgiques si nécessaire (paracétamol ou ibuprofène) ;
  • une préparation locale à base d’anesthésique ;
  • une préparation locale ou des bains de bouche à base d’antiseptique pour éviter une contamination par un germe en cas de terrain fragile (maladie chronique, déficience immunitaire, etc.) ;
  • éventuellement des corticoïdes, en application locale au niveau de la bouche ou par voie générale ;
  • un traitement de la maladie en cause.

En cas de candidose buccale, le médecin traitant prescrit un traitement par médicament antifungique en application locale (gel à garder en bouche, comprimés à sucer, etc.) associé à des bains de bouche.

En cas de maladie virale avec stomatite, il prescrit des bains de bouche antiseptiques et des antalgiques.

Sources
  • Haute Autorité de santé (HAS). Recommandations pour la pratique clinique - Appréciation du risque carieux et indications du scellement prophylactique des sillons des premières et deuxièmes molaires permanentes chez les sujets de moins de 18 ans. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2005 [consulté le 1er mars 2017]
  • Collège hospitalo-universitaire français de chirurgie maxillo-faciale et stomatologie. Lésions dentaires et gingivales : Cellulites faciales - Site internet : Université Médicale Virtuelle Francophone. Nantes (France) -2011 [consulté le 1er mars 2017]
  • Pouch Tortiger D, Roy E, Fraysse C. Expulsion dentaire : conduite à tenir en cas d’urgence Rev.Odont.Stomat.2008;37:109-121
  • Decup F, Marczak E, Soenen A, Guerrieri A. L’état “dent dépulpée”. Données essentielles. Réalités Cliniques 2011;22(1):5-13
  • Hernandez G, Ifi-Naulin C, Machtou P. Traumatismes alvéolodentaires. In : Encyclopédie médico-chirurgical. AKOS (Traité de médecine) 2010:1-4 [Article 7-1122]
  • Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé. Parodontopathies : diagnostic et traitements. Site internet : Haute Autorité de santé. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2002 [consulté le 1er mars 2017]
  • National health service (NHS) dental abscess. Site internet : NHS choices. Londres ; 2016 [consulté le 1er mars 2017]