Les symptômes et le diagnostic de la DMLA

25 juin 2021
Les premiers symptômes de la DMLA sont discrets mais doivent amener à consulter : déformation des images, baisse de l’acuité visuelle, gêne en vision nocturne… Le diagnostic est parfois fait plus tôt lors d’un examen ophtalmologique de dépistage pratiqué systématiquement après 50 ans.

Les symptômes de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

Pendant de nombreuses années, la personne atteinte de DMLA surtout dans sa forme sèche (ou atrophique) ne ressent aucun symptôme.

Les premiers symptômes de la DMLA sont souvent discrets :

  • une déformation des images et des lignes droites, qui paraissent ondulées ou courbes ;
  • une diminution de l’acuité visuelle dans la partie centrale du champ de vision, avec difficulté à percevoir les détails. Ce trouble apparaît pour la vision de près comme de loin. La perte est souvent très progressive. Mais elle est parfois brutale, dans la forme humide (ou exsudative de la DMLA). En revanche, le champ visuel périphérique n’est pas perturbé ;
  • l’apparition d’une ou plusieurs petites taches sombres ou noires (appelées scotomes) au centre du champ de vision ;
  • une diminution de la sensibilité aux contrastes : impression de lumière insuffisante, ou d’images ternes ou jaunies ;
  • une gêne en vision nocturne ;
  • des difficultés à la lecture avec besoin de plus de lumière ;
  • une sensation d’éblouissement ;
  • des modifications de la vision des couleurs.

Aux stades avancés, une personne atteinte de DMLA conserve une vision d’ensemble, mais ne voit plus les détails. Le centre de l’image devient flou. Toutefois, elle peut poursuivre ses activités quotidiennes en se servant de la vision périphérique. Elle apprend à ajuster le regard autour du point central qui est flou.

Si un seul œil est atteint, il arrive que des patients ne remarquent pas de modification de leur vision. Lorsque les deux yeux sont touchés, ils ne peuvent alors ni lire, ni conduire, ni voir de détails.

Devant ces signes, il est fondamental de consulter un ophtalmologiste dans les plus brefs délais, afin de bénéficier d’une prise en charge précoce.

Après 50 ans, consulter régulièrement un ophtalmologiste

À partir de 50 ans, il est conseillé de faire contrôler ses yeux régulièrement chez son médecin ophtalmologiste. Ceci permet de dépister deux maladies oculaires fréquentes responsables de malvoyance : la DMLA et le glaucome.

Il est important de ne pas interrompre ce suivi quand on prend de l'âge. Pour en savoir plus, consulter l'article "Un suivi ophtalmologique est indispensable après 65 ans" sur le Portail national d'information pour les personnes âgées et leurs proches.

Vidéo : Les symptômes de la DMLA

[Cette animation 3D explique les troubles visuels liés à la détérioration de la macula. Elle est réalisée par Blausen Medical.]

La dégénérescence maculaire, couramment dénommée DMLA pour « dégénérescence maculaire liée à l'âge », est de nos jours la principale cause de cécité dans de nombreux pays.

Au cours de la vision normale, la lumière pénètre dans l'œil par la cornée, puis passe à travers la pupille et le cristallin, et converge dans une petite zone sur la rétine, à l'arrière de l'œil, dénommée « macula ».

La macula se trouve au centre de la rétine et procure une vision centrale très précise. Elle permet de voir des détails minuscules, comme les traits du visage, et de lire de petits caractères.

Lorsque la macula se détériore en raison du vieillissement, il se produit une altération du fin tissu maculaire, ayant pour effet une vision floue, déformée ,ainsi qu'une perte de couleur des objets.

On note parfois aussi la présence d'un îlot noir ou vide au centre du champ visuel. Des outils d'aide visuelle, notamment des loupes télescopiques ou des loupes microscopiques, peuvent être prescrits selon la gravité de la perte de vision.

La vision centrale qui est endommagée par la dégénérescence maculaire ne peut pas être restaurée, mais peut être compensée par ces divers systèmes optiques.

© Blausen Medical

Le diagnostic de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

En présence de symptômes, un bilan ophtalmologique doit être fait dans un délai maximal d'une semaine en raison du risque d'évolution rapide de certaines formes de DMLA.

Le diagnostic de DMLA est posé par le médecin spécialiste de l’œil : l’ophtalmologiste.

Pour cela, il réalise :

  • des mesures d’acuité visuelle de près et de loin ;
  • un examen au biomicroscope du segment antérieur des yeux à la recherche d'une anomalie autre que la DMLA ;
  • un examen du fond d’œil, pour observer la rétine et rechercher des anomalies caractéristiques de la DMLA ;
  • une angiographie. Cet examen consiste à photographier les vaisseaux de la rétine après injection intraveineuse d’un colorant fluorescent. Il permet de mettre en évidence la DMLA exsudative, ou humide ;
  • une par cohérence optique, ou OCT. Elle permet d’observer plus précisément les différentes couches de la rétine. L’OCT est de plus en plus utilisée pour la surveillance et la prise en charge de la DMLA.

Pour réaliser le fond d'œil et l'angiographie, la pupille doit être dilatée grâce à un collyre. Celui-ci agit pendant 2 à 3 heures, durant lesquelles la vision est floue, ce qui empêche de conduire.

  • Haute Autorité de santé (HAS). Dégénérescence maculaire liée à l’âge : prise en charge diagnostique et thérapeutique. Site internet : HAS. Saint-Denis La Plaine (France) ; 2012 [consulté le 25 octobre 2019]
  • Institut national de la santé et de la recherche médicale. Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Site internet : Inserm. Paris ; 2014 [consulté le 25 octobre 2019]
  • Collège des ophtalmologistes universitaires de France. Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). Site internet : Campus d'ophtalmologie de l'Université médicale virtuelle francophone. Nantes (France) ; 2013 [consulté le 25 octobre 2019]
  • Bruyère E, Srour M, Miere A, Semoun O, Coscas F, Atmani K, Souied E. Dégénérescence maculaire liée à l’âge. EMC Elsevier Masson. Ophthalmologie, 2019;36(3):1-18.